•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick ouvre la vaccination aux 18 ans et plus

Un jeune adulte derrière une seringue tenue par une main

Un jeune adulte quelques minutes avant de recevoir une dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : AFP via GETTY / JACK GUEZ

Le Nouveau-Brunswick ouvre la vaccination aux personnes âgées de 18 ans et plus et confirme que les jeunes âgés de 12 à 18 ans pourront bientôt recevoir une première dose.

Les Néo-Brunswickois de 18 ans et plus peuvent prendre rendez-vous auprès d'une pharmacie ou dans les séances de vaccination de Vitalité et Horizon. Les doses disponibles en ce moment pour le groupe d'âge sont les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna.

Cette semaine, nous serons parvenus à administrer une dose de vaccin à 50% de la population.

Une citation de :Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La campagne de vaccination progresse dans la province. La majorité des aînés sont vaccinés et, chez les plus jeunes, le taux de vaccination augmente.

Les 30 ans et plus peuvent se faire vacciner depuis mercredi dernier et les 40 ans et plus depuis lundi dernier, le 10 mai.

Bientôt le tour des 12 ans et plus

La vaccination devrait bientôt être disponible pour tous les Néo-Brunswickois âgés de 12 ans et plus.

Nous espérons réduire l’âge de la vaccination au cours des prochains jours. Nous avons hâte de donner plus de détails la semaine prochaine lorsque nos plans seront finalisés, affirme le ministre de l'Éducation Dominic Cardy.

Le ministre espère vacciner le plus de jeunes possible avant la fin de l'année scolaire, à la fin juin, mais il n'est pas en mesure de dire si des séances de vaccination seront organisées dans les écoles.

Une boîte de vaccin sortie d'un réfrigérateur.

Les doses de vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 doivent être conservées à des températures très basses, comme le montre cette photo prise à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : CBC / Ken Linton

Nous allons faire de notre mieux pour vacciner ce groupe le plus rapidement possible. Il y a cependant beaucoup d'enjeux de logistiques pour avoir des cliniques dans les écoles, un des enjeux c'est que le seul vaccin disponible pour ce groupe d'âge c'est le Pfizer, qui doit être conservé à des températures très froides, mais nous allons faire de notre mieux, explique Dominic Cardy, en précisant que les détails seront dévoilés la semaine prochaine.

10 nouveaux cas et un décès mardi

Un résident du foyer de soins spéciaux Pavillon Beau-Lieu à Grand-Sault, a succombé à la COVID-19. Cette personne âgée de 70 à 79 ans était hospitalisée à Edmundston. Il s'agit du 42e décès dans la province.

Dix nouveaux cas de COVID-19 ont été signalés mardi, dont neuf dans la région de Fredericton. Parmi ces cas, cinq sont des contacts étroits d'autres cas déjà connus, deux sont liés à des voyages et deux font l'objet d'une enquête.

L'autre cas a été signalé dans la région de Bathurst et de la Péninsule acadienne.

Selon le dernier bilan, mardi, la province recense 122 cas actifs de COVID-19, dont 18 qui concerne des Néo-Brunswickois à l'extérieur de la province.

Un total de 871 Néo-Brunswickois sont actuellement en isolement.

Situation inquiétante à Fredericton

Trois personnes sortent de l'école.

Cette mise à jour des autorités provinciales survient alors que la région de Fredericton est aux prises avec un nombre croissant de cas de COVID-19.

Au moins 25 cas ont été liés à l'hôtel Delta de Fredericton au cours des derniers jours.

Les cas dans la zone 3 représentent le tiers des cas dans la province, dit la Dre Jennifer Russell. Elle précise cependant qu'il n'y a aucune hospitalisation en raison de la COVID-19 et que la santé publique est en mesure de lier toutes les nouvelles infections à des cas déjà connus.

Mais la situation peut changer du jour au lendemain. Nous devons tout faire pour que la province reste en phase jaune. La santé publique n'hésitera pas pour imposer de nouvelles restrictions si cela s'avère nécessaire, ajoute la médecin hygiéniste en chef.

Vendredi dernier, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré que s'il y avait une augmentation significative du nombre de cas ou s'il était impossible d'identifier la source de certaines infections avec le traçage des contacts, la ville pourrait être mise en confinement, comme la région d'Edmundston l'était le mois dernier.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !