•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple TV+ lance une série sur 1971, « l’année où la musique a tout changé »

Les six membres du groupe Sly and the Family Stone posent pour les caméras.

Plusieurs albums majeurs ont vu le jour en 1971, dont «There's a Riot Goin' On», de Sly and the Family Stone.

Photo : Getty Images / Evening Standard/Getty Image

Radio-Canada

La plateforme Apple TV+ a dévoilé la semaine dernière la série documentaire 1971: The Year That Music Changed Everything (1971 : l’année où la musique a tout changé), un regard sur cette année dorée de la musique, fortement alimentée par les bouleversements culturels et politiques de l’époque.

En huit épisodes, le documentaire se penche sur le pouvoir de la musique créée en 1971 et sur toute l’influence qu’elle a eue sur la société. De Marvin Gaye à Iggy Pop en passant par les Rolling Stones, Gil Scott-Heron et Alice Cooper, les chansons lancées à l’époque ont réussi à imposer les messages qu’elles portaient dans les préoccupations médiatiques et politiques des États-Unis et d’ailleurs.

En 1971, Marvin Gaye présente What’s Going On, les Beatles viennent de se séparer et John Lennon écrit Imagine. Un autre Beatle, George Harrison, organise avec Ravi Shankar le premier concert de charité de l’histoire de la musique populaire, The Concert for Bangladesh, au Madison Square Garden, à New York. Un spectacle pour amasser des fonds pour les personnes réfugiées de la guerre de libération du Bangladesh, avec des artistes comme Bob Dylan, Eric Clapton, Ringo Starr et plusieurs autres.

La grande désillusion

1971, c’est aussi l’année où David Bowie arrive aux États-Unis, celle où Jim Morrison meurt et où Sly and the Family Stone lance There’s a Riot Goin’ On, un album au ton plutôt sombre qui contraste avec le rock et le soul joyeux du groupe qui était représentatif de l’état d’esprit des années 1960. Un changement de mentalité qui s’opère à grande échelle dans la culture populaire et qui a l’effet d’une douche froide.

« En 1971, je ne crois pas que la musique était la réflexion de l'époque autant que l'époque était aussi façonnée par la musique. »

— Une citation de  Le producteur Jimmy Iovine dans la série d'Apple TV+

Le mouvement hippie fait place aux manifestations contre la guerre au Vietnam et à l’émergence du Black Power. La répression politique est de plus en plus violente. Sous le président Richard Nixon, le FBI va même jusqu’à espionner certaines vedettes du rock parce qu’elles sont les personnalités les plus influentes pour la jeunesse et qu’elles menacent l’intégrité politique.

Le documentaire truffé d’images et de vidéos d’archives est réalisé par Asif Kapadia, dont le documentaire sur Amy Winehouse, Amy (2015), a été primé aux Oscars. Il est basé sur le livre Never a Dull Moment : 1971, the Year That Rock Exploded, de David Hepworth.

Avec les informations d’Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !