•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Snapchat atteint les 500 millions de membres mensuels

L'application Snapchat affiche son logo fantôme sur un téléphone cellulaire.

La plateforme a vu le nombre de personnes qui l'utilisent chaque jour en Inde bondir de 100 % sur un an.

Photo : Reuters / Eric Thayer

Agence France-Presse

Lentement mais sûrement, le réseau social Snapchat continue sa croissance : il a annoncé jeudi avoir atteint les 500 millions de membres mensuels, notamment grâce à une adoption massive de l'application en Inde.

La plateforme, très populaire chez les ados et jeunes adultes, a vu le nombre de personnes qui l'utilisent chaque jour en Inde bondir de 100 % sur un an lors des cinq derniers trimestres, soit depuis le début de la crise sanitaire, selon ce qu'a dit Evan Spiegel, le patron du groupe américain, lors de sa conférence annuelle pour présenter ses nouveautés.

Environ 40 % des membres de Snapchat se trouvent désormais en dehors de l'Amérique du Nord et de l'Europe, mais ces régions restent cruciales pour l'application.

Snapchat n'avait pas donné de chiffres mensuels jusqu'à présent. Lors de ses derniers résultats financiers en avril, elle avait fait part de 280 millions de personnes utilisant l'application au quotidien, une hausse de 22 % sur un an.

L'audience de l'entreprise entrée en bourse en 2017 reste loin de celle du géant du secteur, Facebook : quelque 3,45 milliards de personnes se servent d'au moins une de ses quatre plateformes (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp) tous les mois.

Elle s'est aussi fait rattraper – et distancer – par la fulgurante TikTok, qui, avec son fil de vidéos courtes et rythmées, revendique pas loin de 690 millions de membres qui la visitent mensuellement dans le monde.

Miser sur la réalité augmentée

Mais le réseau social qui a inventé les stories éphémères continue de tracer sa route en se concentrant principalement sur sa marque de fabrique, la réalité augmentée.

Evan Spiegel a dévoilé jeudi de nouvelles lunettes connectées, qui doivent permettre d'utiliser certains outils de l'application et de créer des animations et des univers virtuels, en les visionnant directement sur le monde réel, sans passer par le téléphone intelligent.

Elles sont réservées aux créateurs et créatrices de contenus, contrairement à la gamme de lunettes Spectacles, commercialisées auprès du grand public ces dernières années, sans grand succès.

Ses filtres et outils de réalité augmentée continuent eux de séduire de nombreuses sociétés, car ils permettent aux internautes d'essayer des vêtements, du maquillage ou des accessoires depuis leur salon, en simulation via leur téléphone intelligent.

Snapchat a indiqué compter plus de 500 partenaires sur sa plateforme de découverte, un fil où les membres peuvent trouver des contenus d'organisations de presse, de clubs sportifs, de marques ou de jeux vidéo, par exemple.

Des produits pour les entreprises

Le réseau social a vanté les mérites jeudi de nouveaux produits et innovations utiles pour les créateurs et créatrices de contenus ainsi que pour les entreprises voulant publier des publicités.

Les chaînes de distribution et restaurants vont ainsi pouvoir faire de la publicité directement dans l'outil de cartographie. Et les influenceurs et influenceuses pourront bientôt recevoir des pourboires de leurs fans, un système de monétisation de plus en plus prisé pour rémunérer les personnes qui ont fait de la création de contenus sur les plateformes leur profession.

L'année dernière, nous avons augmenté nos paiements à nos créatrices, créateurs et partenaires de plus de 100%, a affirmé Evan Spiegel.

Mais Snapchat peine à devenir rentable malgré sa forte croissance. Au premier trimestre cette année, le groupe a enregistré une perte nette de 286 M$ US, malgré un chiffre d'affaires en hausse de 66 % en un an, à 770 M$ US.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !