•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline du Nord : pas d'accusations contre des policiers ayant abattu un homme noir

La mort d'Andrew Brown fils sous les tirs policiers est survenue le 21 avril dernier, soit au lendemain du verdict de culpabilité rendu contre l'ex-policier Derek Chauvin dans l'affaire George Floyd.

Le procureur à côté du drapeau des États-Unis, devant un micro.

Le procureur du comté de Pasquotank, en Caroline du Nord, Andrew Womble, répond aux questions des journalistes après avoir annoncé qu'aucune accusation ne sera portée contre les policiers qui sont intervenus auprès d'Andrew Brown fils, intervention qui a provoqué sa mort.

Photo : Associated Press / Travis Long

Un procureur de la Caroline du Nord a déclaré, mardi, que les policiers ayant fait feu sur Andrew Brown le 21 avril dernier à Elizabeth City avaient été « justifiés » de le faire et qu'ils ne feront face à aucune accusation criminelle dans cette affaire.

Les dernières minutes de la vie d'Andrew Brown, un père de famille de 42 ans contre lequel les policiers détenaient un mandat d'arrêt pour trafic de stupéfiants, ont été décrites en ces termes par le procureur du district Andrew Womble :

Les policiers qui ont recouru à une force mortelle contre Andrew Brown fils l'ont fait de manière raisonnable et uniquement quand le criminel violent a utilisé une arme mortelle, ce qui a mis leur vie en danger.

La décision de ne pas porter d'accusation et de fermer l'enquête a été vivement dénoncée par les proches de la victime. De dire que les tirs des policiers étaient justifiés représente une insulte et une claque, ont-ils écrit dans un communiqué diffusé par leurs avocats.

Selon le procureur Womble, Andrew Brown était au volant de sa voiture garée devant chez lui lorsque sept policiers ont encadré son véhicule, lui intimant à plusieurs reprises l'ordre d'en sortir et de montrer ses mains.

Diffusant de brefs extraits des vidéos enregistrées par les caméras d'intervention des policiers, le procureur a affirmé que M. Brown a mis en marche sa voiture et l'a manoeuvrée en direction d'un policier. C'est à ce moment que trois des policiers ont tiré un total de 14 projectiles.

Deux autopsies

C'est la première fois que les autorités présentent publiquement leur version des faits depuis ce drame qualifié d'« exécution » par la famille d'Andrew Brown. Selon cette dernière, les policiers ont réagi de façon démesurée, car l'homme de 42 ans voulait échapper aux policiers et non les blesser.

L' autopsie officielle pratiquée sur la dépouille a illustré qu'Andrew Brown fils avait été atteint par deux balles, dont l'une à la tête, durant l'altercation qui a duré 44 secondes. Le procureur Womble affirme que cette autopsie a aussi révélé qu'Andrew Brown avait, dans sa bouche, un sac contenant ce que l'on croit être de la méthamphétamine en cristaux.

Mais, selon les résultats d'une autre autopsie qu'ont fait faire les proches d'Andrew Brown, ce sont plutôt cinq projectiles qui l'auraient atteint, celui reçu à la base du crâne l'ayant tué.

Le gouverneur de la Caroline du Nord, le démocrate Roy Cooper, de même que les avocats de la famille Brown ont demandé à ce que le dossier soit remis entre les mains d'un procureur spécial. Ce à quoi le procureur Womble s'est objecté : un procureur spécial n'a pas de compte à rendre aux résidents du district, a-t-il dit. Moi, j'en ai.

L'affaire George Floyd

Une murale avec le visage de George Floyd et portant l'inscription «I can't breathe. I want justice».

La mort de George Floyd à Minneapolis en mai 2020 a provoqué une onde de choc partout dans le monde.

Photo : Emmanuel Dunand/AFP/Getty Images

Selon Bakari Sellers, l'un des avocats de la famille d'Andrew Brown fils, cette affaire montre qu'il n'y a aucun réconfort à tirer du verdict rendu contre Derek Chauvin, l'ex-policier condamné pour avoir causé la mort de l'Afro-Américain George Floyd. La justice dans ce genre de cas est tellement fugace, a affirmé M. Sellers. Cela illustre à quel point il est difficile de rendre les policiers responsables.

L'altercation qui fut fatale à Andrew Brown fils est survenue au lendemain du verdict rendu contre Derek Chauvin. Elle avait suscité des manifestations pacifiques dans la petite ville d'Elizabeth City. Dans l'appréhension des troubles qui auraient pu s'ensuivre, la mairesse Bettie Parker avait décrété un couvre-feu de plusieurs jours.

Une histoire à suivre

D'après Ronald Wright, professeur de droit criminel de l'Université Wake Forest, la décision rendue par le procureur Womble met vraisemblablement fin à toute éventualité de poursuites contre les policiers au niveau de l'État de la Caroline du Nord. Toutefois, il n'est pas exclu que la famille Brown entame des poursuites au civil, a ajouté M. Wright dans une entrevue au New York Times.

Par ailleurs, M. Wright rappelle que le FBI enquête sur la mort d'Andrew Brown fils, de concert avec les procureurs fédéraux et la division des droits civiques du département de la Justice.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !