•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bas-Saint-Laurent sera scindé en deux, en rouge et orange, le 31 mai

François Legault en conférence de presse.

François Legault, Horacio Arruda et Christian Dubé en point de presse.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

À partir du 31 mai, les quatre MRC de l’est du Bas-Saint-Laurent passeront au palier d’alerte orange comme la majorité des autres régions du Québec. Les quatre MRC de l'ouest de la région resteront au palier rouge.

Le premier ministre se rend ainsi aux arguments des maires de Rimouski et de Matane qui estimaient que la situation épidémiologique des MRC de Rimouski-Neigette, de La Mitis, de La Matanie et de La Matapédia ne justifiait pas le maintien du palier d’alerte rouge.

Même si la situation s’améliore ces derniers jours dans l’ouest du Bas-Saint-Laurent, Québec attendra le 7 juin avant d’autoriser ou non le changement de palier d'alerte.

L’ouest du Bas-Saint-Laurent demeure en zone rouge, parce que l’amélioration de la situation est trop récente, selon le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, se dit un peu déçu, mais rappelle que ce sont les données statistiques sur l’évolution des cas qui guident les responsables de la santé publique dans leurs décisions.

Plusieurs assouplissements

Ce passage à un palier d’alerte moins sévère permettra aux restaurants des quatre MRC de l’est du Bas-Saint-Laurent de rouvrir leur salle à manger avec un maximum de deux personnes de bulles différentes par table.

Aussi, les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire retourneront en classe à temps plein et les lieux de culte pourront accueillir un maximum de 100 personnes.

Les salles d'entraînement pourront également recommencer à accueillir des clients.

C'est un soulagement pour la directrice générale du Gym GYO, à Amqui, Mélanie Lebrun. Les derniers mois ont été difficiles et elle a dû faire preuve de créativité pour continuer à fonctionner. Il a fallu trouver des solutions rapidement pour générer des revenus autres que les abonnements. Donc, il y a eu de l'ajout des aliments santé style keto [diète cétogène] et beaucoup d'aliments pour que ça devienne un service essentiel et qu'on puisse continuer d'avoir des revenus.

Le centre a aussi créé une nouvelle application mobile avec des programmes d'exercice maison. Mais c'est certain que pour nous, financièrement, c'est bien, la réouverture des gyms!, souligne Mme Lebrun.

Vite le jaune!

Le passage de la MRC de la Matanie en zone orange réjouit partiellement le maire de Matane, Jérôme Landry.

La situation épidémiologique des quatre MRC de l’est du Bas-Saint Laurent aurait pu, selon M. Landry, permettre de descendre au palier de préalerte jaune. On a vraiment une situation où on a moins de cas actifs, où on a moins d’activité virale sur notre territoire que la Gaspésie qui est en jaune.

Il est toujours interdit en zone orange de se rencontrer dans une maison privée tandis que c’est le cas en zone jaune. Une différence significative, selon le maire de Matane. C’est aussi, dit-il, la possibilité d’avoir deux bulles dans une résidence privée. Ça, c’est important entre autres pour nos proches, nos parents, les enfants, les amis aussi. Ça, ce n’est pas encore possible et malheureusement, il y a déjà des gens qui le font.

La préfète de la Matapédia, Chantale Lavoie, se dit soulagée. Elle rappelle que le passage de la Matapédia à un palier d’alerte moins restrictif était attendu depuis plusieurs mois. On avait l’impression de ne pas être pris au sérieux. Depuis le mois décembre dernier la Matapédia dit que ce n’est pas normal, sa situation épidémiologique ne reflétait pas du tout le palier sur lequel on se trouvait.

Avec 79 cas de COVID-19 cumulés depuis le début de la pandémie, la Matapédia est la MRC de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent où la population a été le moins atteinte par le virus. Dans les deux régions, seules les Îles-de-la-Madeleine affichent un meilleur bilan avec 39 cas.

Chantale Lavoie estime qu’il était temps que les efforts consentis par les Matapédiens pour respecter les mesures sanitaires soient reconnus. Si on se base, dit-elle, sur ce que la santé publique et sur ce que le gouvernement nous dit depuis le début de la pandémie, c’est les chiffres, c’est la réponse épidémiologique, c’est les taux de contagion, la capacité de notre système de santé. Quand tu regardes ce qui se passe dans notre secteur, on a tous de bons résultats et on n'a rien à l’autre bout. À un moment donné, il faut s’assurer de défendre l’intérêt de nos gens aussi là-dedans.

Mme Lavoie souligne que les élus des quatre MRC de l’est du Bas-Saint-Laurent s’étaient mobilisés et avaient écrit une lettre la semaine dernière au premier ministre François Legault pour inviter Québec à changer leur zone d’alerte. Elle espère maintenant que le niveau d’alerte descende encore d’un palier.

On va s’assurer que tout ça se passe bien et qu’on puisse même accéder au jaune assez rapidement.

Une citation de Chantale Lavoie, préfète de la MRC de la Matapédia

Des discussions d'élu à élu

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, estime que les trois MRC de sa circonscription devraient déjà être en zone jaune, comme la Gaspésie voisine. Il explique en avoir discuté avec le ministre de la Santé, Christian Dubé. Il y avait, dit-il, un décalage beaucoup trop important entre les deux régions.

Si le palier rouge ne reflétait pas la situation sanitaire des trois MRC, le palier orange non plus, selon le député.

Pascal Bérubé entend bien continuer à faire valoir ce point de vue sur le plan national. Là, on est orange, mais comparons des données objectives, on devrait être en zone jaune et je souhaite qu’on soit en zone jaune. Et maintenant, je plaide directement avec la santé publique nationale et aussi auprès du ministre. Je plaide d’élu à élu.

Par ailleurs, Québec a confirmé, lundi, qu’il allait de l’avant avec son plan de déconfinement.

Dès vendredi, le couvre-feu sera levé et les terrasses des restaurants seront ouvertes partout dans la province, même en zone rouge. Les rassemblements de huit personnes maximum dans les cours extérieures privées seront permis et les déplacements entre les régions seront autorisés.

Avec les collaborations de Shanelle Guérin, Denis Leduc et Marie-Jeanne Dubreuil

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Bas Saint Laurent

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Bas Saint Laurent.