•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CISSS-AT : des ruptures de services et des transferts de patients possibles cet été

L'hôpital de Rouyn-Noranda devant le lac Osisko.

L'hôpital de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Janis Rivard

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a annoncé que la pénurie d’infirmières l’oblige à étudier divers scénarios pour la saison estivale.

Deux postes d’infirmières sur cinq ne sont pas pourvus sur le territoire pour répondre aux besoins de la population, ce qui correspond à 200 infirmières.

D’ici cinq ans, ce pourrait être 500 infirmières manquantes en région, selon le CISSS-AT.

La main-d'œuvre indépendante permet de combler une certaine partie des besoins, mais la pénurie reste criante. Même le recours aux heures supplémentaires n’est pas suffisant pour pallier ce manque.

Certains services sont donc à risque de réorganisation ou de rupture au cours de l’été. Le CISSS-AT étudie présentement divers scénarios afin de trouver les solutions qui auront le moins d’impact pour la population.

Services obstétriques à Ville-Marie toujours fermés

Les services d’obstétrique de Ville-Marie, suspendus depuis le 29 avril, resteront fermés jusqu’au 27 juin.

Les femmes qui atteindront 36 semaines de grossesse et plus au cours de la fermeture de services ont été informées de la situation et certaines pistes de solutions sont explorées afin de rouvrir le service.

Entre autres, offrir un corridor de services avec l’Hôpital de New Liskeard, lorsque la situation épidémiologique se stabilisera en Ontario.

L'hôpital de Ville-Marie

L'hôpital de Ville-Marie (archives)

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Chirurgies non urgentes

Des chirurgies non urgentes sont reportées dans les blocs opératoires des hôpitaux d’Amos, de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda. Toutes les chirurgies ne seront pas reportées; les infirmières affectées à ces blocs seront réorientées vers d’autres services dans l’hôpital. Ces reports pourraient durer jusqu’en septembre.

À partir du 24 mai prochain, plusieurs usagers nécessitant des traitements et un suivi en oncologie dans la MRC de la Vallée-de-l’Or se verront réorientés vers les services d’Amos ou de Rouyn-Noranda. Tous les usagers concernés seront contactés et, dès que la situation le permettra, pourront à nouveau obtenir leurs services à l’Hôpital de Val-d’Or.

Établissements les plus vulnérables et à risque de modifications :

  • CHSLD de Macamic et de La Sarre
  • Unité interne de santé mentale de l’Hôpital de La Sarre
  • CHSLD de Val-d’Or et de Malartic
  • Secteur de l’urgence de Val-d’Or
  • CHSLD d’Amos

L’Unité interne de santé mentale de l’Hôpital d’Amos est également particulièrement vulnérable en ce moment. Les infirmières font 40 % du temps supplémentaire et il y a beaucoup plus de recours à de la main-d'œuvre indépendante.

Le CISSS-AT assure qu’aucun CHSLD ne sera fermé.

Changement dans les équipes

Le Centre de services ambulatoire d’Amos affectera l’une de ses infirmières ailleurs dans l’Hôpital d’Amos; le département sera donc un peu plus restreint pour l’été.

À partir de mercredi prochain, la clinique externe de Rouyn-Noranda effectuera également une réorganisation. Une infirmière auxiliaire sera réaffectée à l’unité de médecine chirurgicale.

Le centre hospitalier d'Amos

Le centre hospitalier d'Amos (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

En Abitibi-Ouest, une infirmière se verra déplacée vers les services d’urgence et soins intensifs à l’hôpital de La Sarre.

Unités de réadaptation modérée et progressive

Pour ce qui est des unités de réadaptation modérée et progressive, le CISSS-AT envisage quelques scénarios. Ces unités, présentes dans chaque MRC, sont composées de 10 à 14 lits et accueillent des personnes en convalescence pour quelques semaines jusqu’à quelques mois.

Les deux lits situés à Ville-Marie seront conservés, et l’équipe explore la possibilité de développer un pôle à Amos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !