•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le premier ministre Doug Ford remet son masque en conférence de presse.

Archives.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le gouvernement ontarien n'utilisera pas le code de couleurs lors du prochain déconfinement, a confirmé l'attachée de presse du premier ministre Doug Ford.

Dans un courriel envoyé en après-midi, Ivana Yelich a confirmé des informations, d'abord rapportées par le Globe & Mail, selon lesquelles le code de couleurs, utilisé entre la deuxième et la troisième vague, ne sera pas de retour.

Le chef du Parti libéral de l'Ontario, Steven Del Duca, a réagi à la nouvelle mardi en après-midi sur Twitter.

Il se demande si la décision d'abandonner le code de couleurs est une décision politique ou si elle est dictée par la science. Ce changement doit être mené par la Table [de concertation sur les mesures de santé publique] et non par Doug Ford, peut-on lire dans sa déclaration sur Twitter.

Un plan de déconfinement

Ces informations ont été confirmées alors que tous les partis d’opposition à Queen’s Park demandent au gouvernement de présenter rapidement un plan pour expliquer aux Ontariens comment se déroulera la réouverture de leur province.

L'ordre de rester à la maison doit prendre fin le 2 juin.

Dans un contexte où la Saskatchewan a présenté son plan la semaine dernière et que le Québec effectue cet exercice mardi, l’opposition estime que les progressistes-conservateurs sont à la traîne.

D’autres provinces ont été capables de présenter leur plan. Je ne comprends pas pourquoi Doug Ford et son équipe n’en sont pas capables, mais ce serait la moindre des choses pour les commerçants et les Ontariens, indique la cheffe des néo-démocrates, Andrea Horwath.

Sans avancer elle-même de date précise pour la présentation d’un tel document, la cheffe de l’opposition officielle soutient que le moment du déconfinement de l’Ontario devrait être fondé sur des avis scientifiques et non sur des chicanes du Cabinet ou des réponses à des lobbyistes.

La cheffe de l'opposition Andrea Horwath en point de presse.

La cheffe de l'opposition officielle Andrea Horwath du Parti néo-démocrate réclame que le gouvernement Ford présente son plan de déconfinement. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Ces propos ont fait écho à ceux des libéraux.

On devrait savoir à ce point-ci, à quoi ça va ressembler, quelles seront les mesures qu’on utilisera, et ça devrait être basé sur la science, soutient John Fraser, député d'Ottawa-Sud.

Pour les verts, la planification devrait être au centre des priorités de M. Ford.

On a besoin d’un plan de réouverture. Un : rouvrir de façon sécuritaire pour ne pas devoir retourner en confinement. Et deux : les entreprises et les communautés ont besoin de temps pour se préparer, estime Mike Schreiner, le chef du Parti vert de l’Ontario.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, parle au cours d'une conférence de presse dans un aréna transformé en centre de vaccination.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Un plan présenté bientôt

Questionnée mardi à propos de la réouverture de la province, la ministre de la Santé - qui est aussi vice-première ministre - a indiqué qu’un plan serait présenté très bientôt, sans vouloir s’avancer sur une date précise.

On travaille avec le médecin hygiéniste en chef et des experts pour rouvrir l’Ontario de façon sécuritaire, parce que la dernière chose qu’on veut, c’est d’entrer dans une 4e vague, a expliqué Mme Elliott.

Le gouvernement se penchera sur des indicateurs tels que le nombre de personnes vaccinées, les hospitalisations et le taux de reproductivité du virus, notamment, pour déterminer quand les mesures sanitaires pourront être allégées, selon elle.

La ministre Elliott a d’ailleurs indiqué que la province pourrait atteindre une nouvelle cible de vaccination avant la fin du mois de mai, soit que 70 % des adultes aient reçu une première dose d’un vaccin contre la COVID-19.

Le dernier objectif était de 65 % des adultes l'aient obtenu à la fin du mois.

Plan rapproché d'un visage, de l'intubation et d'une main gantée.

Un travailleur de la santé s'occupe d'un patient atteint de la COVID-19 intubé et sous respirateur à l'Hôpital Humber River de Toronto. (Archives)

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Une situation sanitaire qui s’améliore

Si le nombre de patients traités aux soins intensifs dans la province diminue très lentement, le nombre de nouvelles infections, lui, va en décroissant.

La province a enregistré moins de 2000 nouveaux cas mardi. C’était donc le 9e jour de suite avec moins de 3000 nouvelles infections dans le bilan pandémique quotidien.

On se dirige vers un bon portrait de la situation pour la mi-juin, a indiqué le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, lundi.

Celui-ci n’a toutefois pas manqué de rappeler aux Ontariens que des transferts de patients entre hôpitaux étaient encore effectués en raison de la pandémie et qu’ils devaient encore respecter les consignes malgré le beau temps.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !