•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En pleine crise du suicide, Shamattawa se prépare pour deux enterrements

Eric Redhead est dehors devant un drapeau du Canada. Il est vêtu d’un manteau et porte un masque.

Le chef de la Première Nation de Shamattawa, Eric Redhead.

Photo : CBC / Tyson Koschik

Radio-Canada

La Première Nation de Shamattawa se prépare pour deux enterrements cette semaine, alors que la communauté a déclaré l’état d’urgence en raison de ce que le chef qualifie de « crise du suicide ».

Le corps d’une femme de 19 ans, qui s’est suicidée à Winnipeg, doit arriver mercredi dans cette communauté uniquement accessible par les airs, accompagné du cercueil destiné à une mère de 32 ans qui s’est aussi enlevé la vie.

Il y a beaucoup de deuil, un sentiment de désespoir, affirme le chef de la Première Nation, Eric Redhead.

La femme de 19 ans, originaire de Shamattawa, s’est enlevé la vie le 10 mai, la veille du suicide de la femme de 32 ans, qui était la sœur du chef.

Mardi, Eric Redhead a également déclaré aux médias qu'un enfant de 7 ans avait commis une tentative de suicide. L’enfant a depuis repris conscience dans un hôpital de Winnipeg, indique-t-il.

Des équipes d’intervention en santé mentale de Manitoba Keewatinowi Okimakanak et du Keewatin Tribal Council doivent bientôt arriver dans cette communauté située à 745 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

Le chef demande aussi à Ottawa des ressources en santé mentale équivalentes à celles qui sont disponibles dans des communautés situées dans le sud de la province.

Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a déclaré que les suicides étaient tragiques. Il dit que son gouvernement agit rapidement pour fournir à Shamattawa tout ce dont ils ont besoin pour soutenir la communauté dans ce temps de détresse.

L’aide mentionnée par le ministre inclut deux conseillers en santé mentale. Cependant, Eric Redhead affirme qu’ils se trouvent dans la communauté depuis plusieurs mois.

Ce n’est pas de l’aide additionnelle, dit-il. C’est juste la même rhétorique qu’on continue d’entendre de la part de ce gouvernement.

Marc Miller affirme que le gouvernement ne peut pas créer de bonnes politiques en pleine crise.

Il s’agit d’un moment particulièrement difficile pour la communauté et nous serons là pour eux, mais je crois que la réflexion à court, moyen et long terme, c’est qu’ils ne devraient pas s’être retrouvés dans cette situation, dit-il.

Je ne vais pas rester assis aujourd’hui et vous dire que j’ai toutes les réponses. Je crois vraiment que nous ne faisons pas assez, ajoute le ministre.

Eric Redhead croit que c’est le moment d’agir. Le seul moment où nous pouvons parler de changements aux politiques, c’est lorsque nous avons leur attention, et maintenant, nous avons leur attention, lance-t-il.

En 2002, le chef de Shamattawa avait déclaré l’état d’urgence après trois suicides en neuf jours. En 2016, quatre jeunes se sont suicidés en l'espace de six semaines.

Trois ans plus tard, lorsqu’Eric Redhead est devenu chef, un garçon de 12 ans s’est suicidé et il y a eu plusieurs tentatives depuis, dit-il.

La communauté prépare une veillée aux chandelles pour les victimes.

Avec les informations de Austin Grabish


Besoin d'aide pour vous ou pour un proche?

Pour obtenir de l’aide en français partout au Canada, pour vous ou pour vos proches, vous pouvez appeler le 1-833-456-4566. Vous pouvez aussi visiter le site web de Services de crises du Canada (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !