•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Asselin a confessé ses deux meurtres; est-il criminellement responsable?

François Asselin dans une voiture de police.

François Asselin à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

François Asselin a admis aux policiers avoir tué son père Gilles Giasson et son collègue François Lefebvre. La responsabilité du jury ne sera donc pas de déterminer s'il est coupable, mais bien s'il était à ce moment criminellement responsable de ses actes.

Dans un deuxième interrogatoire vidéo, Asselin n'a jamais nié avoir poignardé son collègue de travail dans une chambre de motel de Sherbrooke. Dès les premières minutes de son interrogatoire, il s'inquiète de son sort.

Un meurtre, c'est 25 ans? , demande-t-il d'entrée de jeu au policier.

Après avoir affirmé et maintenu durant quelques heures que François Lefebvre l'avait menacé de mort à la pointe d'un couteau, François Asselin admet avoir menti. C'est lui qui a saisi le couteau et initié l'attaque.

Sur un tableau blanc, l'enquêteur dessine la forme d'un corps humain. Il donne un crayon à Asselin et lui demande de faire une marque à chaque endroit où il se souvient avoir porté un coup. Rapidement, il multipliera les traits de crayons.

Au cours de cet interrogatoire, l’accusé raconte à l'agent avoir déjà pris 15 ecstasys d'un seul coup, un geste qui l'aura conduit droit à l'hôpital alors qu'il s'imaginait que ses propres enfants souhaitaient l'assassiner.

Je suis déjà allé en psychiatrie: elle m'avait dit que je suis psychotique. Un psychotique, c'est quelqu'un qui se crée des scénarios et qui y croit, explique-t-il.

Hantise des pédophiles

Asselin, qui raconte avoir été agressé sexuellement lors de son enfance, fait manifestement une fixation sur les pédophiles. Il prononce le mot pédophile 39 fois au cours de l'interrogatoire vidéo. L’accusé s'imagine et affirme, sans en avoir de preuves, que Gilles Giasson et François Lefebvre étaient pédophiles.

Il [Lefebvre] abuse des enfants. Il y en a qui laissent passer ça, d'autres non et il y en a qui sont dangereux. Avoir su, je me serais lancé une entreprise pour les pédophiles, affirme l’accusé.

Le policier lui demande ce qu'il aurait fait aux pédophiles. Asselin répond qu'il les aurait leurrés informatiquement afin de les attirer. Il serait devenu un homme à gage.

Les estis de pédophiles, je les rayerais tous de la carte.

Une citation de :François Asselin pendant son interrogatoire

Des experts psychiatres seront maintenant appelés à se prononcer sur sa responsabilité criminelle.

Je suis comme déconnecté de la réalité, ça ne se peut pas que ça m'arrive à moi. C'est comme dans un film, mais dans un film d'horreur. Je me promène avec un cadavre dans le truck. , relate François Asselin pendant son interrogatoire qui se dit dépassé par les évènements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !