•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est parti pour Équipe Québec aux États-Unis

Un joueur frappe une balle à l'entraînement

Loin du stade Canac, les joueurs d'Équipe Québec sont dans l'État de New York pour se préparer pour la saison.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Nouveau circuit, nouvelle équipe, difficile pour Patrick Scalabrini de fixer des objectifs pour Équipe Québec dans la ligue Frontier. Fraîchement arrivé aux États-Unis, le gérant n’a qu’une dizaine de jours avant le début de la saison pour préparer sa jeune formation.

C’est très plaisant d’être sur le terrain avec des joueurs professionnels après tout ce qu’on a vécu depuis un an. Il y a beaucoup de sourires, a relaté Scalabrini, mardi, après trois jours d’un camp d’entraînement condensé au stade des ValleyCats de Tri-City, dans l’État New York.

Dès leur arrivée en ville, tous les joueurs qui n'avaient pas encore été vaccinés contre la COVID-19 ont reçu le vaccin Johnson & Johnson, ce qui évitera de devoir recevoir une 2e dose. Au stade Joseph L. Bruno, quelque 1000 New-Yorkais ont assisté aux matchs hors-concours entre Équipe Québec et les ValleyCats.

L’occasion pour plusieurs joueurs canadiens qui n’ont pas du tout joué l’an dernier de chasser la rouille. On a perdu plusieurs joueurs d’expérience juste avant le camp, ce qui fait qu’on a plus de recrues qu’on le souhaitait. On va probablement faire quelques cauchemars au monticule et en défensive, mais c’est un processus, a détaillé l’entraineur.

Des absents et des révélations

C’est que deux vétérans qui s'étaient entendus avec Équipe Québec, le voltigeur Dalton Pompey et le lanceur Daniel Procopio, ont finalement obtenu des contrats avec des formations des ligues majeures.

Quatre autres joueurs, les Canadiens Connor Panas et Jesse Hodges, l'Australien Mitch Neunborn et le portoricain Ruben Castro, représentent pour leur part leur pays lors des qualifications olympiques. Ils devraient rejoindre l’équipe dans quelques semaines.

Leur absence ouvre pour le moment la porte à des joueurs dont le poste était loin d’être assuré dans l’alignement. Passé par le camp d’essai de la ligue Frontier, Nick Horvath est un ancien voltigeur des ligues mineures qui tente maintenant de se convertir en lanceur. Avec une balle rapide à 94 milles à l’heure, il a du potentiel, a noté son nouvel entraîneur.

Scalabrini envoie des signaux

Sans saison des Capitales, Patrick Scalabrini avait accepté de donner un coup de main comme entraîneur aux Alouettes de Charlesbourg, l'été dernier.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Mais la véritable révélation en ce début de camp d’entraînement est le voltigeur canadien Dane Tofteland, lui aussi passé par le camp d'essai. C’est un gros bonhomme. C’est un monstre, a vanté Patrick Scalabrini, dont l’équipe quittera l’État de New York pour la Pennsylvanie, mardi, pour entamer une série de matchs hors-concours.

L’entraîneur pourra alors mieux mesurer les forces et faiblesses d'Équipe Québec. Je ne connais pas le calibre de jeu de la Frontier. J’ai beau étudier les alignements des autres équipes, pour l’instant c’est très abstrait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !