•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bleed the North veut mettre fin à la précarité menstruelle, y compris dans les écoles

3 personnes qui tiennent une feuille de papier.

Cette année, la campagne de Bleed the North mise sur l'intersectionnalité et l'inclusivité des personnes menstruées.

Photo : Fournie par Bleed the North

Pour souligner la Journée de l'hygiène menstruelle, le groupe Bleed the North organise un événement virtuel pour réitérer ses demandes de produits menstruels gratuits dans les écoles et normaliser les conversations entourant les menstruations.

Bleed the North (Nouvelle fenêtre) est un organisme sans but lucratif dirigé par de jeunes Ontariens et Ontariennes qui s'engagent à mettre fin à la précarité menstruelle et à la stigmatisation entourant les menstruations.

Le groupe, qui vient en aide aux personnes menstruées dans le besoin partout dans la province, a fourni 40 000 produits d’hygiène menstruelle à des refuges et à des organisations partout en Ontario, notamment le refuge Denise House, le refuge Ernestine et le Muslim Welfare Centre.

Pour marquer la Journée mondiale de l'hygiène menstruelle, Bleed the North organise une table ronde virtuelle de 16 h à 20 h ce vendredi avec différentes personnes menstruées comme des personnes transgenres, à mobilité réduite et anciennement incarcérées.

L'organisme ontarien se veut inclusif de toutes les personnes qui ont des menstruations, peu importe l'origine, l'âge, la classe sociale ou le genre.

Produits menstruels gratuits dans les écoles

Selon l'organisme Bleed the North, une Canadienne de moins de 25 ans sur trois a du mal à se procurer des produits menstruels.

La Torontoise Daniela Rendimonti, 16 ans, s'est jointe au groupe il y a environ deux mois pour également mettre fin à la précarité menstruelle et la stigmatisation des règles.

Photo de Daniela Rendimonti.

Daniela Rendimonti, 16 ans, est membre du groupe Bleed the North depuis deux mois.

Photo : Radio-Canada / Fournie par Daniela Rendimonti

Notre équipe est en train d'écrire une lettre au gouvernement [Ford] pour demander un changement systémique au sein du système scolaire en Ontario, dit-elle. Les élèves ne devraient pas avoir de soucis d'accessibilité aux produits menstruels, affirme l'adolescente.

Il n'y a rien de plus effrayant que d'être à l'école sans accès aux produits menstruels et c'est ce que nous essayons de changer.

Une citation de :Daniela Rendimonti, 16 ans

Le groupe demande aussi que le sujet des menstruations soit abordé ouvertement dès l'école élémentaire. On demande que les programmes des écoles élémentaires incluent plus de sujets sur les menstruations. Malheureusement, ces sujets sont négligés dans le cadre de notre éducation, ajoute Daniela Rendimonti.

La menstruation n'a pas à être effrayante, malheureusement la société la perçoit de cette façon, mais le changement est en train de se produire, dit-elle.

Chiara Zussino pose pour une photo à l'extérieur.

Chiara Zussino s'implique auprès du groupe Bleed the North depuis le mois de février.

Photo : Radio-Canada / Fournie par Chiara Zussino

Chiara Zussino, 18 ans, habite à Thunder Bay. L'étudiante, qui s'implique depuis quelques mois, estime que l'accès aux produits menstruels est une question de droits de la personne.

Il faut normaliser les conversations sur la menstruation et son intersectionnalité parce que ça ne concerne pas seulement les filles, explique-t-elle. C'est important de voir les différents points de vue.

Le sujet de la menstruation est passé sous silence.

Une citation de :Chiara Zussino, 18 ans

Le gouvernement ontarien doit commencer à fournir ces produits gratuitement, pense Chiara Zussino.

Elle se rappelle justement un événement qu'elle juge traumatisant. Aucun produit menstruel n'était disponible à l'école. J'ai dû demander à une enseignante si elle avait [une serviette hygiénique] parce qu'il n'y avait pas de produits menstruels au secrétariat, raconte-t-elle.

J'avais 12 ans, c'était gênant pour moi. Pourquoi avoir été mise dans cette situation en premier lieu, ajoute la jeune femme qui fête ses 18 ans aujourd'hui.

Ces petites injustices arrivent aux femmes chaque jour, particulièrement celles qui n'ont pas les moyens de se procurer ces produits essentiels, lance-t-elle.

Nous savons que [...] le manque d'accès aux produits menstruels crée un stress important dans la vie de nombreux élèves, en particulier dans les communautés à faible revenu, écrit par courriel la porte-parole du ministère de l’Éducation, Caitlin Clark.

Nous restons ouverts et déterminés à trouver des solutions innovantes pour aider les filles et les jeunes femmes à accéder aux produits menstruels, poursuit-elle.

Certains conseils scolaires ont déjà pris l'initiative de rendre les produits menstruels accessibles et gratuits dans leurs établissements, y compris les conseils publics anglais de Toronto (TDSB) et de Waterloo (WRDSB).

Le gouvernement Ford n'a pas précisé comment cette aide dans les écoles allait se concrétiser, alors que la Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard offrent déjà des produits menstruels gratuitement aux élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !