•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux canards de l’artisan-forgeron Guillaume Langlois

L'artisan-Forgeron Guillaume Langlois soude la tête d'un canard

L'artisan-forgeron Guillaume Langlois a créé deux sculptures métalliques en trois dimensions.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Dans la cour arrière d'une résidence en bordure de la rivière Rouge à Winnipeg, l'artisan-forgeron Guillaume Langlois termine, sous l'oeil intrigué d'une oie sauvage, l'installation de deux canards de métal, des oeuvres créées pour un particulier.

Une oie sauvage sur le toit d'une maison regarde la sculpture d'un canard en métal.

Une oie sauvage est intriguée par la sculpture des canards de Guillaume Langlois.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Placés à quelques mètres l'un de l'autre, les deux canards figés dans le temps avec leurs ailes ouvertes paraissent prêts à atterrir.

Deux canards en métal sont soutenus par une tige d'acier hornée d'un feuillage métallique.

Chaque canard est soutenu par une tige dans un bac à fleurs qui sera rempli d'herbes sauvages.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Leur plumage est constitué de centaines de pièces de métal qui ont été coupées, meulées, chauffées, soudées et éventuellement rouillées.

Partie du corps d'une sculpture composée de plusieurs pièces de métal.

Des centaines de morceaux de métal ont été coupés, meulés, chauffés et soudés.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

La création des deux canards a commencé à l'automne 2020 et s'est échelonnée sur plusieurs mois au cours desquels l'artisan-forgeron nous a ouvert les portes sur les étapes de sa création.

D'entrée de jeu, Guillaume Langlois explique qu'en 16 ans de métier, il n'a jamais auparavant créé d'œuvres métalliques en trois dimensions.

J'ai fait un hibou, un coq pour une girouette, mais de faire quelque chose qui est trois dimensions et uniquement en métal, c'est la première fois. J'ai toujours voulu aller dans cette direction, je pousse pour que mon travail soit plus artistique, un travail unique.

Une citation de :Guillaume Langlois, artisan-forgeron

Pour son projet, Guillaume Langlois a d'abord réalisé en pâte à modeler un oiseau en vol qu'il a présenté à son client. Cette maquette lui servira par la suite de référence durant la création des sculptures.

C'est "le fun" d'avoir un contrat où le client te donne 100 % de liberté au niveau créatif, je suis vraiment chanceux.

Sur une tige de métal, une sculpture en plasticine d'un canard

Maquette en pâte à modeler qui a servi de modèle à la création de la sculpture des deux canards.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Maquette en main, l'artisan-forgeron conçoit alors les différentes étapes de fabrication qui l'amèneront à réaliser son œuvre comme il l'imagine.

Même si je n'ai pas toutes les étapes claires dans ma tête [...], c'est d'avoir la foi de me dire que j'ai un peu l'idée d'où je vais commencer et une bonne idée de ce à quoi je veux que ça ressemble. Ce qui se passe entre A et Z, ce n'est pas à moi d'avoir peur, mais d'avoir la foi que ces étapes-là vont se révéler au fur et à mesure

Une citation de :Guillaume Langlois, artisan-forgeron

C'est avec cette foi en lui-même que Guillaume Langlois a commencé à créer avec des tiges et des pièces de métal le squelette des canards.

Sur le plancher, la structure métallique du corps d'un canard,

Structure métallique du corps d'un canard

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Sur un panneau de métal, Guillaume Langlois a tracé et numéroté une série de plumes qui seront découpées, pour être ensuite meulées à maintes reprises avant d'être soudées sur l'oiseau.

Sur une feuille de métal, les plumes sont tracées avant d'être découpées.

Sur une feuille de métal, les plumes sont tracées avant d'être découpées.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Tout comme la structure du corps du canard, les doigts des pattes palmées sont créés à partir de tiges de métal. Une fois terminé, le résultat est réaliste.

Structure métallique des doigts des pattes palmées.

Structures métalliques des futures pattes palmées

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Gros plan des pattes palmées d'un canard en métal.

Les pattes palmées ont été sculptées pour donner l'impression que le canard est sur le point d'atterrir.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

C'est à partir d'un gabarit en papier que les ailes sont ensuite façonnées.

Sur une table de travail, la forme des ailes des canards a été découpée à partir d'un gabarit en papier sur une feuille de métal.

Les ailes de métal ont été tracées et découpées à partir d'un gabarit en papier.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Sur une table les ailes en métal de deux canards attendent d'être assemblées.

Des douzaines de plumes de métal ont été meulées, soudées et travaillées au chalumeau.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

L'une des dernières étapes consiste à faire rouiller, à partir d'un procédé chimique, l'ensemble des deux sculptures de canards. Par la suite, un vernis transparent est utilisé pour arrêter l'oxydation et faire ressortir la rouille.

Guillaume Langlois tient une des paires d'ailes avant qu'elles soient oxydées.

Guillaume Langlois tient une des paires d'ailes avant qu'elles soient oxydées.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Gros plan des plumes rouillées sur les ailes de l'une des sculptures de canards.

Les plumes, tout comme le corps des deux canards, ont été rouillées à l'aide d'un procédé chimique.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Est-ce que je referais ce projet-là de la même façon? Absolument pas, c'était tellement intense.

Une citation de :Guillaume Langlois, artisan-forgeron

Au bout du compte, même s'il y a mis beaucoup plus d'heures que prévu, Guillaume Langlois estime que l'important est de réussir à rendre son client heureux, ce qui s'est avéré être amplement le cas.

À l'aide d'un pinceau, Guillaume Langlois ajoute un peu de vernis antirouille à sa sculpture.

Guillaume Langlois ajoute un peu de vernis antirouille à sa sculpture.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !