•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avion détourné au Bélarus : l'opposant Protassevitch détenu à Minsk

Les dirigeants de l'Union européenne ont décidé lundi soir de fermer leur espace aérien au Bélarus.

Un homme portant un coton ouaté est assis derrière une table, les mains croisées devant lui.

Détenu à Minsk, Roman Protassevitch a dit dans une vidéo diffusée par la télévision d'État être « passé aux aveux ».

Photo : Reuters

Radio-Canada

L'opposant bélarusse Roman Protassevitch, interpellé après le détournement d'un avion de ligne, est en détention provisoire dans une prison de la capitale, a indiqué lundi la porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Le ministère a démenti une information véhiculée par la mère du militant selon laquelle il était peut-être hospitalisé à cause de problèmes cardiaques, précisant qu'il se trouvait dans la Maison d'arrêt no 1, dans le centre de la capitale.

Dans une vidéo diffusée lundi à la télévision publique et dénoncée par l'opposition, Roman Protassevitch a affirmé collaborer avec les enquêteurs.

Le personnel se comporte avec moi de façon tout à fait adéquate et en respectant la loi. Je continue de collaborer avec les enquêteurs et suis passé aux aveux concernant l'organisation de troubles massifs, a affirmé M. Protassevitch dans cette vidéo, où il s'exprime assis à une table, face à la caméra.

Dans la vidéo, Roman Protassevitch dit également être en bonne santé. Il a l'air fatigué, agitant ses mains croisées, tandis qu'un paquet de cigarettes et un autre d'allumettes sont posés sur la table. La pièce où il est filmé ne donne aucune indication quant à sa localisation.

Les médias d'opposition ont affirmé que Roman Protassevitch avait des traces sur le visage, ce qui laisserait présager, selon eux, de possibles mauvais traitements. Par le passé, les autorités bélarusses ont déjà été accusées d'avoir diffusé des confessions de détenus obtenues sous la contrainte.

Boeing 737-8AS de Ryanair à Minsk.

Roman Protassevitch, 26 ans, est l'ancien rédacteur en chef de l'influent média d'opposition Nexta, qui a joué un rôle clé dans l'organisation d'un mouvement de protestation historique contre Alexandre Loukachenko, en 2020.

Dimanche, il a été interpellé à Minsk avec sa compagne, Sofia Sapéga, à la descente d'un vol Ryanair faisant la liaison entre Athènes et Vilnius. L'avion avait été forcé d'atterrir à la suite d'une alerte à la bombe qui s'est ensuite révélée fausse.

Vivant en exil en Lituanie, Roman Protassevitch est poursuivi au Bélarus pour organisation de troubles massifs, un crime passible de 15 ans de prison.

Les services de sécurité bélarusses (KGB), hérités de la période soviétique, l'ont aussi placé sur une liste d'individus impliqués dans des activités terroristes. Selon l'opposition, à cause de ce dernier motif, l'opposant encourt la peine de mort au Bélarus, le dernier pays à appliquer la peine capitale en Europe.

Son père évoque la torture

Le père de Roman, Dzmitry Protassevitch, croit que les aveux de son fils ont été obtenus avec l’usage de la force et de la coercition.

Il est probable que son nez soit cassé, parce que sa forme a changé et ils y a beaucoup de poudre dessus. Toute la partie gauche de son visage a été poudré, a-t-il déclaré en russe à l’agence Reuters à partir de la ville de Wroclaw, en Pologne, où il habite avec son épouse.

Roman Protassevitch arrêté par la police.

Roman Protassevitch avait déjà eu affaire aux autorités biélorusses. Sur cette photo datant de mars 2017, il se fait arrêter par la police à Minsk.

Photo : Associated Press / Sergei Grits

Ce ne sont pas ses mots, ce n'est pas le sens de son discours. Il agit de façon très réservée et on peut voir qu’il est nerveux. Et ce n’est pas son paquet de cigarettes sur la table. Il ne fume pas celles-là. Alors, je pense qu’il a été forcé, a-t-il affirmé.

Mon fils ne peut pas avouer avoir causé des troubles de masse parce qu'il n'a pas fait une telle chose.

Une citation de :Dzmitry Protassevitch, père de Roman

De plus, Dzmitry Protassevitch a confié à la BBC qu’il est très inquiet du sort qui attend son fils et de la façon qu’il sera traité par les autorités. Nous espérons qu’il s’en sortira. Nous avons peur de même y penser, mais c’est possible qu’il soit battu et torturé, a-t-il admis.

Nous sommes vraiment choqués et bouleversés. Ce genre de gestes ne devrait pas survenir au 21e siècle au cœur de l’Europe, a-t-il ajouté.

Fermeture de l'espace aérien européen

L'Union européenne a décidé lundi soir de fermer son espace aérien aux appareils du Bélarus, pour sanctionner le régime de Loukachenko, accusé d'avoir fait dérouter l'avion de ligne à bord duquel se trouvait le dissident, selon un porte-parole du Conseil européen.

Alexandre Loukachenko, au lutrin, parle dans un micro.

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko.

Photo : Reuters / PAVEL ORLOVSKY/BELTA

Les 27 États membres, réunis en sommet à Bruxelles, ont également demandé à leurs compagnies aériennes d'éviter le survol du Bélarus et réclamé la libération immédiate de M. Protassevitch et de sa compagne Sofia Sapéga, selon des conclusions du sommet mises en ligne par le porte-parole.

Le Conseil européen condamne avec force l'atterrissage forcé d'un avion Ryanair à Minsk [...] qui a porté atteinte à la sécurité aérienne et la détention par les autorités bélarusses de M. Protassevitch et Mme Sapéga, indique le document.

Le Conseil, qui représente les États membres, appelle également l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à enquêter sur cet incident inacceptable et sans précédent. Il invite aussi à élargir dès que possible la liste des responsables et entités du Bélarus visés par des sanctions européennes.

Quelque 88 personnes, dont Alexandre Loukachenko, et sept entités ont déjà été sanctionnées par une interdiction de voyager dans l'UE et un gel des avoirs pour la répression de l'opposition et la présidentielle du 9 août 2020, jugée truquée par les Européens.

Les Vingt-Sept demandent en outre l'adoption d'autres sanctions économiques ciblées et invitent le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, et la Commission européenne à soumettre sans délai des propositions à cette fin.

Plus tôt dans la journée, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait promis une réponse très forte de l'Union européenne contre le régime de Loukachenko face au « comportement scandaleux » du régime bélarusse.

Loukachenko et son régime doivent comprendre que cela aura de graves conséquences.

Une citation de :Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne
Ursula von der Leyen parle derrière un lutrin en conférence de presse.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Photo : Reuters

Vols suspendus

L'organisation de l'aviation civile internationale (OACI) va organiser une réunion d'urgence de son organe directeur jeudi, a annoncé lundi l'agence onusienne.

Le président du Conseil de l'OACI a convoqué une réunion d'urgence des 36 représentants diplomatiques du Conseil le 27 mai suite à l'incident impliquant le vol Ryanair FR4978 dans l'espace aérien du Bélarus, a tweeté l'agence basée à Montréal, sans autres précisions.

Près de 2000  appareils effectuant des vols commerciaux empruntent chaque semaine l'espace aérien du Bélarus, a précisé l'organisation Eurocontrol. La compagnie nationale du Bélarus Belavia assure pour sa part une vingtaine de vols chaque jour au départ ou à destination d'aéroports de l'UE.

Avant l'annonce de l'UE, des compagnies aériennes avaient déjà décidé de suspendre leurs propres activités dans l'espace aérien du Bélarus, dont le groupe allemand Lufthansa, la compagnie KLM et le transporteur scandinave SAS.

La présidence ukrainienne a elle aussi ordonné l'arrêt des liaisons aériennes directes avec le Bélarus et le survol du territoire de ce pays en provenance ou à destination de l'Ukraine.

Le président Volodymyr Zelensky a chargé le gouvernement de mettre en œuvre sa décision sur l'arrêt de liaisons aériennes directes entre l'Ukraine et le Bélarus et de fermer l'espace aérien du Bélarus pour les vols depuis l'Ukraine ou à destination de notre pays, selon un communiqué de la présidence.

Un homme en conférence de presse à l'extérieur, devant la façade d'un immeuble.

Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky.

Photo : Associated Press / Lewis Joly

Appels à une enquête indépendante

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a soutenu les appels à une enquête transparente et indépendante complète sur le détournement de l'avion de Ryanair et a exhorté tous les acteurs concernés à coopérer à une telle enquête, a affirmé lundi son porte-parole.

Nous voudrions le voir remis en liberté, a ajouté le porte-parole en réponse à une question sur le sort de ce journaliste d'opposition arrêté.

Le secrétaire général reste gravement préoccupé par la détérioration de la situation des droits humains au Bélarus. Il exhorte les autorités du Bélarus à respecter pleinement toutes leurs obligations internationales en matière de droits, y compris en ce qui concerne la liberté d'expression, de réunion et d'association, a ajouté Stéphane Dujarric.

L'OTAN, qui veut une enquête internationale, va réunir mardi ses ambassadeurs pour discuter de la situation. Son secrétaire général, Jens Stoltenberg, a dénoncé un incident grave et dangereux.

Sur la liste noire

Par ailleurs, le Bélarus a ordonné l'expulsion de l'ambassadeur de Lettonie et de tout le personnel de l'ambassade à Minsk, accusant les autorités lettones d'avoir remplacé le drapeau bélarusse par celui de l'opposition en marge du Mondial de hockey.

Vladimir Makeï sur une tribune à L'ONU.

Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï.

Photo : Reuters / EDUARDO MUNOZ

En réaction, la Lettonie a peu après annoncé l'expulsion de l'ambassadeur du Bélarus et d'autres diplomates bélarusses. La Lettonie a convoqué le chargé d'affaires du Bélarus pour l'informer des actions identiques et de l'expulsion de diplomates bélarusses jusqu'à la normalisation des relations, a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la Lettonie dans un communiqué.

Londres a d’ailleurs convoqué l'ambassadeur du Bélarus pour protester après le déroutage de l’avion de ligne. Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a affirmé qu'il était difficile de croire que Moscou n'ait pas donné son accord au détournement du vol de Ryanair vers Minsk.

Les détails dont nous disposons ne sont pas clairs à ce sujet, mais il est très difficile de croire que ce genre d'action ait pu avoir lieu sans au moins l'acquiescement des autorités à Moscou, qui constituent le principal soutien du régime d'Alexandre Loukachenko, a déclaré M. Raab au Parlement.

Quant à la chancelière allemande Angela Merkel, elle a jugé que les justifications données par les autorités bélarusses pour le détournement de l’avion n'étaient pas crédibles . Elle a réclamé la libération immédiate de l’opposant au régime de Loukachenko.

L'opposante en exil Svetlana Tikhanovskaïa a une nouvelle fois dénoncé lundi cette arrestation. Un exemple de terrorisme d'État a eu lieu. Maintenant, tous les passagers volant avec des compagnies civiles au-dessus du Bélarus seront en danger, a-t-elle lancé lors d'une conférence de presse à Vilnius. Le régime a transformé notre pays en Corée du Nord au milieu de l'Europe, a-t-elle ajouté.

Joe Biden pendant une allocution à l'extérieur de la Maison-Blanche.

Le président américain Joe Biden.

Photo : Reuters / KEVIN LAMARQUE

Le président américain Joe Biden a condamné le détournement scandaleux de l’avion de ligne. Les États-Unis condamnent de la façon la plus ferme le déroutement de l'avion et l'arrestation de Roman Protassevitch, a indiqué le président démocrate dans un communiqué.

Je me joins aux nombreux appels à une enquête internationale pour déterminer les faits. Je salue la nouvelle selon laquelle l'Union européenne a appelé à des sanctions économiques ciblées et d'autres mesures, et j'ai demandé à mon équipe de réfléchir aux options appropriées pour faire rendre des comptes aux responsables, en coordination étroite avec l'Union européenne, d'autres alliés et partenaires et des organisations internationales, a-t-il ajouté.

Le régime d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a vu son autoritarisme aller croissant depuis la répression d'un mouvement de contestation inédit lors duquel des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues en 2020.

La contestation s'est progressivement essoufflée face à une répression impitoyable. Toutes les figures du mouvement se trouvent en prison ou en exil forcé, tandis que de lourdes peines de prison ont été infligées à des militants et à des journalistes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !