•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lionel Perez briguera la mairie d'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

Lionel Perez et Denis Coderre se tiennent debout durant une conférence de presse à l'extérieur.

Denis Coderre (à gauche) a présenté Lionel Perez (à droite) comme nouveau candidat à la mairie de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le chef d’Ensemble Montréal et ancien maire de Montréal, Denis Coderre, annonce la candidature de Lionel Perez à la mairie de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal, Lionel Perez, briguera la mairie d’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce lors des prochaines élections municipales.

Le chef d’Ensemble Montréal et ancien maire de la métropole québécoise, Denis Coderre, en a fait l’annonce mercredi devant un centre culturel de l’arrondissement.

J'ai travaillé avec Lionel Perez et je sais qu'il sera un excellent maire, a déclaré M. Coderre dans un communiqué. Sa rigueur exemplaire, son leadership ainsi que sa vision pragmatique et progressiste permettront de faire de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce un arrondissement où les services aux citoyens sont au premier plan. Ensemble, nous renforcerons le principe du vivre-ensemble.

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est l’arrondissement le plus peuplé et le plus diversifié de Montréal. Nous devons être proactifs dans l’intégration de notre diversité et veiller à ce que tous et chacune soit entendu afin de contrer les inégalités, a pour sa part affirmé le candidat Lionel Perez dans le même communiqué.

Élu depuis 2012 et chef de l’opposition officielle à la mairie depuis 2017, M. Perez entend mettre l’accent sur l’investissement, l’inclusion et l’innovation dans son action politique.

Au cours des quatre dernières années, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce a subi un manque à gagner de 50 millions de dollars en investissements de capitaux en raison de la réduction des transferts de la part de l’administration actuelle à l’hôtel de ville, a poursuivi M. Perez. Nous n'avons tout simplement pas obtenu notre juste part, ce qui a réduit la qualité de vie des familles.

Les réparations routières, la vitalité des artères commerciales ainsi que les améliorations des parcs et des installations municipales ont été mises de côté. C'est inacceptable et j’ai hâte d’y remédier.

Une citation de :Lionel Perez

Pour sa part, le conseiller municipal Christian Arseneault, qui a quitté Projet Montréal en dénonçant le manque de financement de l'arrondissement, se réjouit de l'arrivée de Lionel Perez dans la course à la mairie.

Bien que nous ne soyons pas toujours en accord sur les enjeux, ses connaissances de la ville et son éthique de travail le positionnent bien pour ramener de l'ordre à l'arrondissement après des années de drame. Je lui souhaite bonne campagne et j'ai hâte de continuer notre collaboration sur des enjeux d'intérêt commun, a déclaré M. Arseneault.

Lors de la conférence de presse annonçant la candidature de M. Perez, M. Coderre a souhaité que les élus montréalais constituent un contrepoids adéquat aux autres paliers de gouvernement.

Comme gouvernement de proximité, nous avons un rôle à jouer. Pas [seulement] être dans la salle d’attente, blâmer les autres, et ne demander que de l’argent, a-t-il déclaré.

Denis Coderre, debout et dehors, durant un point de presse.

Le chef d’Ensemble Montréal et ancien maire, Denis Coderre, soutient que les personnes âgées devraient être autorisées à voter par la poste.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L’enjeu du vote postal

M. Coderre a aussi soutenu que les personnes âgées devraient être autorisées à voter par la poste afin de faciliter leur participation à la vie démocratique. Il a souligné que plusieurs personnes de 70 ans et plus demeuraient craintives, citant en exemple ses parents de 83 et 90 ans, à l’idée d’aller voter en personne en raison des risques de contracter la COVID-19.

Il a de plus décoché une flèche en direction du parti de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal, qui hésite, selon lui, à admettre le vote postal. M. Coderre, se référant à un sondage de la firme Léger publié mardi, a souligné que les électeurs du troisième âge lui sont favorables.

On a besoin que tout le monde puisse aller voter.

Une citation de :Denis Coderre

Rappelant que les gouvernements provincial et fédéral permettent le vote postal, l’ancien ministre libéral fédéral estime que la Ville de Montréal est également capable d’y avoir recours. Il appuie sa revendication en précisant que le greffier a dit, lors de la dernière réunion du conseil municipal, que ce dernier n’avait qu’à l’autoriser afin d’y recourir.

Au sujet du sondage qui lui est favorable, M. Coderre a tenté d’en minimiser la portée. « C’est un portrait du moment, a souligné M. Coderre. C’est sûr que ça fait plaisir, mais il ne faut pas partir en peur avec ça. Il faut s’assurer de travailler encore plus fort. »

Le chef d’Ensemble Montréal estime que l’administration Plante n’a pas su exploiter le statut de métropole accordé à la Ville par le gouvernement du Québec.

On a un statut de métropole qu’on n’a pas utilisé.

Une citation de :Denis Coderre

Je peux vous parler d’environnement, de développement social, d’habitation, a martelé M. Coderre. Il a indiqué que son équipe est qualifiée pour relancer l’économie de la métropole au sortir de la crise pandémique de COVID-19. Bien sûr il faut redistribuer la richesse, mais il faut également la créer, a-t-il indiqué.

Le dossier Ali Nestor

M. Coderre a été rattrapé par les allégations d’agression sexuelle et de voies de fait à l’endroit d’Ali Nestor, le cofondateur de l’organisme communautaire Ali et les Princes. Le candidat à la mairie avait annoncé à la mi-mai qu’il entendait faire de M. Nestor son conseiller spécial en matière de sécurité publique, jeunesse et diversité.

La plainte déposée par la femme d’Ali Nestor n’a pas tardé à refaire surface et M. Coderre a dû écarter l’ancien boxeur et entraîneur de son entourage politique. Il s’est défendu d’avoir omis de vérifier ses antécédents en arguant qu’il devait devenir conseiller dans l’éventualité d’une élection. Ce n’était pas un candidat. C’était un conseiller si j’étais élu. […] Ce n’est pas la même chose qu’un candidat ou une candidate.

Les deux hommes bras dessus, bras dessous dans un gymnase.

Ali Nestor (photo prise en 2019) était pressenti pour devenir conseiller spécial de M. Coderre.

Photo : Twitter (@DenisCoderre)

« La justice va suivre son cours. Il a à faire face à la justice », a-t-il ajouté.

Idem pour les deux jeunes individus au passé criminel avec qui M. Coderre s’est fait prendre en photo. Les journalistes ont remis sur le tapis la photo sur laquelle il apparaît en compagnie d'un trafiquant d’armes et d'un trafiquant de drogue.

Le problème, c’est qu’on prend plein de photos. Ce n’est pas écrit dans leur front ce qu’ils ont fait ou ce qu’ils vont faire. Ce ne sont pas des candidats.

Une citation de :Denis Coderre

M. Coderre soutient qu’il rencontre des gens dans le cadre de ses fonctions et qu’il ne sait pas toujours qui sont ces gens. Je carbure à rencontrer des gens. Déjà qu’on ne peut pas leur serrer la main, c’est dur, a-t-il justifié.

Je ne commencerai pas à dire : je ne prendrai pas de photo avec personne tout d’un coup… Si on fait une campagne tout d’un coup, on ne fera pas grand coup.

Une citation de :Denis Coderre

Le candidat à la mairie a précisé que des vérifications d’antécédents criminels étaient effectuées au sujet des candidats de son équipe en plus d’avoir un questionnaire à remplir. C’est sûr que s’il y a des situations, ils ne pourront pas être candidats. Là-dessus, on est intraitable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !