•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pro-Palestine devant les consulats américain et israélien à Montréal

Des gens réunis dans le centre-ville.

La manifestation a rapidement été déclarée illégale par les policiers.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette Comeau

Des centaines de personnes sont descendues dans la rue au centre-ville de Montréal, samedi après-midi, pour appuyer la cause palestinienne, alors que les tensions demeurent vives au Proche-Orient.

Les protestataires se sont donné rendez-vous à 13 h devant le consulat général d'Israël, situé au square Westmount, rue Sainte-Catherine Ouest, près de la rue Atwater.

Ils ont ensuite marché jusqu'au consulat général des États-Unis situé un peu plus à l'est dans la rue Sainte-Catherine, plus précisément à l'angle de la rue Peel.

Les manifestants ont investi le square Dorchester, l’endroit même où il y avait eu des manifestations le week-end dernier. Ils ont récité une prière en solidarité avec les Palestiniens et scandé des slogans.

La foule, principalement composée de jeunes, a bloqué la rue Peel entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque.

La manifestation a été déclarée illégale par le Service de police de la Ville de Montréal vers 15 h.

Les troupes antiémeutes ont été dépêchées sur place. Les policiers ont demandé aux protestataires de se disperser, mais ils ont refusé, continuant à occuper la rue Peel.

Des personnes occupent une rue et tiennent des drapeaux et des pancartes.

Les manifestants se sont donné rendez-vous devant le consulat général d'Israël (photo), situé au square Westmount, avant de se rendre au consulat général des États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

Par la suite, la foule s'est déplacée dans la rue Sainte-Catherine Ouest, rendant la circulation automobile impossible. Les manifestants scandaient des slogans. Certains individus ont brandi les drapeaux libanais et palestinien.

Les participants ont commencé à quitter le centre-ville vers 17 h dans le calme. Or, à 18 h, il restait quelques irréductibles qui militaient encore, empêchant la réouverture de la rue Sainte-Catherine dans ce secteur de la métropole.

En fin de soirée, le SPVM a déclaré que dans l'ensemble la manifestation s'était déroulée dans le calme, malgré les bombes fumigènes déclenchées et les feux d'artifice lancés.

Le corps policier rapporte une seule arrestation pour une agression armée envers des policiers.

Méfiance envers Israël

Bien qu’un cessez-le-feu ait été décrété entre Israël et le Hamas après 11 jours de conflit, plusieurs manifestants disent ne pas y croire et considèrent que les problèmes ne sont toujours pas réglés. Ils doutent des intentions du gouvernement israélien et estiment que la trêve demeure fragile.

Je suis venue avec mes enfants, mes neveux, pour appuyer les Palestiniens, parce que c’est fou ce qui arrive là-bas, c’est insupportable. Puis, je veux faire comprendre à mes enfants qu’on ne doit jamais accepter ça, a raconté une participante.

Ils [les Israéliens] essaient toujours d’évacuer les gens [les Palestiniens] de chez eux. Donc, ce n’est pas vraiment un cessez-le-feu, a dit une femme.

Le cessez-le-feu, ce n’est pas seulement la fin d’un combat, c’est le début du combat, parce que nous, on veut que la Palestine devienne libre comme avant, a déclaré une autre femme.

On voit ce qui se passe à Gaza, on voit ce qui se passe en Cisjordanie […] partout en Palestine, on voit comment les Palestiniens sont traités. Je pense que le monde commence à se joindre à la cause, au fond, a affirmé un homme.

Des rassemblements en soutien à la cause palestinienne étaient également prévus à Ottawa, Toronto, Saskatoon et au Manitoba.

La cause palestinienne a résonné ailleurs dans le monde, comme en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Avec les infos de Marie-Josée Paquette-Comeau

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.