•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Métier : chiens vedettes sur Instagram

Victoria Stuart est agenouillée devant sa chienne Farley. Elle lui offre une gâterie.

Victoria Stuart et sa chienne Farley dans les Rocheuses en séance de photographie pour faire la promotion d'un produit.

Photo : Instagram / JustBeingFarley

Ils sont poilus, mignons et rassemblent des millions d’admirateurs sur les réseaux sociaux grâce à des visuels de qualité professionnelle. Plus que les chats, les chiens sont les vedettes d’Instagram. À quoi ressemblent leurs journées et qui se cache derrière leur succès?

Malgré la pluie, Quill prend la pause. Ce border collie de 2 ans se fait prendre en photo par l’objectif de Beth O’Connor, sa maîtresse.

Sur le réseau social Instagram, cet animal agile et élégant compte plus de 11 000 abonnés. Quill pose devant la caméra plusieurs fois par jour pour réaliser du contenu en ligne.

Il est vraiment mignon, explique sa maîtresse. Le succès a été immédiat. Nous profitons de nos marches quotidiennes pour faire des photos et je le toilette avant chaque séance pour qu’il garde un poil soyeux et propre.

Quill ne fait que marcher et poser, Beth O’Connor s’occupe du reste. Elle retouche les clichés avant publication, réfléchit à des contenus pour divertir et informer ses abonnés. 

C’est facile et ça m’amuse. J'aime les publications d’autres comptes, je commente, je donne des conseils aux autres propriétaires et je réponds à leurs questions, dit-elle.

Beth O'Connor, agenouillée dans l'herbe, avec un chien de chaque côté d'elle.

Quill (à droite) et sa maîtresse, Beth O'Connor, avant un cours de dressage à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Promotion de produits

Beth O’Connor profite du succès de son chien. Dresseuse professionnelle à Calgary, elle a gagné une cinquantaine de nouveaux clients grâce à Quill, soit plus de 30 000 $, en deux ans. 

Ce n’est pas rien, mais je fais ça avant tout pour aider les gens à avoir la meilleure relation possible avec leur animal, affirme-t-elle.

La jeune femme de 29 ans est régulièrement sollicitée par des entreprises du monde canin pour faire la promotion de laisses, de harnais ou de nourriture. 

Quill devant le Lac Morraine en Alberta.

Cette photo de Quill au Lac Morraine a plus de 1000 J'aime sur Instagram.

Photo : Instagram / Quintessentiallyquill

Je refuse, car j’ai ma propre marque, avoue-t-elle. Lorsque je parle d’un produit, c’est purement pour transmettre de bons conseils. C’est authentique.

500 $ pour une publication

Victoria Stuart, une ingénieure de l'industrie pétrolière, vit à Canmore, dans les Rocheuses. Elle a décidé de saisir ces occasions. Sa chienne, Farley, a plus de 71 000 abonnés.

Victoria Stuart a décidé d’acheter un chiot en avril 2020 et de lui créer un compte Instagram. Au départ, le geste se voulait une simple façon de publier des souvenirs. 

Rapidement, le nombre d’abonnés de ce berger australien s’est envolé. Chaque jour, Farley et Victoria passent deux heures à créer du contenu et à répondre à des offres commerciales.

C’est beaucoup de travail pour un passe-temps, mais c’est amusant et, sur le plan créatif, stimulant, avoue-t-elle.

Depuis janvier, Victoria Stuart commercialise ce passe-temps. Ses publications se monnaient entre 400 et 500 $. Farley peut décrocher jusqu’à trois contrats par mois.

La chienne a même un compte bancaire. L’argent gagné servira à payer d’éventuelles visites et procédures chez le vétérinaire.

Sa maîtresse est persuadée d’atteindre le cap des 100 000 abonnés cette année, mais, pour cela, il faudra redoubler d’efforts. Le défi, c’est de trouver du temps et de nouvelles idées.

La chienne Farley lèche la bouche de son maître devant un lac.

Cette photo de Farley et son maître a reçu plus de 12 000 mentions J'aime.

Photo : Instagram / JustBeingFarley

Pouvoir aux influenceurs

Cette niche du secteur du marketing est en train d’exploser au Canada, surtout depuis la pandémie, selon Stephanie Dumont, fondatrice de l’entreprise Street Dog Marketing, qui met en relation ses clients canadiens avec une vingtaine d’influenceurs.

Les marques veulent augmenter leur présence digitale maintenant plus que jamais, et les influenceurs peuvent les aider, surtout grâce à leur toutou.

Selon une étude de la boutique spécialisée OnBuy, 10 % des consommateurs sont susceptibles d'acheter un produit pour animaux de compagnie approuvé sur Internet par un animal. C'est trois fois plus qu'avec un humain.

Le chien le plus connu d'Instagram, Jiffpom, a 10 millions d'abonnés et peut toucher plus de 30 000 $ par publication.

Le chien Jiffpom sur un canapé.

Cette photo du chien américain Jiffpom a reçu plus de 49 000 mentions J'aime.

Photo : Instagram / Jiffpom

Les chiens ont plus de succès, car ils sont plus actifs que les chats qui restent plus à l'intérieur et dorment plus, explique Danielle Perciballi, directrice de l’agence.

Street Dog Marketing peut offrir jusqu’à 1000 $ pour une publication, mais ce n’est pas facile de devenir un professionnel. La patience est la clé, aussi bien pour le propriétaire que pour l’animal, explique Stephanie Dumont.

Selon Global Market Insights, le marché mondial des soins pour animaux de compagnie a engendré 232 milliards de dollars américains en 2020 et devrait atteindre 350 milliards en 2027.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !