•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tinder veut vous faire réfléchir avant que vous envoyiez des injures

Une personne utilise une application de rencontre sur son téléphone intelligent.

Tinder affirme conseiller à ses utilisateurs et utilisatrices les précautions formulées par l'Organisation mondiale de la santé, mais aucun avertissement n'apparaît lorsque l'on se connecte sur l'application au Québec.

Photo : iStock

Radio-Canada

Après Instagram, Twitter et TikTok, c’est au tour de Tinder de demander à ses utilisateurs et utilisatrices de prendre un moment de réflexion avant d’appuyer sur « envoyer » lorsque des propos offensants sont détectés dans un message.

Le groupe Match, la maison-mère de Tinder, se reposera sur une intelligence artificielle pour détecter les phrases injurieuses dans les messages. L’application posera ensuite la question Êtes-vous sûr(e)? à l’auteur ou l’autrice de ces mots, ce qui pourrait pousser l’internaute à reconsidérer ses propos avant de les acheminer à autrui.

Les mots sont aussi puissants que les actions, et aujourd'hui, nous prenons une position encore plus forte : le harcèlement n'a pas sa place sur Tinder, a déclaré Tracey Breeden, responsable de la sécurité et des intérêts sociaux pour le groupe Match.

Des résultats préliminaires encourageants

La fonctionnalité, qui a déjà été testée auprès d’internautes, a été jugée suffisamment efficace par Tinder. Selon les données dévoilées dans un billet de blogue, l’application est parvenue à réduire d'environ 10 % le langage inapproprié dans les messages envoyés.

Ses membres qui ont vu l'avertissement étaient aussi moins susceptibles de faire l’objet d'un signalement pour des messages inappropriés au cours du mois suivant.

Il s’agit de la dernière offensive en date de Tinder pour rendre son application plus sécuritaire pour ses utilisateurs et utilisatrices.

Début 2021, Tinder a annoncé un partenariat avec l’organisme à but non lucratif Garbo afin d’intégrer dans l’application la vérification des antécédents judiciaires des prétendants et prétendantes aux États-Unis. Mais la fonctionnalité a été la cible de critiques, arguant qu’elle pouvait être discriminatoire.

Tinder a déjà une fonctionnalité qui demande à ses utilisateurs et utilisatrices qui reçoivent des messages nuisibles si cela les dérange.

Avec les informations de Guardian, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !