•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chimpanzés ont des « poignées de main » propres à leur groupe social

Trois chimpanzés sont assis sur un rocher dans le parc national de Gombe Stream, en Tanzanie.

Trois chimpanzés sont assis sur un rocher dans le parc national de Gombe Stream, en Tanzanie.

Photo : Getty Images / guenterguni

Agence France-Presse

Les chimpanzés adoptent des façons de « se serrer la main » propres à leur groupe social, selon une étude mercredi faisant le bilan de 12 années d'observation de leur comportement.

Les chimpanzés sont souvent considérés comme les primates les plus proches de l'humain, avec leur capacité à effectuer des tâches compliquées, comme l'utilisation d'outils.

Edwin van Leeuwen, expert en comportement animal à l'Université belge d'Anvers, a étudié des dizaines de chimpanzés abrités dans l'orphelinat zambien de Chimfunshi. Il a pu y observer des gestes de la main répétés et bien spécifiques dans deux groupes distincts.

Un geste, lié à l'épouillage mutuel, voit chaque participant étendre un de ses bras au-dessus de la tête et toucher avec l'autre le poignet ou la main de son partenaire, ou bien lui saisir cette main, selon cette étude publiée dans la revue Royal Society Biology Letters (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

M. Van Leeuwen a observé que la poignée de main était notablement plus prononcée dans un groupe de chimpanzés que dans l'autre.

Il a aussi trouvé que les femelles étaient plus susceptibles de se prendre la main que les mâles, qui préfèrent s'attraper le poignet, sans doute pour affirmer leur domination.

Le fait qu'ils aient développé des habitudes différentes dans différents groupes montre qu'ils prennent ces habitudes socialement dans leur groupe, a dit M. Leeuwen à l'AFP.

Selon lui, les chimpanzés paraissent avoir appris à pratiquer ces poignées de main, jusqu'à un certain degré, comme une sorte de rituel. Elles s'intègrent dans l'interaction sociale de deux individus, en établissant une connexion particulière dans une activité déjà intime comme l'épouillage.

Pour M. Van Leeuwen, c'est la preuve de la capacité des chimpanzés à préserver une stabilité des traditions. Un comportement qui, chez l'humain, est appelé persistance culturelle.

Ce comportement ne peut s'expliquer par des raisons génétiques ou environnementales, la composition des deux groupes étant quasiment identique.

Il y voit plutôt le résultat d'une caractéristique commune d'apprentissage social.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !