•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 45 ans décédait la comédienne Denise Pelletier

Denise Pelletier en 1974, dans Qui perd gagne.

La comédienne Denise Pelletier est décédée le 24 mai 1976.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Radio-Canada

Le 24 mai 1976, le monde artistique canadien était sous le choc. La comédienne Denise Pelletier venait de décéder des suites d’une opération à cœur ouvert. Disparaissait ainsi subitement une des figures de proue du théâtre au Québec et au Canada.

Reconnue pour ses rôles à la télévision…

Ce montage de photos, accompagné de commentaires de Denise Pelletier, nous donne un aperçu de la conception qu’avait la comédienne de l’art du théâtre auquel elle a consacré sa vie.

Montage de photos, 1942-1974

Née à Saint-Jovite en 1923 dans une famille cultivée, Denise Pelletier a marqué à la fois la télévision et le théâtre.

Dès 1953, elle crève l’écran à Radio-Canada en incarnant Cécile Plouffe dans le très populaire feuilleton hebdomadaire télévisé La famille Plouffe, inspiré du roman de Roger Lemelin.

Elle jouera pendant six ans ce rôle qui lui a permis d’entrer dans les foyers des téléspectateurs de Radio-Canada.

La famille Plouffe, 13 octobre 1954

Dans cet extrait de La famille Plouffe du 13 octobre 1954, Cécile Plouffe, réputée pour être près de ses sous, repousse la demande en mariage de son prétendant Onésime Ménard (interprété par Rolland Bédard).

Sous les traits de cette vieille fille un peu autoritaire, on sent la fougue et la passion de celle qui l’incarne.

Plusieurs autres rôles à la télévision suivront.

Denise Pelletier incarnera notamment plusieurs personnages dans les téléthéâtres du dramaturge Marcel Dubé.

Trois petits tours, 21 décembre 1969

Un autre extrait d’une dramatique télévisée, Trois petits tours de l’auteur Michel Tremblay, diffusée le 21 décembre 1969, nous confirme la présence et l’énergie que Denise Pelletier dégage lorsqu’elle joue.

La comédienne devient ici l’agente de l’effeuilleuse Gloria Star dans le cabaret de deuxième ordre Le Coconut Inn.

C’est un rôle dans la démesure qui lui sied très bien.

… Denise Pelletier a brûlé les planches au Canada

L'artiste a aussi ravi des générations de spectateurs au théâtre.

Son répertoire était des plus variés.

Elle a interprété les pièces classiques de Jean Racine, de Molière, de Shakespeare.

Elle a aussi tenu des rôles dans des pièces plus contemporaines de Tennessee Williams et de Samuel Beckett.

Son interprétation de Mère courage dans la pièce éponyme du dramaturge allemand Bertolt Brecht est encore célébrée de nos jours.

Denise Pelletier jouait autant en français qu’en anglais et était très appréciée des amateurs de théâtre au Canada anglais, notamment pour ses apparitions au festival de Stratford, en Ontario.

Ce fait, assez peu connu au Québec, nous est rappelé par Micheline La France, auteure de la biographie Denise Pelletier ou la folie du théâtre.

Femme d'aujourd'hui, 23 mai 1979

L’entrevue, diffusée le 23 mai 1979 à l’émission Femme d’aujourd’hui, est menée par Lise Groleau. Louise Arcand anime l’émission.

L’entretien est précédé d’un extrait de Cher menteur, un téléthéâtre de l'auteur Pierre Corneille inspiré d'une correspondance entre le dramaturge George Bernard Shaw et madame Patrick Campbell.

Denise Pelletier joue ici avec son frère Gilles Pelletier.

Sa toute dernière pièce, La divine Sarah, avait été présentée en anglais au festival de Stratford.

Denise Pelletier y ressuscite la mythique comédienne française Sarah Bernhardt.

Selon Micheline La France, Denise Pelletier est probablement la plus grande comédienne que le Québec a produite.

Selon elle, elle ne jouait pas de rôles; elle vivait le théâtre. Cela donnait une intensité et une authenticité rarement atteintes sur la scène.

À la fin de 1975, on demande à Denise Pelletier de donner des conférences sur le théâtre.

La comédienne ne fera pas les choses à moitié.

Elle illustrera cette conférence par une série d’extraits de pièces de théâtre qui expliquent son propos.

La conférence devient en elle-même une pièce de théâtre intitulée Une femme et plusieurs personnages.

Lise Lib, 17 janvier 1976

Denise Pelletier parle de ce projet dans une entrevue qu’elle accorde à l’animatrice de l’émission Lise Lib, Lise Payette, le 17 janvier 1976.

L'auteur-compositeur-interprète Claude Léveillée est assis avec les deux femmes.

Denise Pelletier raconte avec verve comment elle a monté Une femme et plusieurs personnages.

La comédienne y parle, par l'intermédiaire de 16 personnages aux registres très variés, du processus théâtral.

Elle souligne qu’elle a soumis son travail au jugement des élèves de l’École de théâtre et du Conservatoire de théâtre.

Elle discute également de sa capacité de sortir de ses personnages, ainsi que de sa conception, exigeante, de la manière de faire du théâtre.

Dans cette entrevue réalisée quelques mois avant sa mort, elle partage aussi avec humour certains aspects de sa relation avec son fils et avec son père.

Le décès de Denise Pelletier a plongé le Québec dans la consternation.

En 1977, le gouvernement du Québec a créé le prix Denise-Pelletier, qui honore chaque année une carrière dans les arts de la scène. C’est la plus haute distinction de ce genre au Québec.

En 1997, la Nouvelle compagnie théâtrale, dont Gilles Pelletier, le frère de Denise, était un des fondateurs, décide de se renommer le Théâtre Denise-Pelletier.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.