•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle direction au Camping Jonquière

Le Camping Jonquière

Le Camping Jonquière

Photo : Radio-Canada

Le Camping Jonquière a une nouvelle directrice générale. Le conseil d’administration de l’organisme, financé par la Ville de Saguenay à hauteur de 150 000 $ annuellement, a récemment nommé Manon Normandeau à la barre de l’organisation.

La nomination de la nouvelle DG, qui était gestionnaire du restaurant du camping, remonte au mois de mars, à la suite d’un appel de candidatures visant à remplacer Mathieu Brassard, détenteur du poste depuis 2018. Il avait alors succédé à Richard Brabant, forcé de démissionner par le conseil d’administration en raison d’un bris de confiance, après une série de déboires impliquant le camping. La Ville de Saguenay avait d’ailleurs brandi la menace de retirer le financement qu’elle versait à la corporation si le DG ne quittait pas ses fonctions.

Mathieu Brassard avait pour mandat de remettre le camping sur ses rails, après des années difficiles marquées, entre autres, par des enquêtes et des avis de non-conformité émis par le ministère de l’Environnement pour des aménagements non conformes.

L’organisation a été laissée en bonne santé, autant en termes de finances que de la clientèle , croit Mathieu Brassard, qui a obtenu le poste de directeur de la Dam-en-Terre, à Alma.

Vers l'autonomie financière

Si, à un certain moment, l’opacité de la direction du Camping Jonquière était dénoncée par des élus de Saguenay, notamment par l’ex-responsable du district, Christine Boivin, cette époque semble être révolue. L’ancienne porte-étendard de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD) demandait au Camping d’ouvrir ses livres, ce que la direction a longtemps refusé de faire.

Conseiller municipal depuis le retrait de Jonathan Tremblay en 2019, Jimmy Bouchard indique que la direction soumet dorénavant tous ses états financiers à la Ville, dans le respect du protocole d’entente qui unit les deux parties et des critères d’admissibilité au programme de dons et subventions de Saguenay, adopté sous l’administration Néron.

J’ai justement paré avec la direction hier (mardi) et les choses semblent bien aller. Ils m’ont montré les états financiers et les choses vont bien. Ils ont réalisé plusieurs projet , relate Jimmy Bouchard, qui rappelle que le financement accordé au Camping Jonquière est passé de 200 000 $, avant 2017, à 150 000 $ annuellement.

Le conseiller municipal Jimmy Bouchard devant le lac Kénogami.

Le conseiller municipal, Jimmy Bouchard.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

L’objectif est que la corporation puisse atteindre l’autonomie financière. Le protocole d’entente a pris fin en 2020. Si l’organisme a encore besoin d’argent provenant des coffres municipaux, Jimmy Bouchard croit qu’un siège devra être réservé au C.A. pour un représentant de la Ville.

C’était assez clair que le but était que le camping vole de ses propres ailes et je pense qu’ils sont assez autonomes depuis 2019. Mais s’il faut encore lui accorder du financement public, c’est juste normal qu’un élu soit au C.A. pour veiller à nos intérêts. Ce serait une contrepartie intéressante , propose le conseiller, qui sollicitera un second mandat aux élections de novembre prochain.

Un projet de 1,2 million

Jimmy Bouchard pointe que le Camping Jonquière caresse un projet de 1,2 million de dollars pour la refonte de ses installations sanitaires. Dans la foulée de l’adoption d’un nouveau règlement municipal venant encadrer l’utilisation des quais à Lac-Kénogami, l’élu aimerait que soit aménagée une station de lavage des bateaux au Camping Jonquière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !