•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parlementaires réclament des sanctions contre les colonies israéliennes

L'édifice du parlement à Ottawa.

L'édifice du parlement à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Un groupe de parlementaires multipartite demande au gouvernement fédéral de condamner « sur-le-champ » l'installation de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.

Dans une lettre transmise vendredi au premier ministre, Justin Trudeau, ce groupe de 26 parlementaires – 24 députés et 2 sénateurs – écrit que le Canada ne peut plus ignorer les multiples violations des droits des Palestiniens par le gouvernement israélien.

Selon le Groupe d'amitié parlementaire Canada-Palestine, il ne peut y avoir de solution à deux États si les colonies illégalement implantées continuent de s'étendre d'année en année et s'il n'y a pas de territoire pour les Palestiniens.

Quatre parlementaires québécois ont signé la lettre : le bloquiste Mario Beaulieu, le néo-démocrate Alexandre Boulerice et les libéraux Joël Lightbound et Soraya Martinez Ferrada.

Une seule conservatrice, la sénatrice Salma Ataullahjan, a aussi paraphé la missive.

Une colonie israélienne en Cisjordanie occupée.

Un homme palestinien regarde vers la colonie israélienne de Shavei Shomron construite à côté du village palestinien de Naqoura, à l'ouest de Naplouse, en Cisjordanie occupée, le 23 novembre 2020.

Photo : Getty Images / JAAFAR ASHTIYEH/AFP

Imposer des sanctions

Ces parlementaires demandent notamment au gouvernement d'utiliser les mêmes outils diplomatiques que ceux qu'il a utilisés pour condamner le comportement de la Chine dans la Région autonome ouïghoure du Xinjiang et pour sanctionner les responsables russes impliqués dans l'annexion de la Crimée.

En mars, le gouvernement fédéral a imposé une série de sanctions, notamment un gel des avoirs de certaines personnalités chinoises, en réponse aux violations graves et systématiques des droits de la personne qui ont été commises dans la Région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Le comité propose également que le Canada accueille des pourparlers de paix. Toutefois, pour être un intermédiaire crédible en ce moment crucial, il faudra parler clairement de l'essentiel, à savoir que le règlement de ce différend demande des États israélien et palestinien, souverains et viables, vivant ensemble dans la paix et le respect mutuel.

Cette semaine, à la suite d'un autre cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, a écrit que le Canada appelle à un engagement renouvelé envers la paix et est prêt à soutenir les efforts vers une solution à deux États.

La toute récente crise au Moyen-Orient est survenue à la suite de violents affrontements entre policiers israéliens et manifestants palestiniens qui protestaient contre les évictions planifiées de familles du quartier Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est.

En représailles, le Hamas avait lancé des roquettes de longue portée vers Jérusalem. L'armée israélienne a réagi en bombardant Gaza.

Au moins 230 Palestiniens ont été tués – dont 65 enfants et 39 femmes – selon les responsables de la santé de Gaza, tandis qu'en Israël, 12 personnes – incluant un garçon de 5 ans et une fille de 16 ans – sont mortes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !