•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture de la frontière : la pression monte sur le gouvernement Trudeau

La frontière canado-américaine à Peace Arch-Douglas fermée en date du 18 mars 2020.

Le 18 mars, le gouvernement canadien annonçait que la frontière canado-américaine était maintenant « fermée temporairement » aux déplacements non essentiels des citoyens des deux pays.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

La pression s’accentue sur le gouvernement fédéral pour qu’il fasse connaître son plan de réouverture de la frontière terrestre avec les États-Unis.

La situation épidémiologique s’améliore grandement au pays. À preuve, la moyenne quotidienne de cas de COVID-19 signalés au pays au cours de la semaine du 14 au 20 mai se situe à 5004, ce qui correspond à une baisse de 26 % par rapport à la semaine précédente.

De plus, la vaccination progresse rapidement. Le Canada a franchi samedi une étape encourageante : 50 % de la population a reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19. En date de dimanche, plus de 21 millions de citoyens ont été vaccinés.

Comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2

Après un lent départ en avril, la campagne de vaccination s'est accélérée en mai. Rien que la semaine dernière, plus de 370 000 doses ont été administrées en moyenne chaque jour au pays. Pour atteindre l’immunité collective, il faudrait que 75 % des Canadiens admissibles aient obtenu leur première dose de vaccin et qu’une personne sur cinq en ait reçu deux.

De surcroît, au cours des dernières semaines, plusieurs provinces ont dévoilé leur plan de déconfinement progressif, dont le Québec, l’Ontario et la Saskatchewan.

Jeudi, Ottawa a prolongé encore une fois d'un mois, soit jusqu'au 21 juin, les restrictions sur les voyages non essentiels à la frontière avec les États-Unis. Ces voyages sont interdits depuis le début de la pandémie, en mars 2020.

Justin Trudeau écoute la question d'un journaliste pendant le point de presse.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Interrogé sur la réouverture éventuelle de la frontière canado-américaine, mardi, le premier ministre Justin Trudeau a laissé entendre que 75 % des Canadiens devraient d'abord être vaccinés contre la COVID-19.

M. Trudeau a indiqué que des discussions se poursuivent entre Ottawa et Washington, mais il a rappelé que le Canada n'avait toujours pas vaincu la troisième vague et qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir voyager en toute sécurité.

Réouverture au Yukon

Néanmoins, cela n’empêchera pas le Yukon de faire un pas de plus vers le retour à une certaine normalité en levant les restrictions de voyage pour les personnes se trouvant à l'intérieur et à l'extérieur de son territoire et pouvant prouver qu'elles ont été entièrement vaccinées.

Il s’agit d’un grand bond en avant, estime le Dr Brendan Hanley, directeur de la santé publique du Yukon. Cela pourrait donner un premier aperçu de ce qu'il faudrait faire pour relancer les voyages au Canada et à l'étranger, selon lui.

La réouverture du Yukon est favorisée par le taux de vaccination le plus élevé du pays. Près de 60 % des Yukonais sont complètement vaccinés contre la COVID-19. D’ailleurs, la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a qualifié la campagne de vaccination du Yukon de modèle pour les autres gouvernements de la fédération.

Sandy Silver au micro.

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Tous les yeux sont tournés vers le Yukon, a déclaré dimanche le premier ministre yukonais Sandy Silver au cours d’une entrevue à l’émission Rosemary Barton Live diffusée sur CBC.

Nous sommes un peu comme un chasse-neige en ce moment, a dit M. Silver, ajoutant que bon nombre de provinces ne sont pas au même point dans la discussion publique concernant la réouverture des frontières.

Sandy Silver a indiqué que des discussions sont en cours entre les provinces canadiennes afin de déterminer ce à quoi pourrait ressembler un système national de vérification du statut des vaccins. Il serait très utile de voir une campagne nationale, a-t-il déclaré.

Immunité collective

Également de passage à l’émission Rosemary Barton Live, le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada, s’est fait questionner sur la fin potentielle des restrictions de voyage et la réouverture de la frontière terrestre.

L'administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada est assis derrière une table, lors d'une conférence de presse.

Le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Le Dr Njoo a dit que tout changement devait être lié aux circonstances épidémiologiques et qu'il était essentiel d'atteindre le point d'immunité collective.

Une fois que nous aurons atteint cette étape, nous pourrons envisager l'ouverture de la frontière internationale.

Une citation de :Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada

Howard Njoo a aussi souligné que la question des passeports vaccinaux demeure un sujet d'actualité. Il considère qu’il faudrait une collaboration étroite entre les provinces et les territoires pour mettre au point un tel système.

Des signaux clairs réclamés

Pendant ce temps, certains politiciens, tant aux États-Unis qu'au Canada, réclament des signaux plus clairs pour assouplir les restrictions.

C’est le cas du représentant de l’État de New York au Congrès américain Brian Higgins qui plaide pour un plan binational pour la réouverture avec comme objectif d’au moins élargir les critères définissant les voyageurs essentiels, afin d’inclure ceux qui possèdent une propriété au Canada et qui vivent aux États-Unis, des êtres chers qui ont été séparés et les transactions commerciales.

Brian Higgins se tient debout et parle à la Chambre des représentants.

Brian Higgins est un représentant démocrate de l'État de New York au Congrès américain.

Photo : Associated Press / Archives

En entrevue à l’émission Rosemary Barton Live, Brian Higgins a fait remarquer que le président Joe Biden a déclaré que les États-Unis devaient viser un retour à la normale pour le 4 juillet, jour de la Fête de l’indépendance au sud de la frontière.

Pour nous, le long de la frontière américano-canadienne, un sentiment de normalité inclut l'ouverture de la frontière.

Une citation de :Brian Higgins, représentant de l'État de New York

Brian Higgins a fait valoir que les personnes entièrement vaccinées des deux côtés de la frontière devraient pouvoir voyager librement, se basant sur les recommandations des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis.

Celui qui copréside le comité sur la frontière nord à la Chambre des représentants a déploré le manque d’informations partagées par le gouvernement canadien concernant la réouverture de la frontière, tout comme la prolongation de sa fermeture.

Il a aussi affirmé que les Canadiens qui souhaitent se faire vacciner contre la COVID-19 aux États-Unis devraient être considérés comme étant des voyageurs essentiels.

Ottawa n’est pas pressé

Cela n’a pas ébranlé le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, qui a confirmé à l’émission Les Coulisses du pouvoir diffusée sur ICI RDI que le gouvernement Trudeau n’entend pas, pour l'instant, alléger les restrictions encadrant les voyages jugés non essentiels.

Marc Garneau devant un drapeau canadien et américain.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Il a expliqué que ce qui guide les décisions du gouvernement, c’est la santé des Canadiens. On ne veut pas que cette pandémie continue plus longtemps qu’elle ne le devrait. Alors, c’est vraiment important à ce moment-ci, même quand les gens deviennent impatients, de se rappeler qu’il faut protéger les Canadiens, a-t-il affirmé.

Marc Garneau n’a pas fourni d’échéancier à propos de la réouverture de la frontière. On n’est pas prêts encore à changer les règles. On le fera quand on sera certains que ça va être possible, a-t-il dit.

Le ministre a rappelé que la pandémie n’est pas chose du passé. On n’a pas fini. On est dans une troisième vague. Il y a de nouveaux variants. Alors, c’est particulièrement important qu’on soit guidés vis-à-vis des règles d’assouplissement par toutes les considérations vis-à-vis de la santé des Canadiens, a-t-il expliqué.

Quand on décidera d’assouplir les règles, c’est parce qu’on sera satisfaits, qu’on pourra les assouplir, a-t-il conclu.

Avec les informations de Christian Paas-Lang de CBC News et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !