•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le propriétaire du Mega Fitness Gym minimise sa responsabilité

Daniel Marino prend la pause pour la caméra à l'intérieur de son centre d'entraînement.

Daniel Marino a accordé sa première entrevue depuis l'éclosion de COVID-19 survenue au début du printemps au Mega Fitness Gym 24h.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Le propriétaire du Mega Fitness Gym de Québec refuse de porter entièrement le chapeau pour l’importante éclosion de COVID-19 survenue dans son établissement au début du printemps. S’il admet avoir commis certaines erreurs, Daniel Marino affirme que ce sont d’abord et avant tout les clients réfractaires aux mesures sanitaires qui sont à blâmer.

On a une certaine petite responsabilité qu'on avait sur les mesures, mais on ne peut pas être responsable de tous les individus qui rentrent dans chaque commerce à Québec ou au Québec [...] Un moment donné, il y a une responsabilité du client, lance l’homme d’affaires, en entrevue à Radio-Canada.

C’est la première fois que M. Marino s’adresse aux médias depuis que le Mega Fitness Gym a fait la manchette il y a deux mois.

Le propriétaire du centre d'entraînement déplore avoir été dépeint comme un criminel et un être irresponsable. Il assure ne jamais avoir voulu défier la santé publique ou le gouvernement.

Une salle d'entraînement vide.

Le Mega Fitness Gym 24h devrait rouvrir ses portes le 31 mai.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Loin d’être laxiste, Daniel Marino dit au contraire avoir expulsé des clients délinquants qui ne respectaient pas les consignes sanitaires.

« Les gens, il faut leur répéter encore. Même après 15 mois de pandémie, il faut toujours répéter de mettre leur masque, de respecter le 2 mètres, tout. »

— Une citation de  Daniel Marino, propriétaire du Mega Fitness Gym 24h

Il s’agit pourtant du même Daniel Marino qui avait bravé l’interdiction de la santé publique à la mi-juin en ouvrant les portes de son gym, une décision qui avait mené à une intervention du Service de police de la Ville de Québec.

Rappelons que de nombreux clients du centre d'entraînement ont raconté avoir observé du laxisme dans l'application des règles sanitaires. Ils allèguent que M. Marino et certains de ses employés étaient loin de toujours montrer l'exemple.

Plus de 500 cas

À la fin du mois de mars, une quarantaine d’employés et de clients du centre d’entraînement ont contracté la COVID-19. Ces personnes infectées ont à leur tour contaminé au moins 36 autres milieux de travail.

Selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale, plus de 500 cas de COVID-19 apparus ce printemps sont liés à l'éclosion au Mega Fitness Gym.. Les autorités régionales de santé publique avaient ordonné la fermeture de l’établissement après y avoir observé de graves manquements aux mesures sanitaires.

Des agents du SPVQ dans le stationnement du Mega Fitness Gym.

Le 31 mars, des agents du SPVQ s'étaient rendus au Mega Fitness Gym pour constater la fermeture de l'établissement (archives).

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Après l’éclosion du mois de mars, Daniel Marino est en quelque sorte devenu l’ennemi public numéro un. Il s’est notamment attiré l’ire d’autres propriétaires de centres d’entraînement, furieux de faire les frais de son imprudence.

Attaqué par Labeaume

En entrevue à l’émission Tout le monde en parle, le maire de Québec, Régis Labeaume, l’avait vertement critiqué.

Le gars, grand génie, contestait les mesures sanitaires et ironiquement, ironiquement, ce grand monsieur-là, tout d’un coup, a fait que la pandémie déferle en ville. Il en est grandement responsable, avait-il asséné.

Daniel Marino a vu dans cette réaction un manque de considération du maire à l’endroit des commerçants.

Si le maire sort, c'est sûr qu'il ne tient pas bien, bien à ses commerces, rétorque celui qui soutient avoir payé 1,25 million de dollars en taxes municipales depuis l’ouverture de son gym, il y a 25 ans.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !