•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chirurgies reprennent progressivement à Québec

La reprise sera graduelle, notamment en raison de la période estivale qui arrive.

Façade de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus à Québec.

C'est presque la fin du délestage au CHU de Québec-Université Laval.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Avec la diminution des hospitalisations liées à la COVID-19 dans la Capitale-Nationale, les hôpitaux de la région retrouvent peu à peu leur taux d’activité chirurgicale habituel. Le CHU de Québec vise une reprise de 100 % des activités ambulatoires dans les prochaines semaines.

Le CHU affirme avoir réussi dans les derniers jours à retrouver un taux d’activité de 90 % dans les blocs opératoires et les services ambulatoires.

Chaque jour, on regarde les indicateurs de la journée et des prochaines journées et nous évaluons combien de chirurgies et combien de rendez-vous supplémentaires on peut accorder , explique le directeur des services professionnels du CHU, Dr Stéphane Bergeron.

Il ajoute que les patients en attente devraient bientôt avoir des nouvelles. Je vous dis : "ne vous inquiétez pas. Quand nous serons rendus à vous, nous allons prendre contact et communiquer avec vous pour vous donner votre rendez-vous ou le moment de votre chirurgie". Les patients seront priorisés en fonction de leur condition médicale.

Docteur Bergeron en conférence de presse.

Stéphane Bergeron est directeur des services professionnels au CHU de Québec-Université Laval.

Photo : Radio-Canada

Reprise prudente

La reprise des activités ambulatoires se fera de façon très graduelle. Le CHU affirme devoir prendre en compte quelques facteurs, soit la disponibilité de la main-d’œuvre et les projections épidémiologiques.

La reprise des activités au CHU doit tenir compte de la capacité des équipes qui ont été au front depuis le début de la crise. Nous souhaitons être bienveillants envers nos patients, mais également envers nos intervenants. Cette reprise doit se faire dans le respect des capacités de notre main-d’œuvre, affirme la directrice des soins infirmiers du CHU, Brigitte Martel.

À la veille de la période estivale, le CHU affirme vouloir être à l’écoute de son personnel. C’est important que tous les employés puissent prendre les congés auxquels ils ont droit et qu’ils puissent recharger leurs propres batteries, parce qu’ils ont vécu des choses et qu’ils se sont donnés corps et âme pour vous, ajoute le Dr Bergeron.

Un plan est également en préparation pour permettre de rattraper le retard accumulé dans la dernière année.

Des patients en attente

Le plan de délestage avait dû être activé en avril dernier lorsque la troisième vague a déferlé sur la région et que le nombre d’hospitalisations a rapidement augmenté. Alors que la région accusait déjà un retard en raison des vagues précédentes, le nombre de patients en attente d’un rendez-vous ou d’une chirurgie a encore une fois augmenté.

Annie Caradec en entrevue.

Annie Caradec attend son opération à la hanche depuis plusieurs mois.

Photo : Radio-Canada

Parmi les nombreuses personnes touchées se trouve la résidente de Québec Annie Caradec, qui souffre d’arthrose sévère à la hanche droite. Elle attend son opération depuis maintenant neuf mois, et n’a toujours aucune idée de la date de son opération. En juillet 2020, il [mon chirurgien] m’avait quatre à six mois, si on n’avait pas de deuxième vague. Et la deuxième vague est arrivée, puis la troisième, explique-t-elle.

La dame a dû mettre temporairement une croix sur bien des activités en attendant sa chirurgie. Je reste confinée à la maison, j'utilise tout le temps ma béquille. Et si je sors, c'est parce que j'ai un rendez-vous impératif , témoigne-t-elle.

Elle se réjouit de voir les opérations reprendre, mais comprend aussi le besoin pour le personnel de la santé de respirer un peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !