•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Magasins de rabais : des aubaines inattendues

Provigo, Metro, IGA, Super C, Maxi, Walmart, Costco… Le consommateur a l’embarras du choix pour remplir son panier d’aliments frais ou transformés. Mais L’épicerie a constaté qu’il est possible d’économiser chez deux autres joueurs : Dollarama et Tigre Géant.

Un dépliant.

Des aliments en solde au supermarché.

Photo : Radio-Canada

Le prix du panier d’épicerie devrait augmenter de près de 700 $ par famille, en 2021, selon les données des chercheurs de l'Université Dalhousie, à Halifax, et de l'Université de Guelph, en Ontario. Pas étonnant donc que le consommateur cherche à économiser.

L’épicerie est donc sortie des chemins habituels pour se tourner vers les magasins de rabais comme Dollarama et Tigre Géant.

Même si ces magasins ne sont pas des destinations alimentaires naturelles, il est étonnant de voir qu’ils peuvent rapporter gros.

Cependant, Dollarama ne vend que des produits secs, transformés, pas de produits frais à l’exception du pain.

Des économies substantielles

Nous avons donc comparé les prix d’une trentaine de produits de même format avec ceux de la concurrence. Notre enquête a révélé que Dollarama écrase la concurrence avec des prix de 16 à 77 % moins élevés qu’ailleurs.

Un résultat qui a même étonné le stratège en biens de consommation Pascal Leduc. Comment font-ils pour avoir des prix si compétitifs?

Ça, c'est leur secret. Évidemment, ils ne diront pas explicitement comment ils font. On peut présumer qu'ils ont des acheteurs très stratégiques, qui vont chercher des produits qu'on ne voit nulle part ailleurs au Canada.

Fin de ligne? Anciens emballages? En l’absence de Dollarama, qui n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue, Pascal Leduc tente une explication. On voit aussi beaucoup chez Dollarama des occasions uniques qui sont probablement négociées avec des manufacturiers dont les produits sont en fin de vie, qui vont subir un changement au niveau de l'emballage.

Des produits parfois différents

Contrairement à la croyance populaire, L’épicerie a constaté que les produits vendus chez Dollarama sont loin d’être périmés. Par contre, la chaîne propose des formats différents, souvent plus petits. Pascal Leduc y voit une façon de séduire le client qui, s’il apprécie le produit, ira l’acheter de nouveau, et peut-être en plus gros format, ailleurs.

Maïva Huguet appuyée sur un panier.

Maïva Huguet profite des offres des magasins de rabais.

Photo : Radio-Canada

Maïva Huguet est une consommatrice avisée. Elle prend soin chaque semaine d’examiner les circulaires. Et elle trouve souvent son bonheur chez Dollarama ou chez Tigre Géant.

Il y a des gens qui me disent : "Tu ne fais pas tes courses au Dollarama? Eh bien, si!" Il y a certaines choses que j'achète au Dollarama parce que, oui, c'est moins cher. Il y a certaines choses que je vais acheter au Tigre Géant. Je ne suis pas une consommatrice, par exemple, du Walmart, parce que je trouve qu'il n'y a pas forcément toujours les meilleurs prix. Ce que nos comparaisons de prix confirment.

Une épicerie incomplète

Dollarama a cependant ses limites, explique Émilie Laurin-Dansereau, conseillère budgétaire, ACEF du Nord de Montréal. Je pense que les gens peuvent survivre en se nourrissant chez Dollarama, mais faire une épicerie complète, non, parce que l'offre est vraiment limitée. Il y a beaucoup de choses qu'on n'a pas, notamment des fruits et légumes, des produits laitiers, donc c'est vraiment pour compléter.

Chez Tigre Géant, l’offre est différente. Au milieu des vêtements et des articles de quincaillerie à bas prix, on propose viande fraîche, produits laitiers, jus, fruits et légumes, produits surgelés.

L’enquête de L’épicerie révèle que, dans ces rayons, les prix d’une trentaine de produits échantillonnés chez Tigre Géant se comparent avantageusement à Walmart, Super C ou encore Maxi. Et ils écrasent les prix de IGA, Metro et Provigo.

Devanture de magasin.

Le magasin Tigre Géant

Photo : Radio-Canada

Surveiller les promotions

Maïva aime aller chez Tigre Géant souvent pour des promotions particulières, mais ils ont aussi des prix combos sur des choses qui peuvent être intéressantes, sur de la viande, sur des céréales… Mais elle aime moins acheter des fruits et légumes, dont la qualité ou la quantité ne sont pas toujours au rendez-vous, selon elle.

Tigre Géant est un peu plus comme un marché général moderne, certains diraient un petit Walmart, donc une plus petite surface. Ils ont moins de succursales, environ 250 succursales au Canada, analyse Pascal Leduc.

En tant que magasin de rabais, nous nous assurons que chaque article que nous vendons à nos clients est offert au prix le plus bas, déclare le vice-président associé de la division alimentation chez Tigre Géant Marco Chita. C'est ce que nous faisons depuis toujours.

En outre, Tigre Géant a sa propre marque privée, Giant Value. Il est tout à fait normal, pour un détaillant canadien, de vouloir offrir une marque privée et de l'utiliser pour se différencier par rapport à leurs compétiteurs, explique Pascal Leduc.

Devanture de magasin.

Le magasin Dollorama

Photo : Radio-Canada

Un piège à achats impulsifs

Par contre, le stratège a une mise en garde à faire. Je crois que ce que les consommateurs aiment voir chez Dollarama, ce sont des surprises. Alors, ils peuvent y aller pour leur article à barbecue et sortir de là avec un pain et de la confiserie pour la fête d'enfants, parce qu'on les surprend avec d'autres offres, d’autres produits, d'autres formats. On appelle ça des achats impulsifs.

Maïva abonde dans ce sens : C'est rare que tu ne ressortes avec rien, quand tu rentres dans ce magasin, très sincèrement.

Mais ce n’est pas, pour elle, une raison de snober ce genre de magasins.

À ceux et celles qui n’y pensent pas ou qui lèvent le nez sur ces offres, elle répond : Grand bien leur fasse. Leur facture doit être beaucoup plus importante que la mienne.

Le reportage de Johane Despins et d'Éric Barbeau est diffusé cette semaine à l’émission L’épicerie le mercredi à 19 h 30 et en rediffusion le dimanche à 13 h 30 à ICI Télé.

Quelques exemples de bas prix recensés par L’épicerie :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !