•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les membres de l'Union européenne s'entendent sur les certificats de vaccination

Trois hommes et une femme attroupés discutent en portant des couvre-visages.

La ministre d'État aux Relations européennes de la Hongrie, Judit Varga, discute avec ses homologues, dont le ministre polonais Konrad Szymanski (au centre), jeudi, sur l'atteinte d'un compromis pour l'instauration d'un certificat de vaccination au sein de l'Union européenne.

Photo : Associated Press / Olivier Hoslet

Associated Press

Les législateurs de l'Union européenne (UE) et les pays membres ont trouvé jeudi un compromis pour la mise en place de certificats de vaccination contre la COVID-19, une mesure qui vise à stimuler les voyages et le tourisme pendant les vacances d'été, à la suite des restrictions liées à la pandémie.

Les différentes parties ont réussi à concilier leurs divergences lors d'une autre série de négociations, ce qui ouvre la voie à l'introduction de laissez-passer transfrontaliers avant le début de la saison estivale.

Lorsqu'elle avait proposé le plan de certificats en mars, la Commission européenne avait déclaré que les documents seraient remis aux résidents de l'UE qui peuvent prouver qu'ils ont été vaccinés, ainsi qu'à ceux qui ont reçu un résultat négatif de test de dépistage ou qui possèdent une preuve de leur guérison de la COVID-19.

Les législateurs et les nations de l'UE ont convenu de cela, mais le Parlement européen a insisté sur le fait que les certificats devraient être suffisants pour permettre aux citoyens de l'UE de se déplacer librement, et que les pays de l'UE ne devraient pas être autorisés à imposer des restrictions supplémentaires aux titulaires de certificats, telles que des quarantaines ou des tests supplémentaires.

Le contrôle des frontières étant une responsabilité nationale, les pays membres de l'UE n'étaient pas prêts à renoncer à leurs prérogatives. Un autre obstacle était le prix des tests, car les législateurs ont insisté sur le fait qu'ils devraient être gratuits.

Dans le cadre du compromis atteint jeudi, la Commission européenne a annoncé qu'elle allouerait 100 millions d'euros (147 millions de dollars canadiens) à l'achat de tests de dépistage compatibles avec les certificats.

Si nécessaire, des fonds supplémentaires pourraient être débloqués, sous réserve de l'approbation de l'autorité budgétaire, a déclaré la Commission dans une déclaration écrite consultée par l'Associated Press.

Quant aux exigences supplémentaires de déplacement que les membres de l'UE pourraient être tentés d'adopter, les 27 nations ont convenu qu'elles s'abstiendront d'imposer de nouvelles restrictions, à moins qu'elles ne soient nécessaires pour protéger la santé de la population.

La proposition sera maintenant transmise aux États membres pour adoption formelle et au Parlement européen pour ratification, au cours de sa prochaine session plénière en juin.

Toujours pas de certificat au Canada

Pendant ce temps, le ministre canadien des Transports, Omar Alghabra, a déclaré qu'il ne pouvait pas encore avancer une date ni un taux de vaccination contre la COVID-19 à partir desquels des passeports de vaccination pourraient être utilisés pour alléger les restrictions de voyage.

Il a déclaré, en conférence de presse virtuelle jeudi, que les décisions concernant la quarantaine à l'hôtel pour les passagers aériens et la réouverture éventuelle de la frontière dépendront des conseils de la santé publique et de données et preuves non spécifiées liées à la pandémie.

M. Alghabra a dit que les secteurs du voyage et de l'aviation pourront reprendre leurs activités quand ce sera sécuritaire.

Il a souligné la nécessité d'une plateforme commune pour déterminer le statut vaccinal des voyageurs et a affirmé qu'il travaillait avec les pays du G7 et l'Union européenne afin d'intégrer une certification de vaccination concernant les voyages internationaux dans les mois à venir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !