•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des images de l'arrestation d'un Afro-Américain contredisent les policiers

Un homme est allongé par terre lors d'une intervention des policiers de Louisiane.

Une image de l'intervention policière qui a mené à la mort de Ronald Greene.

Photo : AP

Agence France-Presse

Des vidéos de l'arrestation ayant conduit à la mort d'un Afro-Américain en 2019, publiées cette semaine par la police de Louisiane, ont contredit la version des faits donnée par les agents, qui affirmaient que son décès avait été causé par un accident de voiture.

Ronald Greene, 49 ans, est décédé le 10 mai 2019 à Monroe, dans le nord de cet État du sud des États-Unis, après une course-poursuite avec des policiers selon lesquels il avait commis une infraction en conduisant.

D'après sa famille, la police avait assuré qu'il était mort sur le coup, en heurtant un arbre avec sa voiture alors qu'il tentait de s'échapper.

Plus tard, les forces de l'ordre avaient reconnu que l'Afro-Américain n'était pas décédé immédiatement et que ses agents avaient fait usage de la force, d'une façon qu'elles qualifiaient alors de justifiée.

La version des policiers contredite

Des images issues des caméras-piétons des policiers présents, révélées vendredi par la police de l'État deux jours après la publication d'extraits par les médias américains, contredisent la version initiale des faits.

Les extraits des médias montrent des agents ouvrant la porte de la voiture de Ronald Greene, utilisant un pistolet à impulsion électrique alors qu'il crie qu'il est désolé et qu'il a peur. Un policier le met ensuite à terre, lui inflige une prise d'étranglement et le frappe au visage.

Il reçoit une autre décharge de pistolet à impulsion électrique. Il est laissé visage au sol et menotté pendant plusieurs minutes.

Sur les vidéos publiées par la police, filmées sous d'autres angles, Ronald Greene gémit de douleur, à terre, et ne semble pas opposer de résistance.

On y entend un agent dire l'avoir cravaté et tout, en essayant de le maîtriser (...). On essayait de le forcer à rester au sol, parce qu'il crachait du sang partout et puis, tout d'un coup, son corps s'est ramolli.

Des justifications peu convaincantes

La police de Louisiane a tenté de justifier d'avoir gardé ces images secrètes jusqu'à la publication d'extraits par la presse.

La police avait la ferme intention (...) de publier toutes les preuves et informations nécessaires au moment opportun, a affirmé un de ses responsables, Lamar Davis, lors d'une conférence de presse, vendredi.

Il est regrettable que le chemin pour en arriver là ait pris autant de temps, a-t-il ajouté, tout en assurant que les extraits publiés dans les médias mercredi n'étaient pas complets ni contextualisés.

En mai 2020, la famille de Ronald Greene avait engagé des poursuites contre la police, l'accusant d'avoir causé sa mort.

Selon eux, l'avant du véhicule de Ronald Greene ne présentait pas de traces de collision, et les résultats d'une autopsie indépendante montraient des blessures à la tête incompatibles avec un accident de voiture.

En septembre, la FBI, la police fédérale américaine, a ouvert une enquête sur la mort de M. Greene.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !