•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de « gain négatif » avec le tunnel, dit le maire Labeaume, faute de données précises

Le maire de Québec arrive à la conférence de presse sur le Réseau express de la Capitale.

Le maire de Québec à son arrivée à la conférence de presse sur le REC.

Photo : Radio-Canada

Au lendemain de l'annonce du Réseau express de la Capitale (REC), le maire de Québec estime qu'il reste encore « beaucoup de travail à faire » avant d'avoir le portrait complet du projet.

Ce que vous avez vu, c'est ce qu'on a vu, a expliqué Régis Labeaume en marge d'un point de presse mardi.

Au lendemain de la présentation de la vision gouvernementale pour le transport, le maire de Québec avoue ne pas avoir toutes les réponses sur les projets pilotés par le gouvernement que ce soit le tunnel ou la desserte des banlieues.

Il souligne qu'il était important pour la Ville que le tunnel finisse sa course au nord de la rivière Saint-Charles. Il ignore si le ministère des Transports à une idée plus précise de l'endroit où il sortira de terre. S'il le sait, il va sûrement nous déposer des plans et on va regarder cela ensemble, suggère-t-il.

Même chose pour la sortie prévue pour les automobilistes sur l'autoroute Dufferin-Montmorency. Près de 30 000 voitures devraient emprunter cette voie pour accéder à la colline parlementaire tous les jours. Si vous me demandez exactement où ça sort, je ne le sais pas non plus.

Ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a beaucoup de travail à faire. Il n'y a aucun doute. Et ça ne se fera pas en deux temps trois mouvements.

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire qualifie de complexe d'imaginer une sortie dans ce secteur déjà dense et à l'étroit. Il suppose toutefois que le gouvernement a fait ses calculs et des enquêtes d'achalandage pour appuyer son projet.

Régis Labeaume n'affiche cependant aucun signe d'impatience et il n'émet aucune condition. Il laisse le gouvernement de la CAQ faire son travail. On a construit des pyramides. On doit être capable de faire ça.

Desserte des banlieues

Le maire de Québec n'a pas plus de détails sur le projet de desserte qui va se déployer sur le territoire de la Ville de Québec. Outre les autoroutes, la CAQ propose d'ajouter des voies réservées sur certaines artères comme sur la 1re Avenue. Ce qu'on a vu, ce sont des flèches sur des cartes, résume-t-il.

Le maire de Québec souligne qu'il y a déjà un métrobus qui longe la 1re Avenue. Il se demande comment investir dans le secteur pour rendre le transport collectif encore plus efficace.

L'intention quant à nous, c'est que cet investissement serve à revitaliser la 1re Avenue jusqu'en haut, au moins jusqu'à la 76e Rue.

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire remarque que le projet de voies réservées du gouvernement sur le territoire de la Ville de Québec ressemble à ce qu'il avait proposé pour mieux desservir les banlieues.

Pour la portion sur les autoroutes, il estime que la CAQ va plus loin que ce qu'il avait en tête.

Gain net

Régis Labeaume ne veut pas dire directement si le projet de tunnel lui plait ou non. Le gouvernement s'est fait élire sur un engagement et il réalise son engagement, fait-il valoir. Il rappelle qu'il n'était pas d'accord avec le premier tracé proposé, plus à l'est, qui devait frôler l'île d'Orléans.

Il est maintenant en accord avec le tracé qui va desservir les deux centres-villes. Son objectif, c'est d'aller chercher des gains pour les citoyens. Ce qui est important, c'est comment aller chercher le maximum.

Moi le gain net, très égoïstement, c'est comment, avec l'ensemble du projet, je suis allé chercher le plus possible pour la Ville de Québec.

Une citation de :régis Labeaume, maire de Québec

Il répète que le plan présenté démontre que le territoire n'aura jamais été aussi bien desservi en transport. Il ne peut dire si le projet de tunnel aura des répercussions négatives sur la ville, devant l'absence d'informations précises en provenance du gouvernement.

Je n'ai pas les données, je ne peux pas voir qu'il y a un gain négatif là-dedans.

Boulevard urbain

Dans son esprit, il ne subsiste plus aucun doute que l'autoroute Laurentienne sera transformée en boulevard urbain. Quant à moi, j'ai réglé ça hier, dit-il en faisant référence aux propos du premier ministre François Legault qui a souligné cette possibilité lors de la conférence de presse sur le REC.

La démolition de l'actuelle centrale de police d'ici quelques années va permettre de récupérer le terrain. Le maire souhaite faire aboutir le boulevard urbain dans ce secteur réaménagé.

Je voudrais vraiment que l'on fasse quelque chose de distinctif. Il cherche à présenter une entrée de la ville avec un petit quelque chose de distinctif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !