•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir perdu son comptoir postal, Cayamant se mobilise pour en ouvrir un nouveau

Édifice à Cayamant, en été.

Cet édifice de Cayamant, au cœur de l'Outaouais, a longtemps abrité le seul comptoir de poste du village.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Radio-Canada

Le village de Cayamant a perdu son seul comptoir postal, lundi. Si cette fermeture a pris au dépourvu les résidents, ainsi que le maire, tous se mobilisent déjà, seulement deux jours plus tard, pour trouver une solution.

La municipalité travaille actuellement avec Postes Canada pour mettre sur pied un nouveau comptoir postal dans un édifice municipal du village.

La municipalité a déposé, hier [mardi], à Postes Canada, les documents demandant à ce que le comptoir postal arrive dans les locaux de la municipalité de Cayamant, explique le maire, Nicolas Malette.

Nicolas Malette pose devant l'hôtel de ville de Cayamant.

Le maire de la municipalité de Cayamant, Nicolas Malette (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Une rencontre est d’ailleurs prévue entre la municipalité et Postes Canada, mardi prochain. Je pense qu’eux aussi veulent revenir rapidement à Cayamant, parce qu'ils comprennent le désagrément pour notre population, poursuit le maire du village.

L’unique comptoir de Postes Canada de ce village d’environ 800 résidents se situait dans un édifice qui abritait autrefois une épicerie. Depuis l’arrivée d’un nouveau propriétaire, il y a un an, le comptoir postal y était devenu le seul service offert. C’était du moins le cas jusqu’à lundi.

Lundi matin, Postes Canada m'appelle. Ils m'annoncent qu'ils doivent quitter le local qu'ils occupent présentement. Le propriétaire du local leur dit : "Vous avez 24 heures pour partir, je veux plus avoir le comptoir postal ici", raconte le maire Nicolas Malette.

Une note de Postes Canada apposée sur une fenêtre de porte.

Une note de Postes Canada a été apposée sur la porte de l'ancien comptoir postal, annonçant la fermeture de ce dernier.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Le propriétaire de l’édifice en question a indiqué à Radio-Canada qu'il y aurait des enjeux d'achat avec l'édifice et le terrain, mais que lorsqu'ils seront réglés, il souhaite y construire une clinique de santé et des logements abordables au deuxième étage.

Pour sa part, Postes Canada affirme, dans une déclaration par courriel, ne pas pouvoir divulguer de renseignements sur nos contrats, car ceux-ci sont confidentiels et sont spécifiques à chaque concessionnaire, mais souligne en être aux premières étapes pour trouver un comptoir postal de remplacement.

Entre temps, tous les produits et services postaux sont offerts à notre bureau de poste situé au 15, rue Principale à Gracefield. Le bureau de poste est ouvert de 9 h à 17 h, du lundi au vendredi, et de 9 h à 11 h 45, les samedis, indique Postes Canada.

Un casse-tête pour certains

Si des résidents de Cayamant ont accès aux quelques boîtes postales disponibles dans le village, d’autres doivent se rendre pour le moment jusqu’à celui de Gracefield, situé à environ une vingtaine de kilomètres.

Cette situation est un casse-tête pour Raymond Bélanger, un retraité tout droit arrivé du Témiscamingue, qui a loué une maison à Cayamant pour une durée d’un an.

Raymond Bélanger, devant l'entrée vers l'ancien comptoir postal de Cayamant.

Raymond Bélanger pose devant l'entrée de l'ancien comptoir postal de Cayamant.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Il dit s’être rendu mercredi au comptoir postal, désormais fermé, pour parler à quelqu’un, mais en vain.

M. Bélanger affirme avoir téléphoné au comptoir postal de Gracefield pour tenter d’obtenir une boîte postale située en bordure d’une rue à Cayamant, mais qu’aucune d’entre elles n’était disponible.

J'ai négocié toutes mes assurances, tout le changement des assurances. Ça va arriver la semaine prochaine. So, là, où c'est que ça va aller? On ne le sait pas, raconte-t-il.

Pour Christian Brouillard, un autre résident de Cayamant, la fermeture du comptoir de Postes Canada dans son village et le manque de boîtes postales disponibles le forcent à devoir se déplacer à Gracefield pour aller récupérer son courrier.

Christian Brouillard.

Christian Brouillard fait partie des résidents qui devront se rendre à Gracefield pour aller chercher leur courrier.

Photo : Radio-Canada

Ça prend une vingtaine de minutes à y aller et un autre 20 minutes à revenir aussi. Au prix que le gaz coûte aussi, ça commence à faire cher du courrier. Ça fait qu’on va y aller une fois par semaine, dit-il.

Pour sa part, Jean-Claude Brousseau a accès à une boîte postale depuis environ six mois. Toutefois, si ce n’était pas le cas, ce résident affirme qu’il demanderait à d’autres d’aller chercher son courrier pour lui à Gracefield.

Partir d'ici et aller à Gracefield, chercher des colis, clairement, moi, pas de machine et tout ça, et je suis handicapé… Ce sont toutes des choses de même... dit-il.

Avec les informations de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !