•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse importante des tarifs du transport adapté dénoncée à Thetford Mines

Un autobus du service de transport adapté de la région de Thetford Mines.

Le coût du transport adapté dans la région de Thetford Mines sera augmenté à partir du 30 juin.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Des résidents de la région de Thetford Mines dénoncent une augmentation « démesurée » du tarif du transport adapté. Des familles d’usagers craignent de devoir réduire leur utilisation, faute d'argent et ce, au détriment du développement physique et psychologique de leur proche.

Avant janvier 2021, le prix pour embarquer dans un autobus du service de transport adapté de la région de Thetford Mines était fixé à 3 $, peu importe la distance à parcourir.

Le nouveau plan de transport qui sera en vigueur à la fin du mois de juin fera grimper le tarif de base à 4,50 $, si le trajet à parcourir demeure à l’intérieur des limites de sa municipalité.

Par contre, si on doit utiliser un service dans une autre ville du territoire, le prix augmente selon la distance. Il est fixé à 8,50 $ pour moins de 25 kilomètres, à 12 $ pour un trajet de 25 à 50 kilomètres et à 15 $ pour une distance plus importante.

Dans certains cas, le tarif est donc cinq fois plus cher.

Frein aux services

Le nouveau plan de transport adapté aura un impact important sur le budget de Jordan Jolicoeur. L’homme de 30 ans est handicapé intellectuel et a des limitations physiques. Il réside à Disraeli, une municipalité située à une trentaine de kilomètres au sud de Thetford Mines.

Jordan Jolicoeur et sa mère Louisette Pouliot.

Jordan Jolicoeur et sa mère Louisette Pouliot dénoncent les nouveaux tarifs du transport adapté à Thetford Mines.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Jordan utilise le service en moyenne quatre fois par semaine pour des rendez-vous médicaux ou différents ateliers de socialisation dans des organismes communautaires.

En gros on passe de plus de 100 $ par mois à environ 500 $ par mois. C'est énorme pour mon fils qui n'a pas l'argent nécessaire pour payer ça , affirme sa mère Louisette Pouliot.

Mme Pouliot craint de devoir réduire les activités de Jordan, même si elle sait que celles-ci ont été importantes dans son développement.

Quand il était petit, on nous a dit qu’il ne parlerait pas et qu’il ne marcherait pas. Aujourd'hui, il est assez autonome. Il va sur l'ordinateur, il va écouter sa musique et ses films lui-même. Tout le côté social, c’est ici, à Thetford Mines, souligne-t-elle.

La balle lancée aux municipalités

La Ville de Thetford, qui est responsable du service, explique que la nouvelle tarification n’est qu’un élément d’une grande réflexion pour bonifier l'offre du transport adapté. Les nouveaux tarifs sont devenus nécessaires pour financer le service, dit-on.

Ça coûte 3,82 $ du kilomètre à partir du point de départ. C'est sûr que dans une municipalité moindrement éloignée, les coûts pour une seule course vont monter au-delà de 100$ , affirme le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines lors d'une entrevue.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines

Photo : Radio-Canada

M. Brousseau précise que les municipalités avoisinantes pourraient assumer une part plus importante des déplacements de leurs citoyens.

Le ministère des Transports prévoit une portion de 20 % des coûts pour les municipalités et 15 % pour les usagers. Actuellement on est loin de ça. Les usagers peuvent se tourner vers leur municipalité , précise-t-il.

Le maire ajoute que chaque municipalité a le choix de se doter des infrastructures qu’elle souhaite si elle ne veut pas payer davantage pour utiliser les services disponibles à Thetford Mines.

Service régional

Une affirmation qui fait bondir Michel Rhéaume, un résident d'Adstock, une municipalité située à une vingtaine de kilomètres de Thetford Mines. Son fils, Pierre-Luc, est atteint trisomie 21.

Ça prend quelqu'un qui a dans sa famille un handicapé pour réaliser le coût, soulève-t-il.

Comme la plupart des organismes communautaires, des infrastructures et des services de santé sont à Thetford Mines, il n’a d’autres choix que de se rendre en ville pour répondre aux besoins de son fils.

Pierre-Luc Rhéaume fabrique une carte pour sa mère.

Pierre-Luc Rhéaume participe à un atelier à l'organisme Renaissance à Thetford Mines.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

M. Rhéaume croit que les personnes handicapées ne devraient pas être pénalisées en raison de leur lieu de résidence. Selon lui, les services déployés à Thetford Mines le sont pour l’ensemble de la région.

Vous prenez l'autobus à Québec. Que vous soyez de n'importe quel secteur il y a toujours le même prix. Le métro de Montréal vous avez aussi un prix unique, mentionne-t-il.

Louise Pouliot crie aussi à l’injustice. Elle a l’impression que le développement des services à Thetford Mines se fait sur le dos des citoyens des municipalités avoisinantes.

C'est un service régional pour des personnes qui ont des capacités monétaires limitées. Ces enfants ont besoin de ces services-là et ils sont centralisés ici à Thetford Mines. On n'a pas le choix, déplore-t-elle.

Mme Pouliot et M. Rhéaume espèrent que les maires des municipalités périphériques feront pression sur Thetford Mines pour modifier la nouvelle tarification avant qu’elle entre en vigueur le 30 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !