•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Vérificateur général du Québec se penche sur la gestion du CISSS de la Gaspésie

Chargement de l’image

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, se penche sur la gestion administrative du CISSS de la Gaspésie (archives).

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Chargement de l’image

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie fait l'objet d'un audit du Vérificateur général du Québec (VGQ).

Le bureau du VGQ recueille présentement des témoignages sur la gestion administrative du CISSS.

Le porte-parole de l’organisation, Jean Morin, a confirmé à Radio-Canada que la direction du CISSS va collaborer pleinement à l’audit, mais ajoute qu’aucune entrevue ne sera accordée à ce sujet.

C'est une très bonne nouvelle, se réjouit le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

Ça va permettre à d'autres personnes qui auraient des choses à dire de parler directement avec le bureau du VG. La meilleure institution [ pour enquêter ], c'est celle du VG, qui est apolitique, crédible et qui a des ressources assez extraordinaires. Quand ils entrent dans un dossier, ils vont au fond, affirme-t-il.

En février, le député péquiste a remis au ministre de la Santé un dossier sur la gestion du CISSS. Il a également remis ce dossier au bureau du VG.

« Le dossier est assez épais. On parle de dizaines et de dizaines de témoignages. Mon équipe et moi, on a eu des heures d'écoute avec des gens qui étaient terrorisés par le style de gouvernance, qui étaient en dépression et en état de choc d'avoir vécu des choses assez traumatisantes. »

— Une citation de  Sylvain Roy, député de Bonaventure

M. Roy mentionne notamment les allégations de népotisme émises par une membre démissionnaire du conseil d'administration de l'organisation. Il estime que le CISSS de la Gaspésie est géré comme une entreprise privée.

La gouvernance actuelle apporte des problèmes pour l'accès aux soins de santé. Le ministère devrait peut-être, pour régler les choses à court terme, réfléchir à un changement de gouvernance, avance le député.

Chargement de l’image

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, croit que le gouvernement doit agir pour assurer aux Gaspésiens et Gaspésiennes un accès à des soins de santé de qualité, et ce sans attendre le dépôt du rapport du VG.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Ce à quoi je m'attends, c'est que le gouvernement ne s'en mêle pas, qu'ils laissent la vérificatrice faire son travail et que par la suite, ils prennent les décisions qu'ils auront la responsabilité de prendre. Si ça prend des démissions, une tutelle, un changement de gouvernance, ben qu'ils le fassent, insiste M. Roy.

De son côté, le président du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ), Pier-Luc Bujold, affirme aussi être au courant de certaines allégations.

Dans le passé, on a souvent entendu des choses de nos membres, des gens de la population, des choses qui pouvaient être inquiétantes, mais on n'avait pas nécessairement les preuves de tout ça, indique-t-il.

« Ça nous donne confiance qu'une institution reconnue va faire enquête et on va suivre ça de près. »

— Une citation de  Pier-Luc Bujold, président du SIIIEQ

Il ajoute que le syndicat va faire l'analyse des choses qu'[il] a en main et les transmettre au bureau du VG au besoin.

Le rapport de la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, doit être déposé d'ici le printemps prochain. Entre-temps, M. Bujold espère que les progrès réalisés au sein des équipes du CISSS ne seront pas perdus.

Depuis quelques mois, on a une certaine amélioration au niveau des relations de travail, donc on souhaite que ça continue, en espérant que ce processus d'enquête ne prenne pas trop de temps au CISSS et qu'ils aient moins de temps pour les relations de travail, souligne-t-il.

Le mandat général de la vérificatrice générale est d'effectuer, par la vérification, le contrôle des fonds publics.

Une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux a indiqué que le MSSS ne commentera pas le dossier pour ne pas nuire à l'enquête.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !