•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amazon continue d'interdire ses outils de reconnaissance faciale à la police

Une femme regarde une caméra qui scanne son visage et un logiciel lui colle plusieurs critères de reconnaissance.

Des activistes réclament qu'Amazon cesse de vendre son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition.

Photo : getty images/istockphoto / SDI Productions

Agence France-Presse

Amazon prolonge son interdiction à la police d'utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition, une technologie controversée à cause des risques de discrimination qu'elle occasionne.

Le géant américain du commerce en ligne et des technologies a confirmé mardi sa décision d'étendre cette interdiction jusqu'à nouvel ordre, sans donner plus de détails.

En juin dernier, le géant avait annoncé un moratoire d'un an, dans un contexte de pression des associations de défense des libertés et de manifestations contre le racisme et les violences policières aux États-Unis.

Les organisations non gouvernementales (ONG) exigeaient notamment des réformes en profondeur de la police et des systèmes de surveillance, car elles estiment qu'ils ciblent disproportionnellement les personnes noires.

Une sonnette Amazon Ring à côté d'une porte d'entrée d'un domicile.

Les sonnettes Ring sont parmi les plus populaires sur le marché.

Photo : Amazon.ca

Des activistes accusent aussi les forces de l'ordre de se servir du réseau de caméras des sonnettes intelligentes Ring d'Amazon, utilisées par des particuliers à des fins de sécurité.

Une utilisation éthique réclamée

Amazon avait indiqué espérer que son moratoire donnerait suffisamment de temps au Congrès pour mettre en place des règles appropriées pour une utilisation éthique de ces technologies.

Cette interdiction a été mise en place à la suite de décisions similaires de Microsoft, d'IBM et de Google.

Au début du mois de mai, une coalition d'ONG a appelé Amazon à cesser de vendre son logiciel Rekognition.

Les technologies de reconnaissance faciale sont bien trop dangereuses pour être installées en fonction des lubies de firmes comme Amazon, a déclaré Evan Greer du groupe Fight for the Future, qui fait partie de la coalition.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !