•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des exportations jamais vues en 40 ans au Port de Sept-Îles

Machine pour le chargement de minéraliers au Port de Sept-Îles.

Le terminal multiusager pourrait charger 50 millions de tonnes par année. Il n'en manutentionne que 12 à 15 présentement. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

L'année 2020 aura été la deuxième des années les plus productives de l'histoire du Port de Sept-Îles relativement à la marchandise manutentionnée.

33 millions de tonnes de marchandises, principalement du minerai de fer, ont été chargées sur des navires aux terminaux du centre-ville de Sept-Îles et ceux de Pointe-Noire.

De telles statistiques n'avaient pas été atteintes depuis 1979.

Ce volume là de 33,1 millions de tonnes nous a permis de regagner le troisième rang des ports canadiens en termes d'activité et de trafic portuaire. On en est fier, on retourne à un niveau qu'on a déjà connu dans les belles années 70 lorsque le marché du fer était très intense, indique le PDG du port, Pierre D. Gagnon.

Le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D. Gagnon.

Le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D. Gagnon

Photo : Radio-Canada

Le Port du Sept-Îles a généré un chiffre d'affaires de 24,6 millions de dollars en 2020, une hausse de 18 % par rapport à 2019.

L'organisation se félicite aussi d'avoir diminué ses dépenses et d'avoir fini l'année avec un résultat global de près de 13 millions de dollars.

L'effervescence du l’industrie du minerai de fer et l’augmentation probablement des exportations de minerai n’effraie pas du tout le Port du Sept-Îles.

Quai multiusagers à Pointe-Noire, Sept-Îles.

Quai multiusager de Pointe-Noire dans la baie de Sept-Îles

Photo : Port de SEpt-pIles

Son PDG explique que le terminal multiusager de Pointe-Noire n’est actuellement utilisé qu’à environ le quart de sa capacité maximale.

Le Port du Sept-Îles a toutefois dû débourser 5 millions et demi dollars dans le cadre d'un litige maintenant réglé qui l'opposait à l'entreprise de construction Pomerleau. Ce sont des frais de cour et des frais de pénalité par rapport au règlement, explique Pierre Gagnon. Ces frais viennent s’ajouter au montant de 13 millions que le port a dû verser à Pomerleau en compensation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !