•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Floride signe une loi pour sévir contre la « censure » des géants du web

Ron DeSantis s'adressant aux militants républicains lors d'un rassemblement partisan du président Trump, qu'on aperçoit à ses côtés

Ron DeSantis veut mettre à l'amende les géants du web qui expulsent des personnalités politiques de leurs plateformes.

Photo : Reuters / Carlos Barria

Agence France-Presse

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a signé lundi une loi qui permettra de mettre à l'amende les Twitter et Facebook de ce monde s’ils bloquent les comptes de personnalités politiques, comme elles l'ont fait avec l'ex-président américain Donald Trump.

Ron DeSantis, un républicain considéré comme l’un des possibles candidats à la présidentielle de 2024, a indiqué que cette mesure faisait partie de la lutte contre la censure des grandes entreprises technologiques.

Si la censure de la technologie applique des règles de manière inégale, pour discriminer en faveur de l'idéologie dominante de la Silicon Valley, elle devra maintenant rendre des comptes.

Une citation de :Ron DeSantis

Donald Trump avait été évincé de Twitter et Facebook pour ses commentaires après l'invasion du Capitole par une foule de ses fans le 6 janvier.

Une amende salée

La loi SB 7072, qui entrera en vigueur le 1er juillet, prévoit des amendes allant jusqu'à 250 000 dollars américains par jour pour les plateformes bloquant une personne qui occupe un poste au niveau de l'État.

La législation permet en outre à la population de la Floride, se jugeant traitée de manière injuste par les entreprises de la technologie, de les poursuivre pour obtenir un dédommagement.

La loi pourrait bien être contestée, car des activistes des droits civiques la jugent contraire au premier amendement de la Constitution sur la liberté d'expression.

Quand on parle de liberté d'expression, un site n'est pas différent d'un journal : il a le droit fondamental de décider quel discours il va autoriser et quel discours il ne va pas autoriser sur sa plateforme.

Une citation de :Corbin Barthold, du groupe TechFreedom

La Floride essaie de forcer quelques grandes plateformes à accueillir des discours qu'elles n'accepteraient pas sinon, ajoute-t-il, en jugeant la mesure anticonstitutionnelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !