•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès suspects à l’Hôpital de Hawkesbury : Brian Nadler embauche un avocat de renom

Brian Nadler, lors d'une randonnée en montagne, avec un sac à dos, sourit à la caméra.

Médecin à l’Hôpital général de Hawkesbury, le Dr Brian Nadler, 35 ans, originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été placé en détention.

Photo : Linkedin/Brian Nadler

L’enquête sur remise en liberté de Brian Nadler, ce médecin de l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH) accusé de meurtre au premier degré, a été repoussée à une date ultérieure. Ce n’est toutefois pas ce 4e report qui a retenu l’attention, mardi.

L’accusé de 35 ans, qui a brièvement comparu par conférence téléphonique au palais de justice de L’Orignal, mardi en début d’après-midi, sera désormais représenté par l’avocat Brian H. Greenspan.

Le criminaliste torontois est reconnu pour sa défense de causes célèbres, dont celle impliquant Linda O’Leary, femme de l’homme d’affaires et ancien candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Kevin O’Leary.

Selon Me Greenspan, l’avocat d’Ottawa Alan Brass, qui a représenté le Dr Nadler depuis sa mise en accusation le 26 mars dernier, pourrait agir en qualité d’agent pour le compte de la défense au cours de la procédure judiciaire.

Le dossier, a indiqué l’avocat torontois durant la courte comparution, nécessite une plus ample divulgation d’éléments de preuve.

Rappelons que le médecin d’origine québécoise est accusé du meurtre au premier degré d’Albert Poidinger, 89 ans, un patient qu'il avait sous sa responsabilité.

Le travail des enquêteurs de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) porte notamment sur le décès d’au moins cinq patients atteints de la COVID-19 morts à l’HGH du 17 au 25 mars derniers.

Brian Nadler, qui demeure derrière les barreaux, sera de retour devant le tribunal le 1er juin prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.