•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël et les groupes palestiniens s'accordent sur un cessez-le-feu

Des flammes et de la fumée derrières des immeubles.

Des flammes à Gaza en fin de journée jeudi.

Photo : Reuters / MOHAMMED SALEM

Radio-Canada

Israël et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ont approuvé jeudi soir un cessez-le-feu qui est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi, après plusieurs jours de tractations diplomatiques visant à mettre fin à une confrontation armée meurtrière.

Le cabinet [de sécurité] a accepté à l'unanimité la recommandation de l'ensemble des responsables sécuritaires [...] d'accepter l'initiative égyptienne de cessez-le-feu bilatéral sans condition, ont indiqué les autorités israéliennes dans un communiqué.

Dans la foulée, le Hamas et le Djihad islamique ont confirmé l'entrée en vigueur dès 2 h locales vendredi de cette trêve annoncée après plus de dix jours d'affrontements sanglants entre Israël et ces groupes armés palestiniens.

Ceci est l'euphorie de la victoire, a lancé Khalil al-Hayya, numéro deux du bureau politique du Hamas dans l'enclave palestinienne, lors d'un discours devant des manifestants à Gaza après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu. Il a promis de reconstruire les maisons détruites par les frappes israéliennes.

Au moins 232 Palestiniens sont morts, dont une soixantaine d'enfants et de nombreux combattants du Hamas et du Djihad islamique, dans les bombardements israéliens sur Gaza. Côté israélien, 12 personnes ont été tuées, dont 2 mineurs. Les mouvements armés palestiniens de Gaza ont tiré plus de 4000 roquettes vers le territoire israélien.

Quelques heures avant l'annonce de ce cessez-le-feu, les frappes israéliennes s'étaient intensifiées sur l'enclave palestinienne de deux millions d'habitants, faisant monter des nuages de fumée et de débris dans le ciel, tandis que des ambulances filaient à travers l'enclave.

En fin d'après-midi et dans la soirée, un nouveau barrage de roquettes avait visé le sud d'Israël, ce qui a poussé des habitants à se réfugier dans des abris anti-bombes.

Pendant dix jours, l'armée israélienne a pilonné la bande de Gaza. Israël a profité de la situation, selon un responsable militaire israélien, pour réduire les capacités militaires du Hamas.

Un responsable militaire israélien avait affirmé mercredi que l'armée était prête à affronter encore plusieurs jours de conflit.

Deux hommes debout examinant des débris de roquettes.

Biden aidera Israël à rebâtir son système de défense

Dans une brève allocution à la Maison-Blanche, le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu en soulignant l’apport de l’Égypte pour la mise en place de cette trêve.

Joe Biden a également déclaré que les États-Unis allaient réapprovisionner le système de défense antimissile israélien, le Dôme de fer, qui a permis de repousser les roquettes tirées par les factions palestiniennes.

Par ailleurs, il a annoncé que les États-Unis aideraient Gaza en lui fournissant une aide humanitaire.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a annoncé en soirée jeudi sur Twitter qu'il se rendra au Moyen-Orient au cours des prochains jours. Il a ajouté qu'il était impatient de rencontrer le ministre israélien des Affaires étrangères, ainsi que d'autres responsables israéliens, palestiniens et régionaux.

Ces rencontres auront pour but de travailler ensemble à la construction d'un avenir meilleur pour les Israéliens et les Palestiniens, a indiqué le département d'État dans un communiqué.

Témoignage sur la situation à Gaza

Contacté par ICI RDI, le journaliste Rami Abu Jamus, qui vit à Gaza, a affirmé que la population de l'enclave attend avec impatience le cessez-le-feu pour souffler et en finir avec ce cauchemar d’agressions qu’[elle a subies] pendant 11 jours.

Sur le plan humanitaire, le journaliste explique que la population de Gaza a besoin d’électricité, parce que la majorité des quartiers de la bande de Gaza était privée d’électricité pendant des jours [et d’]eau potable. À cause des bombardements des infrastructures, il n’y avait plus d’eau potable qui arrivait jusqu’aux maisons.

Il a souligné également les besoins dans le secteur de la santé et a précisé que, puisque la pandémie était très forte à Gaza, [les] bombardements et le flux des blessés qui arrivaient dans les hôpitaux [ont] fait en sorte que ce secteur allait échouer.

Des garçons ramassent des débris dans leur salon.

De jeunes Palestiniens constatent les dégâts provoqués par les bombardements dans leur maison au nord de Gaza. Depuis une dizaine de jours, 220 personnes ont été tuées à Gaza, et 12 autres du côté israélien.

Photo : Getty Images / Fatima Shbair

M. Abu Jamus a affirmé qu’après l’annonce de la trêve, des habitants de quartiers ont reçu des appels téléphoniques de l’armée [israélienne, NDLR] leur disant de quitter leur maison parce qu’ils voulaient bombarder un immeuble juste à côté. Les derniers bombardements ont eu lieu 30 ou 40 minutes avant l’annonce du cessez-le-feu, a-t-il précisé.

La Croix-Rouge estime de son côté que les populations à Gaza et en Israël avaient un besoin urgent de répit, et ajoute avoir informé Israël et le Hamas qu'à partir de jeudi son personnel se déplacerait pour apporter une réponse. Les deux parties ont une responsabilité claire de nous faciliter de tels mouvements, a-t-elle indiqué.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !