•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès de l’écrivain Gabriel Matzneff annulé pour une question de procédure

Portait de Gabriel Matzneff qui porte un costume et une chevalière au doigt.

L'écrivain français Gabriel Matzneff en 2015

Photo : paris match via getty images / FOUQUE Patrick

Radio-Canada

L’écrivain français devait être jugé pour « apologie » de la pédocriminalité en septembre prochain.

Le tribunal correctionnel de Paris a invalidé vendredi la demande de l’association l’Ange Bleu pour une question de procédure.

La cour a estimé que la citation devait être déclarée nulle, car l’association n’avait pas mentionné d’adresse à Paris. Elle n’a pas examiné les autres arguments soulevés par l’avocat de Gabriel Matzneff.

L’association, qui travaille dans la prévention et l'information sur la pédophilie, a cependant indiqué son intention de faire appel.

L’Ange Bleu avait cité à comparaître en janvier 2020 l’écrivain en évoquant trois articles parus entre fin décembre et début janvier dans l’Obs, le Parisien et l’Express.

Le livre est posé sur d'autres livres.

Le livre de Vanessa Springora, « Le consentement »

Photo : afp via getty images / MARTIN BUREAU

L’association accusait l’écrivain d’avoir fait l’apologie d’actes pédocriminels et précisément du crime de viol aggravé, en évoquant la relation qu’il avait eue avec Vanessa Springora.

Cette dernière avait publié Le Consentement, un livre dans lequel elle mettait en cause l’écrivain de 83 ans pour ses relations avec des mineurs.

La procédure de citation permet à une victime de convoquer directement l’auteur présumé devant le tribunal sans qu’une enquête préalable soit menée. C’est à la victime de collecter les preuves de culpabilité de l’auteur présumé des faits.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !