•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations d’abus : le seul religieux du Patro quitte volontairement l’organisation

L'édifice du Patro de Jonquière

L'édifice du Patro de Jonquière

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

À la suite de l’autorisation d’une action collective contre les Religieux de Saint-Vincent de Paul du Canada, soupçonnés d’avoir fermé les yeux sur les abus sexuels perpétrés par ses membres, le seul religieux encore en fonction au Patro de Jonquière se retire de l’organisation.

Dans un communiqué diffusé en fin d’après-midi, jeudi, la direction du Patro de Jonquière a précisé que le religieux en question a quitté volontairement et par souci de transparence, en attendant la suite des procédures juridiques qui permettront de faire la lumière sur les allégations.

Mercredi, la Cour supérieure du Québec a autorisé le recours collectif contre la communauté à la suite d’une demande déposée en décembre 2019. Les crimes auraient été commis entre 1940 et aujourd'hui.

Directement visé

Le Patro est directement visé puisque le demandeur à l’origine du recours soutient avoir été agressé sexuellement à Lac-Kénogami, alors qu’il prenait part à des activités organisées par le Patro. L’organisme détient un chalet dans ce secteur de Jonquière. Les événements se seraient produits dans les années 60. L’identité du demandeur est protégée par une ordonnance de la cour. Celui qui a été nommé A.B. est aujourd'hui âgé de 61 ans. Il allègue que la congrégation était au courant des abus sexuels perpétrés par des membres de sa communauté et que ces gestes ont été étouffés, au détriment des enfants qui en ont été victimes .

La direction du Patro a cru bon de clarifier la situation et de rassurer ses membres et ses partenaires, de même que les parents des nombreux jeunes qui fréquentent le centre communautaire.

Il est du devoir des membres du conseil d’administration [du Patro de Jonquière] de dissiper les craintes et les doutes de la population et de ses partenaires, à la suite de cette action en justice déposée en Cour supérieure du Québec , a déclaré la présidente du C.A de l’organisme, Lucie Gagnon, dans le communiqué de presse.

La direction rappelle que les patros sont aujourd’hui des milieux de vie laïques, même si, à la base, les valeurs qu’ils prônent s’inspirent de l’héritage chrétien et des Religieux de Saint-Vincent de Paul .

Les patros prônent des valeurs de respect et misent sur la sensibilisation et la formation, tant auprès de leur clientèle que de leurs intervenants, pour offrir un environnement exempt d’abus, de harcèlement, de violence et d’intimidation , écrit Lucie Gagnon.

Le recours n’a aucun impact sur les activités estivales prévues au Patro de Jonquière, toutes maintenues.

Empathiques

Joint en soirée, le directeur général du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon, a expliqué qu’il a appris la nouvelle de l'autorisation du recours collectif dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s’est dit attristé, mais a insisté sur le fait que le Patro et ses quelque 150 employés ont pris le virage laïque depuis de nombreuses années et n’ont plus rien à voir avec la communauté fondatrice des Religieux de Saint-Vincent de Paul.

« D’un commun accord avec le religieux en question, il a décidé de se retirer volontairement de l’organisation en attendant la conclusion des procédures juridiques. »

— Une citation de  Yannick Gagnon, directeur général, Pato de Jonquière

Le directeur général précise que l’action collective est dirigée envers la communauté religieuse et non envers le Patro. Pour cette raison, la direction n’était pas au courant du recours.

Depuis l’arrivée des conseils d'administration et la laïcité, la communauté religieuse n’avait plus le même rôle qu’elle avait à l’époque et n’occupait plus de rôle auprès des jeunes. C’était plus un rôle de maintenance sur les installations, a-t-il précisé.

Yannick Gagnon ajoute que la direction est très empathique à l’égard des victimes alléguées et salue le courage dont elles ont fait preuve.

On sait qu’on est au Patro des années 2000, le Patro de la laïcité. On sait que le Patro est appelé à se développer avec tous les projets que nous avons. On veut aller vers l’avant. On respecte le passé des fondateurs des Religieux de la Saint-Vincent de Paul, mais le Patro a une vision d’avenir, une vision de laïcs, a conclu le directeur, réitérant que son organisme était guidé par l’empathie et la transparence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !