•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quand la réouverture des écoles? Pas de réponse dans le plan de déconfinement

Un enfant devant un ordinateur regarde son enseignant écrire des additions au tableau.

Enseignement à distance

Photo : getty images/istockphoto / pinstock

Les écoles ontariennes rouvriront-elles avant la fin de l'année scolaire? Si certains espéraient obtenir une réponse dans le plan de déconfinement présenté jeudi par le gouvernement Ford, ils ont été déçus.

Pour l’instant, l’apprentissage en ligne animé par les enseignants se poursuivra dans les écoles primaires et secondaires publiques et privées, a déclaré la province par communiqué. Le gouvernement dit qu’il continue d’évaluer la situation avec la collaboration, entre autres, du médecin hygiéniste en chef.

Daniel Lajeunesse, père de deux enfants dans la région de Toronto, aurait souhaité un peu plus de clarté de la part du gouvernement, que l’on fasse au moins mention de la réouverture des écoles dans l’une des trois phases du déconfinement.

On se retrouve à la fin de l’année scolaire et un peu de structure ferait du bien. Il confie que l’année a été éprouvante, à naviguer entre l’école en personne et à distance.

« Moi-même, la famille, les voisins, les amis : on est tous épuisés. »

— Une citation de  Daniel Lajeunesse, parent de la région d'Aurora

Idéalement, Daniel Lajeunesse aimerait que les écoles puissent rouvrir un peu, au moins à l’élémentaire. À l’élémentaire, les classes sont un peu plus petites, c’est un peu plus contrôlé, c’est plus facile pour les éducateurs de s’assurer que les plus jeunes écoutent, juge-t-il.

Pas de consensus, dit Ford

Dans leurs dernières modélisations dévoilées jeudi, les experts qui conseillent le gouvernement sur la pandémie évaluent que la réouverture des écoles entraînerait une hausse des cas de COVID-19, probablement de de 6 à 11 %. Mais ils estiment aussi que la situation pourrait être gérable.

Faisant référence à ces chiffres lors d’un point de presse jeudi après-midi, le premier ministre Doug Ford a souligné qu’il ne voulait pas prendre de risque pour l’instant. Cela m’inquiète, dit-il, ajoutant que la province ne peut pas se permettre une telle hausse et ne devrait pas se précipiter.

Sans dire quand exactement, Doug Ford a promis d'offrir un peu de certitude aux parents prochainement. Il explique néanmoins qu’il n'y a toujours pas de consensus parmi les experts en santé, les enseignants.

Le Dr Jérôme Leis, chef de la prévention et du contrôle des infections à l'Hôpital Sunnybrook de Toronto, pense que la décision est maintenant plus politique que scientifique.

« Je crois qu'il faut quand même reconnaître que les écoles sont des endroits à plus bas risque par rapport à d’autres activités. »

— Une citation de  Dr Jérôme Leis, chef de la prévention et du contrôle des infections, Hôpital Sunnybrook

On pourrait rouvrir les écoles. Est-ce que ça contribuerait un petit peu à la transmission communautaire? Oui. Est-ce que ce serait gérable? Oui. Est-ce que ça vaut la peine étant donné qu’il reste seulement quelques semaines d’école et qu'on essaie de vraiment diminuer la transmission communautaire pour pouvoir déconfiner le reste de la province pendant le reste de l’été? Ça, c’est une décision qui doit être prise par le gouvernement, résume-t-il.

D’autres mesures réclamées

Pour sa part, l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) n’est pas convaincue que, dans l’état actuel des choses, les écoles pourraient rouvrir de façon sécuritaire avant la fin de l’année. Mais le syndicat aimerait aussi que le gouvernement tranche la question une fois pour toutes et déplore l’absence de précision.

Pourquoi ne pas décider à ce moment-ci?, s’interroge la présidente, Anne Vinet-Roy.

D’autant plus que le passage du virtuel au présentiel doit se préparer, rappelle-t-elle. C’est beaucoup d’énergie pour s’ajuster au mode en ligne. C’est pas un simple bouton sur lequel on appuie, il y a toutes sortes de stratégies, de méthodes, de la logistique.

Un garçon photographié de haut devant ses cahiers d'école. Une tablette est posée devant lui et on y voit son professeur donnant le cours.

L'école en ligne requiert de nombreux ajustements, dit Anne Vinet-Roy.

Photo : Reuters / Carl Recine

Elle croit qu'il reste de nombreuses questions à régler pour qu'une réouverture soit sécuritaire : taille des classes, ventilation – des questions qui, dit-elle, valent aussi pour la rentrée de septembre.

On peut rendre les écoles sécuritaires en investissant dans des classes moins nombreuses, des fenêtres qui s’ouvrent, une meilleure ventilation et des améliorations comme des lavabos sans contact, renchérit la chef du NPD de l’Ontario, Andrea Horwath, dans un communiqué.

Elle estime que les écoles se retrouvent tout en arrière de la file, alors que la réouverture des établissements scolaires devrait être en haut de la liste des priorités du gouvernement, selon elle.

Avec des informations de Rozenn Nicolle et Colin Côté-Paulette

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !