•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel au rapatriement des artefacts funéraires autochtones

Photo de l'entrée du musée royal de la Colombie-Britannique à Victoria

Le musée royal de la Colombie-Britannique, à Victoria.

Photo : Courtoisie Royal BC Museum

Radio-Canada

L’Association des musées de la Colombie-Britannique (BCMA) appelle les organismes canadiens financés par le public à rendre aux communautés autochtones les restes humains et les artefacts liés à l’inhumation qui se trouvent dans leurs collections.

Une réconciliation vraie, significative et durable doit inclure le rapatriement de nos ancêtres dans les nations d’où ils ont été enlevés, affirme dans un communiqué l’ancien président du comité consultatif autochtone de la BCMA et membre de la Première Nation Wei Wai Kum, Dan Smith.

Nous devons travailler ensemble pour accomplir cela et libérer nos enfants et leurs enfants de l’obligation sacrée d’avoir à retrouver nos ancêtres pour les ramener à la maison.

La BCMA invite à une collaboration entre les établissements et les communautés autochtones pour la mise en place de politiques de rapatriement, avec des fonds qui y soient consacrés. Elle invite aussi les musées à s’assurer que les informations sur les collections sont facilement accessibles pour ces communautés.

Cet appel se fonde sur l’article 31 de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (Nouvelle fenêtre), adoptée notamment par la Colombie-Britannique, qui défend leur droit à protéger et à contrôler leur patrimoine culturel, ainsi que sur l’appel à l’action 67 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Des artefacts importants

Le président actuel du comité consultatif autochtone de la BCMA, Jordan Coble, aimerait que, à long terme, tous les artefacts culturels importants soient retournés aux peuples autochtones, mais les restes et les objets liés aux funérailles sont, selon lui, prioritaires.

C’est de la plus haute importance pour les Premières Nations, les Inuit et les Métis de s’assurer que leurs ancêtres sont respectés , dit Jordan Coble, qui est membre de la Première Nation de Westbank.

L’objectif, ajoute M. Coble, n’est pas seulement le retour des restes humains eux-mêmes, mais aussi de bâtir de meilleures relations entre les musées et les Autochtones.

À mesure que ces éléments sont retournés, notre sentiment d’appartenance, notre sens des responsabilités et notre identité culturelle sont ravivés, dit-il.

Avec des informations de On the Coast

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !