•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kassim Doumbia devient le premier maire noir du Nouveau-Brunswick

Kassim Doumbia.

Kassim Doumbia est le premier maire noir du Nouveau-Brunswick.

Photo : Gracieuseté Kassim Doumbia

Kassim Doumbia gagne son pari et devient maire de Shippagan.

Celui qui était maire adjoint a gagné sans trop de difficulté la course à trois qui se jouait à Shippagan. Il a remporté 705 voix contre 410 pour Nathalie Blaquière et 163 pour Jean-Gérard Chiasson.

Un premier maire afro-canadien au Nouveau-Brunswick

Originaire de la Côte d'Ivoire, Kassim Doumbia s'est installé à Shippagan en 2007, où il a fondé une famille et s'est engagé activement dans la communauté. Il est conseiller municipal depuis 2010 et il siège au conseil d'administration de la Société nationale de l'Acadie comme vice-président.

Je me sens ravigoté! Ça a été une soirée assez courte, mais ce matin je me réveille avec le sourire, a affirmé M. Doumbia en entrevue à l'émission La Matinale.

Le nouveau maire accueille aussi humblement la place qu'il occupe désormais dans l'histoire de la province en devenant le premier maire d'origine africaine à occuper un tel poste.

Je n’y allais pas pour cela, mais si j’étais élu ça allait marquer une page d’histoire étant donné que j’allais être la première personne à accéder à ce poste-là.

Une citation de :Kassim Doumbia, maire de Shippagan

Le coordonnateur de la Société historique noire du Nouveau-Brunswick, Ralph Thomas, qualifie l'élection de M. Doumbia de « spéciale ».

Je crois que ça nous démontre que si vous êtes qualifiés pour un poste et que les gens dans votre communauté sentent que vous faites un bon travail, ça ne dérange pas si vous êtes Noir, si vous êtes un nouvel arrivant ou peu importe. Les gens réalisent que les personnes noires peuvent être maires au même titre que n'importe qui, pense M. Thomas.

Le principal intéressé pense que les jeunes de la communauté universitaire ont contribué à son élection.

Pour moi c’est un signe que l’avenir est prospère où on voit la jeunesse qui ne fait pas de distinction avec la couleur et la race, mais vraiment la personne. Et c’est pour ça que pour moi, c’est beaucoup plus important parce que je me dis que cette jeunesse est l’avenir de notre province. En décidant de briser des barrières, ils contribuent à l’ouverture du Nouveau-Brunswick sur le monde, pense-t-il.

Le pont de Shippagan-Lamèque comme enjeu de la campagne

Lors de la campagne électorale, l'enjeu du pont de Shippagan a été soulevé par les candidats et M. Doumbia a insisté pour dire que le « statut quo » n'était plus acceptable.

Kassim Doumbia

Kassim Doumbia

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il affirme qu'il essaiera dès que possible d'obtenir une rencontre avec la ministre des Transports et de l'Infrastructure Jill Green pour faire avancer le dossier du remplacement du pont, qui est vieillissant.

M. Doumbia a aussi indiqué que le développement économique post-pandémie et la revitalisation des secteurs culturels et touristiques, ainsi que le soutien à la jeunesse et la protection de l'environnement seront à son ordre du jour en tant que maire.

Des étudiants immigrants de Shippagan aux anges

Le nouveau maire reflète la diversité de la ville de Shippagan. Depuis quelques années, des résidents aux différentes origines s'y installent, notamment des étudiants africains qui s'installent dans le coin pour les études.

Nene Mamata Bah.

Nene Mamata Bah, étudiante en gestion internationale au campus de Shippagan de l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

La majorité d’entre eux, qui ne sont pas des résidents permanents, n’ont pas pu voter aux élections municipales.

Certains ont tout de même eu l'impression de l'avoir remporté, lorsqu'ils ont appris la nomination de Kassim Doumbia.

Alex Brou, qui habite à Shippagan, est ivoirien, tout comme Kassim Doumbia. C’est vraiment une fierté pour notre pays, dit Alex Brou. Il met en avant le fait de pouvoir venir étudier ici et s’intégrer. Ça laisse de l’espoir à ceux sur notre continent de venir ici.

Je ne peux qu’être fier de cette ville qui m’a déjà tout donné et c’est en partie pour cela que nous on veut tout lui donner en s’établissant ici.

Une citation de :Emmanuel Edou, Camerounais et récemment diplômé en technologie de l’information

J’étais content. J’avais envie de chanter, je me sens fier, affirme l’étudiant Mamadou Alpha Barry. Je vois que les barrières qui existent entre les différentes communautés du monde sont de plus en plus supprimées, et on a le sentiment d’appartenance ici au Nouveau-Brunswick, plus précisément à Shippagan.

Même son de cloche pour l’étudiante en gestion internationale Nene Mamata Bah, originaire de la Guinée. C’est une belle surprise. Ça montre aussi l’intégration, car cela fait longtemps qu’il est là. […] On se sent inclus.

Avec les informations d'Alix Villeneuve, de CBC et de l'émission La Matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !