•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba incapable d’uniformiser son décompte des postes bilingues en santé

L'urgence de l'Hôpital Saint-Boniface.

La province crée un nouveau poste de responsable des services en français, dans le cadre de la transformation du système de santé.

Photo : Radio-Canada

Les offices régionaux de la santé du Manitoba n’ont toujours pas uniformisé leur manière de comptabiliser leur capacité bilingue. Cela complique l'analyse et les comparaisons des ressources entre les régions.

Les offices régionaux de la santé ne disposent pas d’une méthode uniforme de comptabilisation de la capacité bilingue, certains utilisant le nombre de postes et d’autres le nombre d’équivalents temps plein. Il est donc impossible de comparer ces données à celles d’autres entités publiques, indique le rapport 2019-2020 du Secrétariat aux affaires francophones, publié en mars.

Selon la directrice générale de Santé en français, Annie Bédard, une uniformisation des données se fait attendre depuis longtemps. Ça fait des années qu’on demande des données, ça fait des années qu’on demande une certaine standardisation pour avoir un portait juste, lance-t-elle.

Selon elle, uniformiser la façon dont on tient compte de la capacité francophone permettrait de comparer des pommes avec des pommes.

Par exemple, si vous fournissez des données uniquement [en] équivalents temps plein et qu’un autre office régional de la santé donne seulement des données pour des postes désignés bilingues, [le nombre en équivalents temps plein sera beaucoup plus petit]  , dit-elle.

Un poste désigné bilingue peut en effet être à temps plein ou à temps partiel.

Annie Bédard souhaite que les régions sanitaires fournissent les deux chiffres, afin d’avoir un portait beaucoup plus précis de la capacité bilingue.

Santé en français a d’ailleurs récemment entamé un projet pilote de collecte et d’analyse de données avec certaines régions sanitaires et les établissements bilingues, qui a cependant été ralenti par la pandémie.

Une dame aux courts cheveux blonds sourit fièrement à l'objectif.

Annie Bédard, directrice générale de l'organisme communautaire Santé en français

Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Ce projet pilote s’inspire d’un outil élaboré par le Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario, qui a permis la collecte de données comparatives pour suivre l’évolution des services en français dans cette province.

Le changement qu’ils ont vu à l’interne, c’est que les gens ont fait des efforts supplémentaires pour mieux comptabiliser les données. Ils voyaient qu’ils n’avaient pas fourni de données et que leurs collègues l’avaient fait […] C’est un incitatif pour encourager les gens à poursuivre la collecte de ces données, explique Annie Bédard.

Elle souhaite que le gouvernement du Manitoba adopte une méthode similaire.

Chose promise

Le rapport 2018-2019 du Secrétariat aux affaires francophones soulignait aussi le problème de l’uniformisation des données concernant la capacité bilingue.

Les offices régionaux de la santé se sont toutefois engagés à établir des statistiques uniformes pour la prochaine année de référence (2019-2020), indiquait ce rapport.

Or, cela ne s’est pas fait. Radio-Canada a donc tenté de joindre les quatre offices régionaux de la santé concernés, pour leur demander pourquoi ils n’ont pas mis en vigueur la mesure promise.

Un porte-parole de Santé Sud a déclaré qu’il s’agissait d’une question à adresser au Secrétariat aux affaires francophones. Une porte-parole d’Entre-les-Lacs et de l’Est a indiqué qu’il fallait plutôt s’adresser au service des communications de la province. La région sanitaire de Prairie Mountain n’a pas répondu à la demande.

Un porte-parole de l’Office régional de la santé de Winnipeg a indiqué pour sa part que la région s’est fixé pour nouvel objectif de fournir le nombre de postes et le nombre d’équivalents temps plein bilingues pour le rapport de 2020-2021.

Il affirme que des circonstances difficiles, principalement en lien avec la COVID-19, ont empêché l’atteinte de cet objectif pour le rapport 2019-2020. Ce rapport porte sur la période allant de la fin mars 2019 à la fin mars 2020. Le premier cas présumé de COVID-19 au Manitoba a été découvert à la mi-mars 2020.

Création d’un nouveau poste

Un porte-parole de Soins communs Manitoba affirme que chaque région sanitaire détient la responsabilité de la mise en œuvre opérationnelle des stratégies de ressources humaines pour le soutien de sites désignés pour la prestation de services de santé en français.

Toutefois, le porte-parole affirme que la province crée un nouveau poste de responsable des services en langue française provinciaux, dans le cadre de la transformation du système de santé.

Parmi ses fonctions, cette personne devra assurer la cohérence et la coordination dans la planification et la surveillance des initiatives des régions sanitaires, dont le suivi des données concernant les ressources humaines.

Ce nouveau responsable des services de langue française devra aussi coordonner un réseau de ressources en français dans la province, en partenariat avec toutes les régions sanitaires et des partenaires comme Santé en français.

La province note que la COVID-19 a ralenti la création de ce nouveau poste. Nous avons espoir que le poste sera affiché dans les prochaines semaines, en fonction des exigences de la pandémie, conclut le porte-parole de Soins communs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !