•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Î.-P.-É. aura des championnats provinciaux interscolaires en juin

Une joueuse qui porte un ballon tente d'éviter un plaquage.

Environ 116 équipes et plus de 1500 jeunes participent aux sports scolaires à l'Île-du-Prince-Édouard cette année.

Photo : Julien Lecacheur

Julien Lecacheur

L'Île-du-Prince-Édouard est la seule province au pays à organiser des championnats provinciaux interscolaires.

La joie se lisait sur les visages des jeunes sportifs de l'école François-Buote de Charlottetown, la semaine dernière. L'équipe de flag-football jouait deux rencontres.

Malgré la pandémie, le sport interscolaire ne s'est pratiquement pas arrêté dans la province cette année au plus grand bonheur des joueurs. C'est bien, j'espère que je vais gagner cette saison, a dit en souriant Kayson Holden, 15 ans.

Une partie se déroule sur un terrain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La majorité des élèves de l'école François-Buote découvrent le flag-football. Admissibles l'an dernier, ils n'ont pu jouer à cause de la COVID 19.

Photo : Julien Lecacheur

Comme lui, plus de 1500 jeunes de la province répartis dans 116 équipes pratiquent à l'heure actuelle un sport interscolaire. Cette véritable réussite est attribuée à la situation avantageuse de la province insulaire dans le contexte de la COVID 19, mais aussi à beaucoup d'organisation.

C'est beaucoup plus d'organisation comparée à une année normale. On est vraiment content de pouvoir jouer. Les jeunes l'étaient encore plus en septembre quand ils ont appris qu'ils pourraient jouer.

Une citation de :Mitchell Caissy, directeur des sports à l'école François-Buote
Une joueuse de rugby tient le ballon, elle tente d'échapper à un plaquage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les rencontres de rugby se déroulent comme avant la pandémie. Seul le nombre de spectateurs est différent et limité par rapport à 2019.

Photo : Julien Lecacheur

Deux spectateurs par athlète

Ce printemps, des dizaines de parties de flag-football, de balle molle, de hockey balle ou encore de rugby se déroulent chaque semaine sur les terrains insulaires. La situation est très contrastée comparée à celle de l'an dernier quand tout a été annulé.

Micah Wiltshere peut en témoigner. L'entraîneur de l'équipe de flag-football de l'école François-Buote n'avait pu entraîner ses joueurs l'an dernier. Cette année, il est heureux d'être de retour sur le bord du terrain.

On a tout manqué l'an dernier. C'est le fun d'être de retour. Tout le monde est heureux d'être ici.

Une citation de :Micah Wiltshere, entraîneur de flag-football à l'école François-Buote

Et pour que tout se déroule presque normalement, la province a mis en place des règles sanitaires strictes. À commencer par une limite du nombre de spectateurs. Chaque joueur a droit à deux accompagnateurs.

Une joueuse sur le marbre s'apprête à frapper la balle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les championnats provinciaux de balle molle se dérouleront la première semaine du mois de juin.

Photo : Julien Lecacheur

On est chanceux d'être ici. Et même si on ne pouvait pas le voir, notre fils peut jouer, c'est excitant, affirme Tamara, une mère de famille.

Les règles sont bien respectées. Du coup, cela facilite la vie des équipes et des organisateurs.

Cela se passe bien. C'est plus facile de faire des choses dehors, car il y a plus d'espace. On peut se séparer et garder des distances. On peut avoir 50 spectateurs par cohorte. De plus, ils sont tous au moins à six pieds du terrain, explique Mitchell Caissy, le directeur des sports de l'école François-Buote.

Des parents sont assis aux abords de terrains de flag-football.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nombre de parents pouvant assister aux rencontres sportives est limité par élève.

Photo : Julien Lecacheur

L'Île-du-Prince-Édouard : un cas unique au pays

Le respect des règlements permet à la province de voir les prochaines semaines plus sereinement. On organisera des championnats interscolaires provinciaux durant la première semaine de juin.

Nous sommes la seule province au Canada à offrir ces finales, assure Joel Arsenault, président de l'association des sports athlétiques de l'Île-du-Prince-Édouard (PEISAA).

La situation est similaire au hockey sur glace. Après une saison presque normale, Hockey Île-du-Prince-Édouard a pu tenir ses séances d'entraînement de haute performance contrairement au reste du Canada.

Nous sommes la seule province au Canada à avoir organisé des programmes de haute performance. Même Équipe Canada ne pourra pas organiser le moindre camp national cette année.

Une citation de :Connor Cameron, directeur de Hockey Île-du-Prince-Édouard
Une partie de hockey dans un aréna.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon Hockey Île-du-Prince-Édouard, aucune autre province au Canada n'a joué plus de matchs de hockey cette saison que l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

Tous espèrent maintenant que la saison se terminera aussi bien qu'elle a commencé, dans la joie et la bonne humeur, ce qui serait une victoire pour toute une province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !