•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Madison Roy-Boudreau disparue : « Plus les journées avancent, plus ça devient critique »

Maggie Lavigne avec la photo de Madison Roy-Boudreau.

Madison Roy-Boudreau a été vue la dernière fois le 11 mai.

Photo : Nicolas Steinbach

Radio-Canada

La Force policière de Bathurst et les équipes de recherche au sol d’Acadie-Chaleur ont poursuivi les recherches vendredi sur une superficie qui couvre l’équivalent de six terrains de soccer.

Pour une troisième journée de suite, leurs efforts n’ont pas donné les résultats escomptés.

Plus les journées avancent, plus ça devient critique, a reconnu le directeur des communications de la Ville de Bathurst, Luc Foulem.

Montage de deux photos d'une adolescente.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Madison Roy-Boudreau est âgée de 14 ans. Elle mesure 5 pieds 4 pouces et pèse 119 livres. Elle a les yeux bruns et les cheveux brun pâle. La dernière fois qu’elle a été vue, elle portait un coton ouaté gris et des pantalons avec un motif de camouflage.

Photo : Force policière de Bathurst

Dix jours après que la jeune fille a été vue pour la dernière fois, les nouvelles pistes d'enquête se font plus rares, comme c'est généralement le cas lors de disparitions de personnes.

À mesure que le temps passe, on se rapproche de l’éventualité qu'on ne retrouve pas Madison Roy-Boudreau vivante, dit M. Foulem, mais on n’est pas rendu là maintenant.

Les recherches se poursuivaient jusqu'à la brunante vendredi, a-t-il spécifié, et elles se dérouleront en fin de semaine si les conditions météorologiques le permettent toujours.

Si ce n'est pas le cas, l'aire de recherche serait barricadée et surveillée par la police jusqu'au retour d'une météo favorable.

Luc Foulem sur le bord d'une autoroute.

Luc Foulem, directeur des communications corporatives de la Ville de Bathurst, le 21 mai 2021

Photo : Radio-Canada

La Force policière de Bathurst, quant à elle, s’est faite avare de commentaires aujourd’hui et n’a pas voulu confirmer ni infirmer si elle avait interrogé un suspect en lien avec la disparition de la jeune fille.

Madison Roy-Boudreau a été aperçue pour la dernière fois il y a dix jours, alors qu’elle montait à bord d’un Ford Ranger gris.

Sa disparition est jugée suspecte par les autorités.

Une photo avec l'inscription « Missing Person » collée sur une porte de station-service le 21 mai 2021.

La photo de Madison Roy-Boudreau a été placardée dans plusieurs dépanneurs de la région.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Des volontaires mènent leurs propres recherches

Des gens de la région de Bathurst mènent des recherches parallèles à celles des autorités dans l’espoir de retrouver l'adolescente disparue depuis le 11 mai. À  l’aide de véhicules tout terrain et armés de lampes de poche, ils sillonnent la région.

La voix nouée par l’émotion, la volontaire Maggie Lavigne, une amie de la famille, affirme qu’elle s’est jointe à l’effort, comme d’autres, dans l’espoir de ramener Madison Roy-Boudreau chez elle.

Maggie Lavigne avec la photo de Madison Roy-Boudreau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maggie Lavigne participe aux recherches chaque jour après son quart de travail depuis la disparition de Madison.

Photo : Nicolas Steinbach

Selon Mme Lavigne, les volontaires se sont mobilisés dès le lendemain du jour où la disparition de la jeune fille a été signalée.

Le groupe, dit-elle, a informé la police municipale de ses démarches et il poursuit ses recherches.

Elle félicite les policiers de Bathurst d’effectuer des suivis à partir des renseignements provenant du public, mais elle leur reproche d’avoir attendu plusieurs jours avant de lancer des recherches.

Pour eux, attendre 8 jours, c’est trop. Quelque chose aurait pu leur échapper après les 24 premières heures. Les 24 à 48 premières heures étaient cruciales pour rechercher Madison et la ramener chez elle.

Une citation de :Maggie Lavigne, amie de la famille de Madison Roy-Boudreau

Maggie Lavigne précise qu’elle participe aux recherches chaque jour après son quart de travail, et ce, jusqu’à 23 h ou minuit.

Les volontaires, indique Mme Lavigne, parcourent les sentiers de la région. Ils poussent leurs recherches dans plusieurs secteurs et ils donnent chaque jour leur plan de recherche aux policiers.

Un groupe de volontaires pendant leurs recherches dans un sentier boisé.

Un groupe de volontaires pendant leurs recherches

Photo : Nicolas Steinbach

Aucun parent, dit-elle, ne devrait vivre ce que vit à l’heure actuelle le père de Madison Roy-Boudreau.

Elle supplie toute personne qui aurait des renseignements au sujet de la jeune fille d’en faire part au groupe, aux services de secours ou aux services policiers.

Pour contacter la police :

Maggie Lavigne décrit Madison Roy-Boudreau comme étant une jeune fille heureuse, enjouée, qui pratique le chant et qui aime beaucoup sa famille.

Madison Roy-Boudreau est âgée de 14 ans. Elle mesure 5 pieds 4 pouces (1,62 m) et pèse 119 livres (54 kg). Elle a les yeux bruns et les cheveux brun pâle. La dernière fois qu’elle a été vue, elle portait un coton ouaté gris et des pantalons avec un motif de camouflage.

Des recherches difficiles pour les volontaires

Une autre participante, Isabella Brideau, souligne que les recherches sont difficiles pour les volontaires parce qu’ils n'ont pas l’habitude de faire ce travail.

Isabella Brideau dans la forêt portant une veste d'identification jaune.

Isabella Brideau fait partie du groupe de volontaires qui prend part aux recherches.

Photo : Nicolas Steinbach

On est une petite ville. On se connaît tous. Alors, ça peut facilement être notre soeur, notre cousine, notre enfant. Alors, on veut tous s’aider. Si c’était nous autres, on voudrait que le monde fasse la même chose. On veut tous aider. La minute qu’on a fini de travailler, on y va. Si on ne travaille pas, on passe la journée à faire ça, explique Isabella Brideau.

Mme Brideau précise qu’elle ne connaît pas Madison Roy-Boudreau, mais elle tenait quand même à participer aux recherches. Ça me fait vraiment plaisir d’aider le monde, pas obligée de vous connaître, dit-elle.

Certains volontaires consacrent jusqu’à huit heures par jour aux recherches et d’autres y passent même toutes leurs journées. Ils sont répartis en plusieurs groupes.

La police de Bathurst n'a pas demandé d'alerte Amber

La GRC a confirmé vendredi par voie de communiqué qu’elle n’avait jamais reçu de demande de la Force policière de Bathurst afin de déclencher une alerte Amber.

Lorsque le dossier appartient à un autre service de police du Nouveau-Brunswick, c’est ce dernier qui doit communiquer avec la GRC afin de demander qu'une alerte Amber soit diffusée.

Mardi, la Force policière de Bathurst s’était défendue de ne pas avoir demandé à la GRC de déclencher une telle alerte, puisque, selon elle, les critères pour formuler cette demande n’étaient pas remplis. Le corps policier municipal n’a toutefois pas précisé quels critères manquaient.

Avec les informations de Nicolas Steinbach et François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !