•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève chez Olymel : manifestation dans les rues de Vallée-Jonction

Un groupe de manifestants avec des pancartes et drapeaux.

Environ 250 employés de l'usine Olymel ont manifesté à Vallée-Jonction, lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Plus de 250 employés en grève d'Olymel ont manifesté dans les rues de Vallée-Jonction en Beauce, lundi matin.

Durant la manifestation, les participants ont parcouru les rues de Vallée-Jonction afin d’attirer l’attention de la population locale sur leurs demandes. Le parcours de la manifestation a également inclus un passage devant la résidence de certains cadres de l'usine.

On veut avoir un respect de l’employeur et c’est pour ça qu’on va là. On veut qu’il nous écoute, explique le président du syndicat de l'usine, Martin Maurice.

Les 1100 employés de l’abattoir sont en grève générale illimitée et les activités d'abattage de l'usine sont interrompues depuis maintenant plus de trois semaines. La convention collective est échue depuis le 1er avril.

Des employés manifestent devant l'usine.

1100 employés de l'usine Olymel de Vallée-Jonction sont en grève depuis le 28 avril.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Recul dénoncé

Le président du syndicat Martin Maurice dénonce un recul dans les négociations avec l'employeur. On veut qu’il nous dépose ce qu’il n’a pas déposé jusqu’à maintenant, le monétaire. Et ce qu’il a déposé du point de vue du normatif, ça n’a pas de bon sens et les travailleurs sont frustrés, proclame-t-il.

Concernant les demandes salariales des syndiqués, Martin Maurice affirme qu’il s’agit d’une question de rétention de personnel. On pense qu'il faut qu'ils donnent du salaire pour être capables de garder leur monde.

L’employeur soutient de son côté que les conditions offertes et le salaire sont supérieurs à ceux d’autres entreprises semblables.

Les prochaines séances de négociation sont prévues mercredi et jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !