•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan de déconfinement de l’Ontario : des réactions aux antipodes à Ottawa

Un homme joue au golf au Loch March Golf & Country Club, à Ottawa.

Le golf fait partie des activités qui seront permises dès samedi, dans le plan provincial.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

À Ottawa, les réactions quant au plan de déconfinement de Doug Ford sont multiples : de la joie à la déception, en passant par l’incertitude. Plusieurs intervenants de différents milieux ont partagé, à chaud, leurs réactions sur ce plan en trois étapes.

D’entrée de jeu, le maire d’Ottawa, Jim Watson, estime que cette réouverture progressive de l’économie provinciale est une bonne nouvelle et qu’elle apporte à tous un peu d’espoir, particulièrement avec la montée du taux de vaccination et du mercure.

Pas de réouverture immédiate des écoles

Cependant, Jim Watson est déçu de l’absence de clarté concernant la réouverture des écoles. À cet effet, le premier ministre, Doug Ford, a refusé de s’engager à rouvrir les établissements scolaires avant la fin de l’année scolaire.

Selon la présidente de l'organisme Parents partenaires en éducation, Badrieh Kojok, les parents et les élèves à qui elle a parlé s’attendaient à retourner en classe, ne serait-ce que pour assurer une stabilité à tous.

Attentive à la conférence de presse, elle a entendu Doug Ford répéter à maintes reprises que des experts estimaient que, si les écoles rouvrent leurs portes, cela entraînerait une hausse de 11 % des nouvelles infections de COVID-19.

Ce ne sont que des hypothèses, mais il y a des certitudes : [la hausse] des cas de santé mentale de nos parents et de nos enfants, a plaidé celle qui a également noté une hausse importante de troubles alimentaires depuis le début de la pandémie.

De son côté, le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, à Ottawa, Mathieu Fleury, comprend la frustration des parents. En revanche, il estime que cela pourrait permettre l’ouverture des camps d’été.

Les golfeurs ont été entendus

Les golfeurs ont en revanche été entendus. Dès samedi, certaines installations sportives pourront rouvrir leurs portes, dont les terrains de tennis et de golf.

Le directeur général et professionnel en titre du Club de golf de Hawkesbury, Sylvain Beauchesne, est soulagé et extrêmement content de cette nouvelle qu’il attendait depuis longtemps, dit-il.

On sera prêt à accueillir notre clientèle dès samedi matin, à 7 h, en espérant que les golfeurs soient au rendez-vous.

Cela dit, cela ne devrait pas être un problème, puisque le principal intéressé a reçu beaucoup d’appels, dans la journée de jeudi, en raison des fortes rumeurs de réouverture. L’homme d’affaires promet que son terrain est bien entretenu et il souhaite que ce soit un bel été sur les verts.

Sylvain Beauchesne, portant un polo noir de marque Puma, en entrevue aux abords de son terrain de golf.

Sylvain Beauchesne a blagué en disant que son équipe a eu «trop de temps» pour bien entretenir les terrains avant le début de la saison.

Photo : Radio-Canada

Patience pour les restaurants

La cheffe et propriétaire du restaurant Grey Jay, Dominique Dufour, avoue être heureuse que les restaurateurs puissent bénéficier de davantage de temps pour se préparer à accueillir leurs clients, plaidant que les plus récentes réouvertures étaient à la dernière minute.

On voit Mme Dufour assise à une table de son restaurant, en train de parler à la caméra.

La cheffe et propriétaire du restaurant Grey Jay, Dominique Dufour

Photo : Radio-Canada

À savoir si cela est le bon moment, elle émet cependant des réserves lorsqu’elle regarde le taux de vaccination des Ontariens. Moi, j’aimerais mieux voir un taux de vaccination plus haut avant d’avoir un déconfinement. Pour moi, le pire scénario serait d’avoir une réouverture trop soudaine et d’avoir à fermer dans un mois. Je préfère attendre trois semaines de plus, illustre-t-elle.

Une réouverture sous condition

Lors de son point de presse jeudi après-midi, le médecin hygiéniste en chef du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis, a tenu à rappeler que les différentes étapes du déconfinement dépendent aussi des statistiques.

Ça va dépendre des cas quotidiens et du pourcentage de vaccins, a-t-il dit.

La première étape est attendue pour la mi-juin, et elle comprend les rassemblements extérieurs de 10 personnes, l’ouverture des terrasses à quatre personnes par table et celle des magasins.

Il faudra toutefois que 60 % de la population adulte soit vaccinée, a fait valoir le Dr Roumeliotis. On va l’avoir dans quelques semaines ici, facilement, a-t-il ajouté.

Pour la deuxième étape, qui inclut les rassemblements extérieurs de 25 personnes, la réouverture des salons de coiffure et le lancement de la saison des sports d’équipes, 70 % de la population doit avoir reçu une première dose et 20 % des gens doivent avoir reçu la deuxième dose du vaccin.

Avec les informations de Mama Afou, de Nafi Alibert, d’Antoine Trépanier, de Camille Boutin et de Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !