•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins demandent un confinement encore plus strict au Manitoba

Des patients souffrent et meurent en attendant des soins, selon les médecins.

Une infirmière revêtue d'un équipement de protection individuelle est en plein travail auprès d'un patient atteint de COVID-19.

Les soins intensifs au Manitoba ont vu leur capacité augmenter de 150 %. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Radio-Canada

Six médecins du Manitoba demandent aux autorités sanitaires de la province d’imposer un confinement plus complet pour prévenir d'autres décès et des maladies graves au Manitoba.

Le système de santé est débordé au Manitoba et des patients souffrent et meurent en attendant d'être traités pour des maladies non liées à la COVID-19, ont déclaré les médecins lors d'une conférence de presse mardi matin.

Le Dr Eric Jacobsohn a ainsi donné en exemple six patients morts en attendant une opération cardiaque. L’intensiviste et anesthésiologiste cardiaque est l'un des six médecins manitobains appelant le gouvernement provincial à fermer des entreprises non essentielles et à imposer un confinement plus strict en demandant aux gens de rester chez eux.

Ces mesures sont nécessaires pour ralentir la propagation de la COVID-19 et alléger la pression sur les hôpitaux dépassés par le nombre de personnes gravement malades, ont ajouté les médecins.

Les soins intensifs au Manitoba ont vu leur capacité augmenter de 150 %. Pour autant, cela n’a pas suffi et la province a dû transférer une quinzaine de patients en Ontario pour libérer des lits. En date de mardi, 79 patients sont aux soins intensifs et 18 personnes ont été transférées en Ontario, pour un total de 97 Manitobains ayant besoin de soins intensifs.

Les besoins ne feront qu’augmenter au cours des prochaines semaines

Ces patients sont gravement malades, ils sont de plus en plus jeunes, et ce qui est tragique et déchirant pour le personnel, ces patients souffrent seuls, a insisté Eric Jacobsohn.

Le fait que le Manitoba ait été forcé de déplacer des patients hors de la province prouve que le système a déjà atteint sa capacité maximale, abonde le docteur Daniel Roberts qui travaille, lui aussi, en soins intensifs.

Le nombre de patients atteints de COVID-19 nécessitant des soins intensifs ne fera qu'augmenter dans les semaines à venir, ajoute le Dr Roberts.

À mesure que les nombres augmentent, nous allons demander à plus de provinces de prendre nos patients, même si la courbe se stabilise. Nous devons la réduire, a-t-il déclaré.

À cause des patients atteints de la COVID-19, la province a dû reporter de nombreuses autres procédures chirurgicales urgentes, telles que le dépistage et le diagnostic du cancer.

Le retard des traitements prolonge non seulement la souffrance des patients, mais rend également leurs conditions plus difficiles à traiter plus tard, disent les médecins.

Les patients que l’on soigne dans les hôpitaux manitobains sont tombés malades au travail, dans les centres commerciaux et dans les écoles – des endroits où ils avaient le droit ou le devoir de se rendre, ajoutent les médecins dans un communiqué.

Des patients risquent de recevoir des soins inadéquats

Les médecins estiment que les patients courent maintenant le risque de recevoir des soins inadéquats, qu'ils aient la COVID-19 ou non.

Toute personne qui souffre d'une maladie chronique grave, qui peut avoir un cancer précoce devant être diagnostiqué, ou qui a besoin d'une intervention chirurgicale urgente, court maintenant un grand risque de ne pas recevoir les soins dont elle a besoin.

Une citation de :Les six médecins spécialistes manitobains

Les médecins disent qu'ils sont conscients des graves conséquences financières et psychologiques d'un confinement plus strict, mais que des vies sont en danger.

Selon eux, les ennuis financiers à court terme ne peuvent se comparer aux dommages financiers, psychologiques et physiques à long terme qu'un ensemble de restrictions prolongées et inefficaces pourrait entraîner.

De plus, le six experts demandent à la province de créer un congé de maladie payé obligatoire, comme l'ont fait d'autres provinces, au lieu d'un programme volontaire.

Au début du mois de mai, la province a annoncé que les employeurs qui ne paient pas encore les congés de maladie de leurs employés recevront 600 $ par employé pour couvrir jusqu'à cinq jours complets de congés de maladie liés au coronavirus.

Ce congé de maladie peut être pris pour des tests de dépistage de la COVID-19, des rendez-vous de vaccination, des effets secondaires de la vaccination, l'auto-isolement après un test positif ou pour prendre soin d'un proche dans l'une de ces circonstances.

Un appel aux Manitobains

Les médecins lancent un appel à la population comme tel et demandent à la population d'agir pour assurer sa sécurité et de rester à la maison, même si le gouvernement ne l'oblige pas à le faire.

Les médecins du groupe, soit Daniel Roberts (intensiviste), Charles Bernstein (gastroentérologue), Pam Orr (spécialiste des maladies infectieuses), Christine Peschken (rhumatologue), Jillian Horton (interniste) et Eric Jacobsohn (intensiviste et anesthésiste cardiaque), ont participé à la conférence de presse.

Le Manitoba a continué de publier des bilans quotidiens élevés de la fin de semaine, avec 476 nouveaux cas samedi, 461 dimanche et 353 lundi.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !