•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec signale quatre autres cas de thrombose après l'inoculation de l'AstraZeneca

Une seringue insérée dans une fiole d'AstraZeneca.

L'inoculation du vaccin anti-COVID de la pharmaceutique AstraZeneca peut être suivie d'une thrombose, un trouble rare mais grave de coagulation sanguine.

Photo : Reuters / LEONHARD FOEGER

La Presse canadienne

Le gouvernement du Québec a signalé jeudi quatre autres cas de thrombose liés au vaccin AstraZeneca-Oxford contre la COVID-19.

Depuis le début de la campagne de vaccination, le Québec a recensé huit cas de thrombose avec thrombocytopénie (TIPIV), survenus après l'administration d'un vaccin à vecteur viral contre la COVID-19, soit le vaccin d'AstraZeneca.

Dans un communiqué publié jeudi soir, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a indiqué que toutes ces personnes ont été prises en charge par le réseau de la santé et des services sociaux et ont reçu les soins appropriés.

Le ministère a également précisé que trois d'entre elles sont hospitalisées, mais on ne craint pas pour leur vie.

L'autre personne récupère présentement à son domicile et l'évolution de son état de santé est favorable, peut-on lire dans le communiqué.

Selon les données du MSSS, les cas de thrombose reliés au vaccin AstraZeneca demeurent rares, soit environ 1 cas sur 100 000 vaccins administrés lors de la première dose.

Lors de la seconde dose, le MSSS évalue que le risque est beaucoup plus faible, de l'ordre d'un cas sur un million.

Par ailleurs, 500 000 doses du vaccin d'AstraZeneca (Covishield) ont été administrées au Québec depuis le début de la campagne de vaccination.

Le MSSS invite les personnes qui ont reçu ce vaccin à consulter rapidement un médecin ou Info-Santé si, dans les 4 à 20 jours suivant la vaccination, les symptômes ci-après se manifestent : un essoufflement, une douleur à la poitrine, une enflure des jambes ou une douleur au ventre, un mal de tête important ou qui dure depuis quelques jours, une vision floue ou des bleus sur la peau.

Le Québec, qui vient de recevoir 148 000 doses d'AstraZeneca, a cessé d'utiliser ce vaccin en première dose. Le gouvernement a indiqué jeudi que les nouvelles livraisons seraient probablement réservées aux deuxièmes doses pour les Québécois de 45 ans et plus, mais on ne sait pas à quel moment.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) attendait toujours jeudi les résultats d'une étude menée en Grande-Bretagne sur l'interchangeabilité des vaccins.

Le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, a déclaré que les recommandations aux provinces devraient être prêtes au cours de la première semaine de juin.

Or, plusieurs provinces ont suspendu l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca en première dose. Ainsi, des milliers de fioles approchent de leur date de péremption.

Par exemple, l'Ontario détient 31 000 doses qui expireront le 31 mai. Sa ministre de la Santé, Christine Elliott, a indiqué jeudi que la province examinait la possibilité d'utiliser l'AstraZeneca en deuxième dose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !