•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un militant antimasque accusé d'avoir menacé de mort Doug Ford

Chris Saccoccia agenouillé et souriant au milieu d'un groupe de personnes.

Chris Saccoccia, vu ici lors d'une manifestation contre le masque obligatoire dans le réseau de la CTT à Toronto l'année dernière, fait maintenant face à plusieurs accusations criminelles liées à des menaces présumées lors d'un appel téléphonique effectué ce mois-ci.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Chris Saccoccia, l'une des figures antimasque et anti-confinement les plus actives du Canada, a été arrêté la semaine dernière après avoir prétendument menacé de tuer le premier ministre Doug Ford et le reste des premiers ministres du Canada, selon des documents de cour.

Les accusations les plus récentes contre Chris Saccoccia, également connu sous le nom de Chris Sky, découlent de remarques faites lors d'un appel téléphonique le 12 mai avec Rob Carbone, le chef du soi-disant Parti républicain du Canada. Élections Canada ne répertorie pas le parti sur son site web.

Des documents judiciaires montrent que M. Saccoccia aurait également menacé de tuer son interlocuteur lors de cet appel – un homme avec lequel Chris Saccoccia était souvent associé jusqu'à récemment.

Conduite dangereuse lors d'une tentative d'arrestation

Une semaine après cet appel téléphonique présumé, des agents ont tenté de bloquer le véhicule de Chris Saccoccia lors d'une tentative d'arrestation dans la région de York. La police a déclaré que le suspect a fait marche arrière et a chargé un policier, le faisant sauter hors du chemin pour éviter d'être touché.

Saccoccia s'est enfui, puis s'est rendu aux forces de l'ordre le lendemain, selon la police.

L'homme de 37 ans du canton de King, au nord de Toronto, fait maintenant face à trois chefs d'accusation de menaces de mort, et un chef d'accusation pour chacune des infractions suivantes : voies de fait contre un agent de la paix avec une arme et conduite dangereuse d'un véhicule.

Aucune des allégations n'a été prouvée devant les tribunaux.

Sur Twitter, Chris Saccoccia a qualifié les allégations de fausses et de tactiques de dénigrement et a déclaré que des preuves et des témoins le disculperaient.

Le dernier fait d'armes de l'influenceur antimasque

Jusqu'à récemment, M. Carbone et lui pouvaient être vus ensemble sur des photos et des vidéos sur les médias sociaux, souvent lors de rassemblements anti-confinement en Ontario.

Les accusations auxquelles fait face Chris Saccoccia ne sont que les derniers de toute une liste de déboires avec les forces de l'ordre et la justice depuis le début de la pandémie.

En octobre, Saccoccia a été accusé d'avoir enfreint la Loi sur la quarantaine après avoir rompu les quarantaines de voyage imposées par le gouvernement fédéral pour se présenter à des rassemblements contre le confinement au centre-ville de Toronto après avoir voyagé en Europe.

Il a également organisé des manifestations contre les mesures sanitaires contre la COVID-19 à travers le Canada.

Saccoccia avait déjà été arrêté par la police à Thunder Bay, en Ontario, pour avoir organisé un rassemblement dans cette ville en avril. Il a également été condamné à une amende lors d'un rassemblement contre les restrictions à Winnipeg ce mois-là.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.