•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plaintes persistent malgré les travaux de Bitfarms

Une dizaine de gros ventilateurs ornent l'arrière de l'édifice de l'usine de cryptomonnaie Bitfarms.

Les ventilateurs à l'arrière de l'usine Bitfarms, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

L'entreprise de cryptomonnaie Bitfarms a presque terminé les travaux devant atténuer le bruit produit par les ventilateurs de son usine de la rue de la Pointe, à Sherbrooke. Toutefois, le bruit perturbe encore le voisinage.

Il y a quelques semaines, le dossier avait été confié au service juridique de la Ville de Sherbrooke, car l'avancement des travaux était jugé insuffisant. L'entreprise avait d'abord jusqu'au 31 mars, puis au 30 avril, et finalement jusqu'au 30 mai, pour réduire la pollution sonore dont se plaint le voisinage.

Malgré les deux murs écrans acoustiques posés autour de son usine et l'installation de ventilateurs qui seraient plus silencieux, le conseiller municipal du district du Golf, Marc Denault, affirme qu'encore aujourd'hui, le bruit nuit à plus de 500 résidents.

On reçoit encore des plaintes. Puis en plus, les gens de la société sont allés visiter les citoyens, puis ils ont été à même de constater que le bruit est encore là. Il y a un sérieux problème, déplore Marc Denault.

Intervention du ministère de l'Environnement

Au cours des prochains jours, des actions devraient être faites par les citoyens et les élus municipaux Marc Denault et Paul Gingues. Ces derniers bénéficient de l'appui du ministère de l'Environnement, qui prend des notes pour les prochains projets qui impliqueront cette industrie en plein essor.

Quand on leur mentionnait, faut avoir des mesures pour stopper les entreprises qui sont polluantes, arrêter de leur fournir de l'énergie, je pense que le message a bien passé, mais malheureusement on est en train d'écrire l'histoire pour l'ensemble du Québec. conclut Marc Denault.

Faciliter la relocalisation

Face à l'impasse, Marc Denault suggère que les autorités les aident à se relocaliser. Sans toutefois les subventionner, il y aurait possibilité de faciliter la relocalisation.

Bitfarms souhaite ouvrir une deuxième usine, dans une zone de la ville complètement industrielle cette fois-ci. En effet, la Ville de Sherbrooke a délimité un secteur pour les recevoir. Deux zones sont identifiées dans le secteur de la rue Léger, près du boulevard René-Lévesque.

La compagnie disait récemment ne pas avoir l'intention de fermer son usine actuelle, malgré son projet d'une autre installation à Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !